Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesSSolefald › Black for death : an icelandic odyssey : part 2

Solefald › Black for death : an icelandic odyssey : part 2

12 titres - 50:48 min

  • 1/ Red for fire + black for death
  • 2/ Queen in the bay of smoke
  • 3/ Silver dwarf
  • 4/ Underworld (instrumental)
  • 5/ Necrodyssey
  • 6/ Allfathers
  • 7/ Lokasenna part 2
  • 8/ Loki trickster god
  • 9/ Spoken to the end of all (poem)
  • 10/ Dark waves dying (instrumental)
  • 11/ lokasenna part 3
  • 12/ Sagateller

enregistrement

Produit par Solefald Enregistré au Multimono par Asgeir Mickelson et Solefald.

line up

Cornelius (wolf voices, viking axes, sound effects); Lazare (cold choirs, claviers et orchestration, Blizzard beats) - Trickster G (voix sur 8); Aggie Frost Peterson (voix sur 8); Sareeta (violon sur 1,2,6,8,9,10,12); Live Julianne Kostol (violoncelle sur 1,2,6,8,9,12); Kjetil Selvik (saxophone sur 4 et 10); Jörmundur Ingi (voix sur Lokasenna)

remarques

chronique

Styles
metal
metal extrême
Styles personnels
solefaldien (donc spécieux...)

PUTAIN MAIS FAITES LE TAIIIIIRE!!!!! *touss* Déjà que l'album est pas génial, voilà ce *** de Cornelius qui décide de se servir de sa voix gutturale ridicule partout, doublant les lignes claires de Lazare et nous imposant ce supplice proche de l'envie de vomir aussi souvent que possible... j'en peux plus. Mais en imaginant qu'il puisse exister sur terre quelqu'un capable de supporter ce gosier minable, il me faut bien vous narrer le contenu de ce deuxième chapitre du voyage : "Black for death", ou Solefald qui se vautre dans les grandes largeurs, et d'une manière dont l'analyse rapide laisse par ailleurs à penser que les deux compères fabriquent leurs albums en fonction des critiques, et dans le but principal d'épater la galerie. Si j'avais à titre personnel déjà mentionné une bonne fois pour toute ma totale retenue quant aux textes de Cornelius que je soupçonnais de prétention pure et d'effets de manche sans profondeur à seule fin démonstrative, c'est maintenant par leur musique, jusqu'ici toujours passionnante, que le duo révèle toute sa vacuité. On a reproché à "Red for fire" son manque d'évolution et de prise de risque par rapport à "Harmonia", on l'a aussi boudé pour avoir entériné la disparition de l'extremisme métal, on a salué comme seule pépite la surprenante "Sun i call" et son saxophone jazzy merveilleux : "Black for death" est donc un album qui part dans tous les sens et tente de nouveaux effets désastreux, ça c'est pour la prise de risque, qui s'efforce de cracher régulièrement de la violence ou du son mais sans talent aucun, ça c'est pour retrouver les faveurs des blackeux, et qui nous présente deux instrumentales saxophonées dont l'une se veut jazzy jusque dans son rythme, ça c'est parce que ça a plu la dernière fois. De la structure déchiquetée de "red for fire + black for death" à l'ultime incarnation crapaud de Cornelius dans "Sagateller" en passant par les tentatives vaguement expé mais précisément ratées à la "Silver dwarf", Solefald est dans l'esbroufe fadasse, dans le verbeux, dans le prétentieux. Le groupe a largement prouvé sa capacité à l'excellence et bien entendu, ce disque contient tellement de choses qu'il y en aurait un bon paquet à saluer, si il n'y en avait pas beaucoup, beaucoup plus encore à jeter. Sur l'ensemble de ces 50 minutes les norvégiens sont incapables de dégager une véritable atmosphère, tout préoccupés qu'ils sont à en faire des tonnes et à multiplier les sons et les vocabulaires jusqu'à n'avoir plus ni l'un, ni l'autre. Ce disque sonne comme une mauvaise réaction à la tiédeur de l'accueil réservé à sa première partie; il révèle (enfin, confirme, pour ma part...) de manière particulièrement agaçante la dimension orgueilleuse et intello-prétentieuse du roquet Cornelius. Après, quelques experts en circonstances vont, peut-être, venir me dire qu'il fût entièrement écrit et enregistré en même temps que "red for fire" et qu'il ne peut donc être le résultat des critiques faites à ce dernier... peut-être, je n'en sais rien. Dans ce cas, et à l'avance, je reformule mon reproche plus simplement : ce disque est avant tout prétentieux et mauvais, toute circonstances extérieures mises à part.

note       Publiée le samedi 14 février 2009

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Black for death : an icelandic odyssey : part 2".

notes

Note moyenne        3 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Black for death : an icelandic odyssey : part 2".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Black for death : an icelandic odyssey : part 2".

Arno › jeudi 14 janvier 2016 - 09:53  message privé !

Le dernier est rigolo... Ça swingue à max... Entre envolées lyriques et breaks electro dance floor... Toujours aussi dada...

Potters field › mardi 17 février 2009 - 12:11  message privé !

en même temps, harmonia je le trouvais dejà pretentieux.

empreznor › dimanche 15 février 2009 - 18:16  message privé !

... mais je te trouve assez cruel SK, la voix de cornelius passe tout à fait, c'est vraiment le manque de riffs et d'entrain qui mine ce disque.

Note donnée au disque :       
empreznor › dimanche 15 février 2009 - 18:14  message privé !

le plus dur d'acces, ça manque d'inspiration ouais pour celui-là je regrette presque de l'avoir acheté neuf

Note donnée au disque :       
Powaviolenza › dimanche 15 février 2009 - 18:01  message privé !
avatar

Totalement indigne de Solefald celui la je trouve !!

Note donnée au disque :