Vous êtes ici › Les groupes / artistesRRenaissance › Turn of the Cards

Renaissance › Turn of the Cards

cd • 6 titres • 41:12 min

  • 1Running hard 9:36
  • 2I think of you 3:08
  • 3Things i don't understand 9:32
  • 4Black flame 6:29
  • 5Cold is being 3:04
  • 6Mother Russia 9:23

enregistrement

De Lane Lea Music Center, Wembley, Middlesex, Angleterre, 1973

line up

Jon Camp (basse, choeurs), Michael Dunford (guitare acoustique, chant), Annie Haslam (chant), Terrence Sullivan (batterie, percussions, choeurs), John Tout (claviers, choeurs), Jimmy Horowitz (orchestration)

remarques

chronique

Sous la houlette du tout nouveau label de Miles Copeland, BTM pour British Team Managers, Renaissance se donne les moyens de concrétiser ses rêves de conquête des Amériques. Dans sa manière plus franche et plus décomplexée d'aborder la mise en perspective de sa musique, le nouvel album de Renaissance partage quelques menues similarités avec les enregistrements publiés par Gentle Giant à la même époque, je songe à "In A Glass House" ou "The Power and The Glory". Ainsi, "Turn of The Cards" franchit une première ligne de défense derrière cette ligne Maginot fictive où le groupe se réfugieait encore mordicus sur "Ashes Are Burning" ; l'indécrottable Michael Dunford ne voulant toujours rien concéder à la guitare électrique, ce sont la basse et la batterie qui seront les leviers d'une dynamique drastiquement rehaussée, apportant plus de corps et de présence à chacun des titres du présent disque. Sans parler de révolution, exception faite de "I Think of You", sur ce nouvel effort, Renaissance s'affranchit de son esthétique dépouillée pour se frotter plus franchement à un côté tout simplement rock. Comment le dire autrement ? Les orchestrations dirigées cette fois par Jimmy Horowitz semblent elles aussi plus touffues, incluant cuivres et percussions diverses ("Running Hard"). La somme de ces éléments font du cinquième album de Renaissance sans doute le plus progressif de tout ceux enregistrés jusqu'ici. "Running Hard", "Things I Don't Understand", "Black Flame" et plus encore le majestueux "Mother Russia" arborent cette flamboyance et cette mise en abîme dramatique si caractéristique du genre. Splendide et poignant pour les uns. Pompier et grotesque pour les autres. Et toujours cette référence permanente aux oeuvres classiques qui, cette fois, épingle Albinoni pour le duo orgue/voix de "Cold is Being". Mais maintenant que le groupe semble avoir trouvé sa voie, il va pouvoir laisser de côté certaines mauvaises habitudes pour se concentrer sur une oeuvre fatalement plus personnelle.

note       Publiée le samedi 29 août 2009

réseaux sociaux

dernières écoutes

  • Connectez-vous pour signaler que vous écoutez "Turn of the Cards" en ce moment.

tags

Connectez-vous pour ajouter un tag sur "Turn of the Cards".

notes

Note moyenne        1 vote

Connectez-vous ajouter une note sur "Turn of the Cards".

commentaires

Connectez-vous pour ajouter un commentaire sur "Turn of the Cards".

Shelleyan Envoyez un message privé àShelleyan
avatar

Rien que pour les deux dernière pièces...'Cold is being' et 'Mother Russia' sont des joyaux.

Shelleyan Envoyez un message privé àShelleyan
avatar

Je découvre cet album, magnifique !

docteur.justice Envoyez un message privé àdocteur.justice

gentle giant ... !! pourquoi pas daf punk !! albinioni c'est l'addagio a comparer avec la version de mariah carrey, l'une nous émeut, l'autre reprend un morceau, n'ecoutez que cold is being, a noter que le fameux john tout, est simplement pianiste sur l'album de john lennon