Vous êtes ici › Les groupes / artistesCChrome › Half Machine Lip Moves

Chrome › Half Machine Lip Moves

lp vinyle • 11 titres • 00:00 min

  • face a
  • 1T.V. As Eyes
  • 2Zombie Warfare (Can't Let You Down)
  • 3March Of The Chrome Police (A Cold Clamey Bombing)
  • 4You've Been Duplicated
  • 5Mondo Anthem
  • face b
  • 6Half Machine Lip Moves
  • 7Abstract Nympho
  • 8Turned Around
  • 9Zero Time
  • 10Creature Eternal
  • 11Critical Mass

enregistrement

Production, ingé-son, direction artistique : Damon Edge - Enregistré à Alamar Studios San Francisco par Damon Edge, Masterisé par Bernie Grundman à Greg Lee Processing – L-1735, A&M, Los Angeles

line up

Damon Edge (chant lead, Machine Guitars, Orgue, synthés, Buklahs (Buchla), Moogs, Percussion barbecue et industrielle électrifiée, batterie, bandes, effets), Helios Creed (chant lead, guitare rythmique et lead, basse, cloches, guitare jouée à l'archet)

Musiciens additionnels : John L. Cyborg (data memory), Gary Spain (Basse, Guitare, choeurs, verre sur "Tv as eyes" et "mondo anthem")

remarques

chronique

Styles
indus
noise
harsh noise
krautrock
punk
no wave
psychédélique
noise rock
Styles personnels
extreme motorik hardbeat > attack music

Argh, album ardu à s’enfiler, quasi-impossible à chroniquer, ce troisième Chrome est une abomination totale, une œuvre de pure destruction et de soufre, musique défigurée au possible repoussant absolument toutes les limites de l’extrême pour l’époque de sa sortie. Et même aujourd’hui, si écouté au casque (ne pas se fier à la patte lo-fi de la prod, qui n’est qu’une patte), ce disque se défend bec et ongles. Visiblement inspiré par le cinema B et Z et obsédé par les zombies, Chrome nous plonge la caboche dans une Californie pourrie jusqu’à la moelle, enfer rouillé où broyeurs voraces se prennent les roues dentées dans les filets de bikers bioméchaniques prêts à attaquer à chaque coin de rue… C’est simple, chaque chanson semble une nouvelle embuscade, débouchant sur un combat sans merci où la guitare cisaille, trace son chemin dans cette pluie de décombres en feu éjectées par une batterie propulsive qui usine un MECHANT motorik tout du long, le tout sur fond de… de noise, y’a pas photo. Du psyché, Chrome est nettement passé au noise sur cet album, et j’ai même pas envie d’accoler le mot "rock", tant les bruits de fouets sur la tôle et les hurlements horribles entendus ici m’évoquent plus Testuo que les Stooges, pourtant régulièrement évoqués à propos de ce disque. Ici, on ne pense même pas au punk, à une forme de groove, fut-il carnassier, on ne pense qu’à sauver sa peau. La face A est ni plus ni moins qu’irrespirable, croulant sous les bruits rajoutés, les "riffs" décharnés usinés par des instruments non-identifiés, les lambeaux de voix perdus dans la guerre sale que se livrent les amas de sons. "Mondo Anthem", par exemple, n’a rien à avoir avec la sous-culture exubérante de Los Angeles du même nom (issue des 60’s), puisqu’il s’agit du son d’une décharge accumulée depuis des décennies qu’on vous déverserait dessus en avalanche en 3 minutes 30. À ne pas passer en radio, sous peine de carambolages monstres. Un des titres les plus aboutis est Abstract Nympho (repris par Jesus Lizard), qui revisite le beat de "Paranoid" de Black Sabbath sur fond de discussions entre deux androïdes attendant une pièce détachée les genoux coupés posés sur un tas de cambouis. Bien entendu, il y a le psyché taré Zombie Warfare, qui mute en proto-électro extra-terrestre et arythmique dans l’un de ses innombrables breaks (combien de chansons ont été compressées là-dedans ?), et puis cette purge surpuissante appelée You’ve Been Duplicated, qui lamine nos neurones sur une nuée de percus Donkey Kongesques. Pauvre cerveau de moi. L’inscription de l’insert avait bien prévenu : "Destroy the Old World". Alors, Half Machine, vrai Sgt Peppers de la noise music ou fruit mécanique du hasard ? On ne sait jamais si ils ont fait exprès ou non, si les fulgurances de génie ne sont pas accident effroyable, épouvantable crash lo-fi. Mais les couches de samples de films et détails font plutôt pencher pour un raffinement et une délectation dans la torture bien étonnant pour ces junkies prolixes. Mais ce classique gutsien longtemps ignoré ne peut pas avoir 6 dans mon esprit, ne serait-ce que pour les vocaux, parfaitement inutiles et gênant même l’écoute… Ils sont l’ultime rempart contre la jouissance absolue du bruit crade. Un bruit qui, une fois accepté et même apprécié, se prend comme en voix-off les prédications mongoloïdes d’Helios Creed et les chuintements mesquins de Damon Edge, derniers empêcheurs d’avoir mal en rond dans cette aciérie autrement parfaitement brûlante. Personne n’a jamais osé retourner sur ce terrain-là, à ma connaissance. En attendant, à ne pas mettre entre toutes les pinces-croco.

note       Publiée le mercredi 21 décembre 2016

Dans le même esprit, dariev stands vous recommande...

réseaux sociaux

dernières écoutes

  • Connectez-vous pour signaler que vous écoutez "Half Machine Lip Moves" en ce moment.

tags

Connectez-vous pour ajouter un tag sur "Half Machine Lip Moves".

notes

Note moyenne        8 votes

Connectez-vous ajouter une note sur "Half Machine Lip Moves".

commentaires

Connectez-vous pour ajouter un commentaire sur "Half Machine Lip Moves".

ricccco Envoyez un message privé àricccco

Merci, merci guts of darknesse!!!!! merci de chroniquer ce genre de bijoux, je croyais sincèrement être le seul à apprécier ce chef d'oeuvre !!!!! ce disque est tout bonnement incroyable, dans la même veine que le fabuleux alien soundtracks...En plus je l'avais en vinyl rouge pressage de chez dossiers records.

Raven Envoyez un message privé àRaven
avatar

"mais faut reconnaître que certains titres de Half Machine sont extrêmes et uniques."

Exact bis.

Note donnée au disque :       
Kronh Envoyez un message privé àKronh

Si le son de la compile (sortie chez Touch And Go) peut surprendre en effet, il se montre très satisfaisant passé un certain temps d’adaptation. De toute façon l'écoute ne perd pas vraiment de sa saveur sur mp3... C'est une pépite totalement géniale dont les morceaux se révèlent l'un après l'autre dans la complexité de l'album, sommet ultime de l'indus psychédélique ! Les autres Chrome je les écoute même plus.

Note donnée au disque :       
dariev stands Envoyez un message privé àdariev stands
avatar

J'ai de la matière, mais vu que je l'ai déjà chro quelque part, si le coeur t'en dit, feu ! Et à titre perso j'ai pendant des années eu du mal à apprécier l'un et l'autre sur leur réédition CD 2-en-1 (le son était censé être foireux, mais j'ai du mal à dire vu la prod déjà ultra crade), il a fallu que je les chope séparément (et en lp pour diviser en deux la charge éléctrique) pour aimer. Et pour moi Half Machine est jusqu'ici leur plus ardu, de loin. Je lui préfère aussi third from, de peu, mais faut reconnaître que certains titres de Half Machine sont extrêmes et uniques.

Note donnée au disque :       
sergent_BUCK Envoyez un message privé àsergent_BUCK
avatar

Moins ultime, ça m'étonnerait... ce Half Machine est une sorte de Saint Graal dans le domaine du Bric-à-Brac sonore, un assemblage aussi bancal que miraculeux. Le groupe a touché une extrémité ici, dont ils ne pourront que s'éloigner par la suite. Je ne dis pas que Third from the sun est moins bonnard, c'est surtout qu'il est parti dans une autre sphère.

Au passage Dariev, tu comptes faire Alien Soundtracks dans la foulée ? C'est que les deux albums sont si liés ensemble, faudrait pas les laisser séparés trop longtemps.

Note donnée au disque :