Vous êtes ici › Les groupes / artistesHLos Humillados › El canto agónico de las estatuas

Los Humillados › El canto agónico de las estatuas

cd • 17 titres

  • 1Lo que quedará
  • 2Habitante de la nada
  • 3El Espiritu de la sirena
  • 4Incorporeo
  • 5Acaso alguien podria mejorar el silencio ?
  • 6Nana para un vampiro
  • 7Heroe de Serbia
  • 8Tu ausencia
  • 9Buscando la nada
  • 10Angeles de marmol
  • 11Dueño del vacio
  • 12La mujer que pintaba las piedras
  • 13Lagrimas
  • 14Oració
  • 15Vals de los fantasmas
  • 16Abril 13939
  • 17Outro

extraits vidéo

  • Il y a des extraits vidéo pour ce disque. Vous devez être membre pour les écouter : devenez membre.

line up

Artur Ríos, Ester Subirana

remarques

Edition limitée signée par le groupe.

chronique

Au départ, je me suis demandé si Los Humillados étaient une farce. Les compos qu’il m’a été donné d’écouter (sur des compilations ou des splits principalement) sonnaient tellement brouillonnes, mal ficelées, mal mixées, sans direction artistique, qu'elle me gênaient presque par leur amateurisme. Pourtant le duo affichait alors plus de dix ans de carrière, une belle poignée de K7s, un single, quelques ingrédients me laissant supposer qu’il devait y avoir plus derrière tout ça. Mu par ma fichue curiosité, j’ai finalement opté pour ce cd datant de 2008, supposant qu’aussi ardus qu’aient pu être les débuts, après vingt ans, les mecs devaient avoir gagné de l’expérience et de la maturité. Figurez-vous que pas tant que ça. Oui, il y peu de progrès, l’impression que chacun improvise complètement sans parvenir à se caler sur l’autre a partiellement disparu, la programmation sonne un peu plus soignée mais malgré ces années écoulées, le sentiment demeure d’avoir affaire à des jeunots enregistrant une démo après deux mois de répétitions. Une chose est certaine, qu’est-ce que c’est gonflant ! Déjà que les orchestrations sont épurées, minimales, les tempi lents, alors en plus quand la portée du chant sonne peu claire, pas toujours bien ajustée, que certains effets collent mal, il devient pénible de s’envoyer cette musique. Pas de mélodie prenante, pas d’atmosphère spécialement efficace, les morceaux se baladent entre une cold wave ennuyeuse et une dark wave mal fichue (‘Lagrimas’ dont le piano pourri ne suit pas le rythme, ‘Acaso alguien podria mejorar el silencio ?’ qui plagie honteusement ‘Eisbar’ de Grauzone), sans grand intérêt, dont on ne retient pas grand chose. Je ne dis pas qu’une poignée de chansons ne surnage pas au milieu de ce brouet mais elles sont rares et surtout, pas assez relevées pour serrer les dents le reste du temps. Il faut quand même se farcir dix-sept pistes d’une moyenne de trois minutes (parfois plus, parfois moins). Pour résumer, difficile d’avoir l’impression d’écouter un disque abouti, c’est plutôt comme si le duo expérimentait dans sa cave et qu’il avait compilé tous ces essais sur un disque. Mortel et sans intérêt, toujours se fier à son premier ressenti.

note       Publiée le jeudi 18 février 2021

Dans le même esprit, Shelleyan vous recommande...

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "El canto agónico de las estatuas".

notes

Note moyenne        1 vote

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "El canto agónico de las estatuas".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "El canto agónico de las estatuas".