Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesQQueen › News Of The World

Queen › News Of The World

lp vinyle • 11 titres • 39:30 min

  • 1We Will Rock You 2:01
  • 2We Are The Champions 2:59
  • 3Sheer Heart Attack 3:24
  • 4All Dead, All Dead 3:09
  • 5Spread Your Wings 4:32
  • 6Fight From The Inside 3:03
  • 7Get Down, Make Love 3:51
  • 8Sleeping On The Sidewalk 3:07
  • 9Who Needs You 3:07
  • 10It's Late 6:27
  • 11My Melancholy Blues 3:29

enregistrement

Enregistré de juillet à septembre 1977 aux studios SARM West et studios Wessex, Londres - Produit par Mike Stone

line up

Brian May (guitares électriques et classiques, chœurs, chant sur All Dead, All Dead et Sleeping on the Sidewalk, piano sur All Dead, All Dead, maracas sur Who Needs You), Freddie Mercury (piano, chœurs, chant sur tous les morceaux sauf All Dead, All Dead, Fight from the Inside et Sleeping on the Sidewalk , cloche sur Who Needs You), John Deacon (basse sur tous les morceaux sauf Sheer Heart Attack et Fight from the Inside, guitare acoustique sur Spread Your Wings et guitare classique sur Who Needs You), Roger Taylor (batterie, chœurs, chant sur Fight from the Inside, basse et guitare rythmique sur Sheer Heart Attack et Fight from the Inside)

remarques

chronique

Styles
rock
hard rock
pop
Styles personnels
usine à chansons… sans les tiroirs

News of the world sera à jamais là pour en témoigner : Queen savait s’amuser. Mais quelque chose s’est crispé à jamais dans leur musique avec cet album charnière. Comment le situer dans la carrière en caramel massif du Queen de cette décennie 70 ? L’album suivant, c’est plutôt simple, les verra taquiner Ram Jam sur le terrain du hard de jardin, délaissant pour de bon la délicieuse schizophrénie à la Sparks et 10cc des années bénies… Mais avant ça… Avant ça, Queen était Baro-coco, et faisait soit des disques expérimentaux-tubesques qui avaient bouffé du clown, soit des usines à tubes façon Titanic classe affaires, avec option service cristal et brillance évidente, des disques qui se passeraient bien de commentaire : A Night at the Opera et A Day At The Races (encore que la face B de Sheer Heart Attack rentre dans cette catégorie)... News of The World vient ruer dans cette belle maturation comme un cerbère dans un jeu de quilles. Bien plus disparate et bien moins facile à juger que les précédents, c'est un grand album schizo, qui oublie de mettre les formes... Mais qui a pensé à mettre les tubes. Titanic entièrement privatisé par les Tuche, en mode « la croisière se met une race ».

Au premier abord, quiconque aura les précédents en tête (mais surtout pas les suivants !) ne pourra s’empêcher de s’écrier : mais où est passé la finesse ? La poésie c’est fini ! Morte, la grandiloquence ! ô épisme pastoral et cavaleries champêtres, que je ne vous chérissiasse tant que vous ne fûtes vivantes ici-bas ! Bonjour cette nouvelle invention qui va officiellement sonner la fin de l’âge d’or du rock’n’roll (pour entrer de plain-pied dans celle des bœufs), l’avènement de Bono et de l’égotrip gratuit gangrénant toute la musique populaire : le rock à stades ! Ne cherchez pas d’où vient le problème : il vient de là ! Et certainement pas du punk, qui avait vocation à décamper une fois la boule puante jetée (car entre nous, hein, le post-punk et tout ce qui s’ensuit, y compris le métal extrême, toute cette musique dont on se gargarise là... C’est pas un peu du jazz pour ados prolos ?). Je caricature volontiers pour que vous compreniez bien le basculement opéré ici, pas encore aussi évident que sur le très sincère Jazz, mais déjà perceptible dès les paroles de We Will Rock You : ça dit « mon petit pote, t’es qu’un morveux qui a séché les cours de piano mais tu veux donner un coup de pied dans la fourmilière, tu te crois fantastique ? Viens donc voir un concert de Queen, on va te vendre du rêve en grosses tranches, t’en aura pour ton blé gagné à l’usine, c’moi qui te l’dis ! »

En somme, avec ce disque, l’opéra imaginaire des deux disques précédents est reconverti en une salle de cinoche, diffusant les derniers blockbusters de 1977, mais aussi quelques classiques du film de monstre à la japonaise ! Point de Godzilla, qui rappellerait trop l’idée des dinosaures du rock mis à mal par la météorite punk, mais un robot géant au look très rétrofuturiste, évoquant la S-F telle qu’on la concevait dans les 50’s. Les numéros de cabaret sont toujours là (« Who Needs You »), mais vus à travers un filtre en technicolor (le son légèrement atténué du titre), non plus en chair et en os sur la scène ! Chaque facette du show a pris un tour utilitaire, moins fastueux, moins gratuit, beaucoup plus… ben, payant. News of the World serait ainsi un film omnibus, c’est-à-dire un film à sketches, divisé en parties distinctes - le tout annoncé en gros titres bien voyants. Et comme la maison soigne ses clients, l’entracte a prévu grivoiseries et distribution de viande pour les plus morfales (« Get Down Make Love »).

A cause de ce mercantilisme utilitaire et moins soucieux du panache, je rétrograde donc le ci-devant disque à 5/6. Oui. …Bien qu’il mériterait un 6/6 franc et absolu maaaaais nous sommes sur guts of darkness, et News Of The World est quand même, malgré ses audaces formelles, malgré le spleen de tour d’ivoire de Brian May, malgré la pureté de My Melancholy Blues (allez, plus beau titre de Queen ?), malgré tout ça ; la définition même de lumineux et calibré-pour-consommer. Soit le net contraire de cette devise éthique qui fut jadis (« je vous parle d’un temps que les moins de 20 ans... » air connu) notre ligne éditoriale. Ahem, si si, vous savez, le truc écrit sous « Guts of Darkness », là-haut. Grmbl... Par contre, NOTW, c’est aussi la définition-même du terme « Usine à tubes », donc si vous vous considérez comme ayant un minimum d’intérêt pour la Pop au sens large, le rock (hard ou non) bref la musique catchy, et ce fameux tag « usine à tubes » tant utilisé abusivement ici, soyez fair-play comme je le suis et considérez ce disque avec la frayeur et le respect d’un 6/6, soit dois-je le rappeler la même note que A Night At The Opera. Pas 5,5, 6. Ouch, les maths, c’est dur. EDIT : je viens de me reprendre « It’s Late » sur la couenne, à fond et au casque, et ce salaud de Brian May avec ses paroles de scrupuleux-mais-qui-va-quand-même-envahir-la-pologne me donne l’impression qu’il transcende d’avance toutes les critiques de Wagnérisme facile qu’on pourra jamais faire à son groupe. Et bordel, ce riff de séance de muscu sur la plage à midi pour une chanson sur le remords, je crois que même Jane’s Addiction et Soundgarden auraient vendu leurs seringues pour l’avoir pondu. Je rends les armes. 6/6. ILS M’ONT EU MOI AUSSI.

note       Publiée le samedi 17 avril 2021

Dans le même esprit, dariev stands vous recommande...

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "News Of The World".

notes

Note moyenne        16 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "News Of The World".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "News Of The World".

Aladdin_Sane › dimanche 2 mai 2021 - 17:19  message privé !

J'avoue avoir été un peu déçu au moment de la découverte de cet album au moment où j'explorais la galaxie Queen. Mis à part les 2 tubes, je trouve qu'il contient trop de morceaux moyens mais bon, rien que pour "All dead, all dead" et l'épique "It's late", cet album à la magnifique pochette vaut quand même le détour.

Note donnée au disque :       
zugal21 › mercredi 28 avril 2021 - 07:45  message privé !

Ooh... Se lasser de Queen.... Lèse-majesté ! Je comprends pas ça, mais, bon, soit .

Note donnée au disque :       
Dun23 › mardi 27 avril 2021 - 19:23  message privé !

Normal, Under Pressure se résume à 2 mots: David Bowie! Je sais bien que c'est une vraie collab, mais la patte Bowie est partout.

Kissthecatconcept › mardi 27 avril 2021 - 16:25  message privé !

Queen, j'ai aimé au premier regard, comment ne pas les remarquer!, et puis je me suis lassé vite. Trop de strass, trop de sequins, trop de paillettes, trop de confiture, trop de pompiers, trop gentils, trop tout, trop vieux, même, désormais. Ca glisse, ça ne s'insère pas profondément. Et puis les hymnes, aussi bons (voire géniaux) soient-ils, ont commencé à me sortir par le nez, par les oreilles, par tous les orifices. Je n'y arrive plus (pourtant, j'éprouvais même du plaisir à jouer les solos de Brian May). Je ne sais pas ce qu'il s'est passé. Aujourd'hui, la seule chanson que j'écoute encore, c'est under pressure. Celle-ci a la classe.

fonfongre › jeudi 22 avril 2021 - 16:46  message privé !

Diantre

Note donnée au disque :