Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesLLord Belial › Nocturnal beast

Lord Belial › Nocturnal beast

11 titres - 43:43 min

  • 1/ Invocation of the 68th demon
  • 2/ Succubi infernal
  • 3/ Demonic possession
  • 4/ Desolate passage
  • 5/ Nocturnus
  • 6/ Insufferable rituals
  • 7/ Monarchy of death
  • 8/ Fleshbound
  • 9/ Spiritual damnation
  • 10/ Endoctrination of human sorrow
  • 11/ Deathmarch

enregistrement

Produit par Andy LaRocque, T. Backelin et M. Backelin aux Los Angeles Recording Studios. Enregistré, mixé et masterisé en 22 jhours du 13 juin au 13 juillet 2005.

line up

Thomas Backelin (vocaux, guitares claires et rythmiques); Micke Backelin (batterie); Anders Backelin (basse); Hjalmar Nielsen (guitares leads)

remarques

chronique

Styles
metal extrême
Styles personnels
dark metal

Ce disque est un véritable cas d'étude. Jamais Lord Belial n'avait réuni autant

d'éléments en sa faveur : mélodies, harmonies, guitares claires, gestion des

vitesses, équilibre : tout est là. Mais il ne se passe rien. Les intentions sont

évidentes, le savoir faire technique incontestable, le son est noir et puissant :

un peu plus lent qu'à ses débuts, le quatuor suédois n'a cependant jamais été aussi

proche du détonnant mélange qui a explosé sur son deuxième album. On y voit

clairement les choses, on y trouve tout ce qui a fait la qualité du suscité : riffs

sombres, occultes, arpèges de guitares nocturnes et inquiétantes, mélancolie,

alternances de grosses pattes et de blasts sanguinaires, et pourtant : c'est

l'ennui total. Ca ne marche pas. Tout à l'air de, mais rien n'est réellement, comme

si le groupe composait à l'aide d'un manuel, et sans y mettre la moindre petite

parcelle de coeur. Le son est à l'unisson du mystère : il semble inattaquable mais

ne laisse rien passer. Pas d'ambiance, pas d'émotion, pas de puissance, pas de

saleté : rien! Du son, un peu gros, un peu noir... mais pas de musique. Apothéose

du malentendu, le son de guitare claire ne ressemble à rien : des cordes en simili

si dépourvues de charme et de matière qu'elles passent inaperçues malgré un mixage

avantageux. Lord Belial coure, encore et toujours, après son chef d'oeuvre. Je ne

sais pas ce qu'il y a de plus inexplicable : qu'ils aient un jour atteint cette

incroyable alchimie? Ou qu'avec tout ce qu'il y a dans ce nouvel album, ils ne

parviennent même pas à en esquisser le souvenir?...

note       Publiée le samedi 23 septembre 2006

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Nocturnal beast".

notes

Note moyenne        5 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Nocturnal beast".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Nocturnal beast".

utumno › dimanche 25 octobre 2009 - 13:12  message privé !

Juste triste qu'ils aient splitté.

Note donnée au disque :       
maf57 › lundi 29 janvier 2007 - 13:21  message privé !
Cette album est pas mal du tt,surtout la musique :Fleshbound genial :)
Note donnée au disque :       
kathaarian › lundi 25 septembre 2006 - 11:42  message privé !
je connais enter the moonlight gate, j'adore cet album, mais nocturnal beast est excellent aussi dans un style différent. j'ai tout les lord belial
Note donnée au disque :       
blood › dimanche 24 septembre 2006 - 12:02  message privé !
Mais est-ce que tu connais Enter The Moonlight Gate ?
kathaarian › dimanche 24 septembre 2006 - 10:29  message privé !
je comprend pas cette note ni cette chronique... question de gout. je vais aller à l'opposé de la chro. perso j'ai trouvé cette album formidable : il y a de belles mélodies, des ambiances formidables, les morceaux sont inteligemment composés et tous ont leur particularité. Endoctrination of human sorrow et Insufferable rituals sont splendide. certe c pas du lord belial des débuts qui bourrine à tout va. là les morceaux sont lents et mélodiques mais absolumment superbe. un de mes albums préférés tant il est beau. je trouve que tout est parfais sur cette album : le son et les compos bref faites vous votre opinion vous meme
Note donnée au disque :