Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesRRenaissance › Ashes Are Burning

Renaissance › Ashes Are Burning

cd • 6 titres • 40:35 min

  • 1Can you understand ? 9:49
  • 2Let it grow 4:13
  • 3On the frontier 4:53
  • 4Carpet of the sun 3:31
  • 5At the harbour 6:48
  • 6Ashes are burning 11:21

enregistrement

De Lane Lea Music Center, Wembley, Middlesex, Angleterre, 1973

line up

Annie Haslam (chant), Michael Dunford (guitare acoustique), Andy Powell (guitare), John Tout (claviers, choeurs), Jon Camp (basse, chant), Terrence Sullivan (batterie, percussions, choeurs), Richard Hewson (orchestration)

remarques

chronique

"Ashes Are Burning" est la première réalisation d'une formation enfin stabilisée autour de ses principaux protagonistes. Michael Dunford intègre Renaissance une fois pour toutes et si le guitariste de Wishbone Ash, Andy Powell, sévit quand même sur la plage titulaire, ce n'est qu'à titre d'invité. Cette nouvelle donne va permettre au groupe de développer son art pour rapidement nous délivrer le meilleur de lui-même ("Turn of The Cards", "Scheherazade and Other Stories") avant de sombrer, comme souvent, vers une inéluctable chute. Si le groupe a connu de nombreux remaniements de personnel, ces différentes incarnations ont cependant toutes en commun cette incroyable ambition de faire se télescoper musique d'inspiration classique et pop moderne. Alors, Renaissance a beau sembler désuet et léger de prime abord, c'est en définitive le raffinement de ses arrangements, mais aussi ses références permanentes au répertoire classique (ici, c'est Debussy qui est revisité sur "At The Harbour"), qui en font, en vers et contre tout, le représentant par excellence du rock progressif symphonique. "Ashes Are Burning" n'est qu'une première étape sur cette route vers l'accomplissement. Guitares acoustiques, percussions et piano dessinent une trame toujours délicate à laquelle s'adjoint une discrète orchestration classique ("Can You Understand ?", "Carpet of The Sun"), pérennisant cette démarche entreprise depuis les origines. Avec "Let It Grow", "On The Frontier", "Carpet of The Sun" et "At The Harbour", l'album enchaîne les chansons d'inspiration ouvertement folk. Bien que le groupe d'Annie Haslam partage ainsi avec les premiers Genesis une atmosphère qu'on qualifiera sans prendre trop de risques de pour le moins pastorale, il n'est à aucun moment question ici de trouver l'ouverture pour porter l'estoquade finale dans une débauche d'énergie qui serait fort mal à propos. Tout se fait avec sérénité. Voire même solennité. Renaissance fait donc de sa musique une chapelle dans laquelle nous sommes priés de nous recueillir dans le silence.

note       Publiée le samedi 29 août 2009

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Ashes Are Burning".

notes

Note moyenne Aucune note pour ce disque pour le moment. N'hésitez pas à participer...

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Ashes Are Burning".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Ashes Are Burning".