Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesGGhost (sue) › Infestissumam

Ghost (sue) › Infestissumam

cd | 10 titres | 47:47 min

  • 1 Infestissumam [01:42]
  • 2 Per aspera ad inferi [04:09]
  • 3 Secular haze [05:11]
  • 4 Jigolo har megiddo [03:58]
  • 5 Ghuleh / Zombie queen [07:29]
  • 6 Year zero [05:50]
  • 7 Body and blood [03:43]
  • 8 Idolatrine [04:24]
  • 9 Depth of Satan's eyes [05:25]
  • 10 Monstrance clock [05:53]

enregistrement

Enregistré aux Backbird Studios à Nashville ainsi qu'au Sterling Sound à New York

line up

Papa Emeritus II (chant), A Nameless Ghoul (guitares), A Nameless Ghoul (guitares), A Nameless Ghoul (basse), A Nameless Ghoul (batterie), A Nameless Ghoul (claviers)

remarques

A noter qu'en Amérique, le groupe s'appelle "Ghost B.C." pour des questions de droits. Voir la deuxième pochette de l'album.

chronique

Styles
metal
heavy metal
pop
rock
psychédélique
Styles personnels
satanic bal musette / pop/rock satanique

Ghost... Le groupe suédois ne laisse pas indifférent. Il s'agit certainement de ce qui les caractérise le plus. Je ne les ai connus que récemment et pourtant, cela fait 2-3 ans que j'entends parler de ce groupe dans des termes assez extrêmes, autant du côté des fans que de leurs détracteurs. Je suis donc resté intrigué par cette formation. Ce n'est véritablement que lors de leur venue au Hellfest cette année que j'ai découvert leur musique. Cela m'a suffisamment plu pour que j'achète leurs albums. Après un premier album que Twilight a très bien décrit dans sa chronique, les suédois sont de retour cette année avec "Infestissumam". Ce qui a surpris les gens à l'époque de la sortie de "Opus eponymous", c'est ce revival du satanisme à la Coven et Black Widow en accentuant le décalage entre le thème noir, grave et inquiétant du satanisme et la légèreté de la musique avec ce chant si aérien, à la Blue Öyster Cult. C'est cette petite particularité qui a donné son succès au premier album. Ce deuxième album se devait d'enfoncer le clou. Et effectivement, c'est ce que l'on retrouve... encore plus accentué ! C'est bien simple, "Infestissumam" continue le travail commencé 3 ans plus tôt. La production est plus propre, donnant un côté pop totalement assumé, on ne peut même plus parler de metal tant les guitares (qui étaient encore un poil agressives et mises en avant sur le premier album) sont ici placées en retrait. Le clavier psychédélique 70's est encore plus présent. Le côté religieux est lui aussi mis en avant. L'intro du disque pose le décors avec une atmosphère de messe noire. Les claviers renforcent quant à eux cette présence spirituelle tout au long de l'album. L'une des particularités du groupe est aussi de détourner des rythmes de valses, en les intégrant à de la pop. C'est encore plus flagrant ici. On a même parfois l'impression de se retrouver au milieu d'une sorte de fête foraine hantée. Les compositions sont entraînantes, bien écrites et même si je préfère le premier album, plus compact, l'inspiration est aussi présente ici. Il n'y a pas vraiment de mauvais morceaux sur ce deuxième album. Les variations sont bien pensées, pas forcément téléphonées, et il faut bien reconnaître que le rendu global est vraiment sympa. Les influences et mélanges sont divers et parfois même improbables. "Year zero" est par exemple un titre de pop/rock, heavy metal, disco, musique religieuse... Tout ça en moins de 6 minutes ! Une autre grande réussite de l'album est de proposer des titres vraiment très distincts les uns des autres. Il est difficile de s'ennuyer à l'écoute du disque. Pour le coup, et même si le disque ne propose pas de titres aussi aboutis que "Elizabeth", "Genesis" ou "Stand by him" sur le premier album, la qualité est au rendez-vous. Il manque cependant peut-être cet éclair de génie, ce qui fait véritablement décoller un disque, pour que "Infestissumam" soit un album qui date. Dire que le groupe était attendu au tournant est un doux euphémisme mais je dois dire que le pari est réussi. L'album est convaincant, à défaut de surpasser le premier essai. Le groupe a trouvé le filon, ils ont leur style propre et ils apportent de la nouveauté dans le paysage musical actuel. C'est là que Ghost a réussi son coup. "Infestissumam" ne déçoit pas, il confirme que le groupe sait rebondir après un excellent premier disque.

note       Publiée le dimanche 10 novembre 2013

partagez 'Infestissumam' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Infestissumam"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Infestissumam".

ajoutez une note sur : "Infestissumam"

Note moyenne :        7 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Infestissumam".

ajoutez un commentaire sur : "Infestissumam"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Infestissumam".

Mithra › lundi 15 avril 2019 - 20:13  message privé !

Ce truc est proprement addictif. Rien que l'intro me donne des plaisirs renouvelés. Tobias Forge est un super compositeur.

enslaver_666 › lundi 4 juin 2018 - 23:19  message privé !

C'est ici que le phénomène Ghost a vraiment pris son envol. Tout est devenu plus gros: compagnie de disques majeure, un producteur réputé, concerts sur de plus grandes scènes avec un visuel amélioré, un grammy, etc. Le groupe a commencé à utiliser les réseaux sociaux et les média traditionnels pour bien cultiver le mystère qui tournait autour de lui. Avec Papa Emeritus II, Forge a commencé à jouer des personnages plus définis et charismatiques. La musique du groupe a gagné de la chair autour de l'os, notamment grâce à des arrangements plus riches que sur le premier album. Tous les ingrédients gagnants de la première œuvre sont là mais on pousse plus loin. Les influences multiples se fondent en un seul style jamais entendu auparavant. "Guleth/Zombie Queen" (une genre de power ballade à propos sur une femme...zombie) démontre que Ghost n'a pas de barrière à sa musique. "Infestissumam" présente une musique où noirceur et lumière se font bataille. De son intro instrumentale épique à "Year Zero", l'album ne présente que des hits fait pour la scène. Petite baisse de régime pour les pièces 8 et 9, qui ne sont pas mauvaises mais juste moins bonnes. On finit avec la superbe hymne rassembleuse "Monstrance Clock". Avec le temps, l'album s'est attiré plus de critiques, notamment pour sa production et son approche plus près du pop rock que du métal. Néanmoins, je reste avec mon idée que la "front scene" métal a besoin de groupes comme Ghost qui est rafraichissant au travers des tous ces clones et ces groupes de jeunes qui s'autoproclament les prochains Metallica.

Note donnée au disque :       
Darkfachor › mardi 12 novembre 2013 - 17:21  message privé !

Un groupe "jetable". Première écoute, c'est cool, ça change mais on en fait très vite le tour... Dispensable.

Note donnée au disque :       
Richter › dimanche 10 novembre 2013 - 18:44  message privé !

On pouvait clairement se demander ce que le groupe allait bien pouvoir proposer avec ce deuxième album et franchement même si je préfère aussi le premier, Infestissumam ne déçoit pas. Mention particulière à Guleh/Zombie queen, clairement le morceau que je préfère !

Note donnée au disque :       
E. Jumbo › dimanche 10 novembre 2013 - 17:44  message privé !

Pas mal du tout, mais je préfère tout de même le premier, plus frais et tranchant. Là en effet ils adoucissent le ton et mélangent plusieurs styles avec notamment un côté plus psyché, mais je trouve qu'ils auraient pu aller plus loin. Pas follement excitant, mais sympa.

Note donnée au disque :