Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesMM.B. › Menses

M.B. › Menses

vinyl 33t • 2 titres • 44:19 min

  • 1Yra24:34
  • 2Scent19:45

remarques

La chronique se réfère à l'édition originale de 1982, limitée à 300 copies. Bien qu'il s'agisse d'un disque autoproduit par MB, les quelques dizaines d'exemplaires qui furent distribués par Come Organisation portent la référence 'WDC 881023'. La réédition CD comprend trois morceaux bonus : «Milan Bruits», «Industrial Murder» et «Menstr... Bleeding».

chronique

Styles
indus

On n'écoute pas la musique de Maurizio Bianchi : on l'affronte. Elle ne vient pourtant ni nous provoquer, ni nous agresser. Orthogonale à l'axe confrontationel du power electronics par exemple, elle est juste là, statique, monolithique, imperturbable dans son accomplissement (ainsi du lancinant rythme menstruel de «Yra»). Antithétique au mouvement viral, elle se replie inexorablement sur elle-même, comme promesse d'un effrondrement salutaire, pour mieux se recentrer sur son essence, ou plus précisément pour mieux se concentrer sur son battement primitif. Ce n'est donc pas un hasard si MB abuse - et je souligne volontairement l'importance du mot - de l'archaïsme de sa technique et de son matériel, puisque chez lui contenu et contenant ne font qu'un. Sur «Scent», probablement l'une de ses pièces les plus âpres, MB efface méticuleusement toute trace de repère ou de symbole : ni concrète, ni abstraite, linéaire et pourtant imprévisible, sa musique se nie elle-même dans la splendeur de son indétermination. Sa déréalisation touche directement à une certaine universalité, j'entends celle qui relie tous les êtres entre eux : l'égalité devant le néant. Conclusion : si l'on s'obstine à écouter jusqu'au bout ces longues pièces angoissées - jusqu'à vouloir s'y reconnaître - ça n'est en fin de compte que pour s'y affronter soi-même. Car l'on voudrait voir au-delà de sa propre conscience, quitte à se trancher la tête, afin de se libérer de la culpabilité d'être soi. L'on entrevoit alors le néant comme accomplissement de l'homme nouveau. Ce «Menses», j'en suis sûr, en appelle à l'acéphalité triomphante... à écouter en relisant Georges Bataille.

note       Publiée le dimanche 25 avril 2010

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Menses".

notes

Note moyenne        3 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Menses".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Menses".

CeluiDuDehors › mardi 27 septembre 2016 - 14:25  message privé !

Bien sec et plus jusqu'au boutiste que le Symphony, pas le truc a ecouter tous les jours mais effet garanti dans de bonnes conditions.

Note donnée au disque :       
néantror › jeudi 29 avril 2010 - 08:05  message privé !

au moins ca donne pas le gout de vivre

Note donnée au disque :