Vous êtes ici › Les groupes / artistesCCrass › Penis envy

Crass › Penis envy

cd • 9 titres

  • 1Bata Motel
  • 2Systematic death
  • 3Poison in a pretty pill
  • 4What the fuck
  • 5Where next Colombus
  • 6Berkertex bribe
  • 7Smother love
  • 8Health surface
  • 9Dry weather

enregistrement

Southern Studios, décembre 1980, Londres, Angleterre

line up

Phil Free (guitare), Joy De Vivre (chant), Eve Libertine (chant), N.a.palmer (B.A.Nana) (guitare), Penny Rimbaud (batterie), Gee Vaucher (Gee) (harmonium), Pete Wright (basse)

remarques

Steve Ignorant est crédité comme 'membre de Crass absent de cet enregistrement'

chronique

Styles
punk
Styles personnels
anarcho-punk

Pour Crass, l'enregistrement de leur troisième opus, 'Penis envy' en 1981 marque un tournant musical; au niveau vocal tout d'abord puisque ce sont exclusivement les voix de Eve Libertine et Joy de Vivre qui mènent le disque. Musicalement ensuite car si les trois premières pièces restent proches du punk sec et dépressif de 'Stations of the crass', l'excellent 'What the fuck' rompt tout sentiment de continuité par des arrangements plus subtils, des alternances d'extraits de voix sur radio, des roulements de batterie, des choeurs féminins en arrière-plan et une récitation grave. Beaucoup plus mystique et contrairement à toute tradition punk, la chanson dépasse allègrement les cinq minutes. 'Berkertex bribe' surprend lui-aussi, par son introduction de percussions ethniques et de vocaux étouffés qui n'éclatent que deux minutes plus tard. C'est la lenteur du tempo qui frappe sur 'Health surface' et l'absence de grésillement de guitare; calme en apparence, la chanson dégage quelque chose de légèrement décalé qui se mue en un sentiment de malaise lors du premier break après deux minutes, lequel enchaîne sur une batterie plus rapide sur le final. Même les morceaux plus classiques sonnent plus travaillés au niveau mélodique sans que le groupe ne cède pour autant à la moindre tentation commerciale. D'ailleurs 'Penis envy' cache une plage fantôme, en réalité une parodie d'une chanson à l'eau de rose interprétée à l'orgue (on pense aux Chumbawamba), laquelle sera distribuée en flexidisc bonus dans un journal pour jeunes filles sans que la rédaction ne se doute un instant que Crass était derrière tout ça: il avait été offert par une association baptisée Creative Recording And Sounds Services (C.R.A.S.S) ! Une petite controverse agitera les médias à la découverte de la supercherie. Un grand cru aux thématiques féministes engagées.

note       Publiée le jeudi 22 mai 2008

réseaux sociaux

dernières écoutes

  • WZX
  • Connectez-vous pour signaler que vous écoutez "Penis envy" en ce moment.

tags

Connectez-vous pour ajouter un tag sur "Penis envy".

notes

Note moyenne        9 votes

Connectez-vous ajouter une note sur "Penis envy".

commentaires

Connectez-vous pour ajouter un commentaire sur "Penis envy".

Rikkit › mardi 7 décembre 2021 - 15:05 Envoyez un message privé àRikkit

J’ai toujours regardé Crass d’un œil un peu lointain et distant, pas forcément pour le discours en lui même mais parce que j’ai toujours eu (de ce qui m’était passé ds les zorzors) la nette impression que le dit discours (qu’on y soit sensible ou pas d’ailleurs, la question n’est pas la) supplanté de beaucoup la musique. J’écoute et réécoute Penis Envy en ce moment et suis obligé de constater que ben, des compos, des vraies, y en a, pleins, et des excellentes. Les arrangements sont fouillés, à tel point que je me surprend à entendre par-ci, par-la du RIO ds les coins. Beaucoup plus sensible aussi à la voix de Eve Libertine qu’à celle de Steve Ignorant, fait hyper rare me concernant que d’apprécier des vocaux féminins dans la très large famille du punk. Il faut croire que, le discours cette fois-ci, est en pure et pleine adéquation avec la musique, l’un ne grignotant pas l’autre trop facilement.

Klarinetthor › mercredi 24 février 2016 - 17:05 Envoyez un message privé àKlarinetthor

http://www.teamrock.com/features/20... La Vi retracée par Penny.

Note donnée au disque :       
Jacques Capelovici › vendredi 22 octobre 2010 - 12:18 Envoyez un message privé àJacques Capelovici

À une époque je me suis passionné pour les revues féminines. Je lisais tout, des "femme actuelle" de ma grand-mère aux "jeune et jolie" de ma cousine. L’écoute de "Penis envy" fait parfois écho aux réactions que j’éprouvais alors. Fascination mêlée d’incompréhension face à des formules auto-oppressives telles que "sein bien fait remplit la main d'un honnête homme " (en introduction d’un article conseillant des bains d’eau glacée). Un très bon disque en tout cas…

Jacques Capelovici › vendredi 16 juillet 2010 - 22:10 Envoyez un message privé àJacques Capelovici

Superbus

Seb de Super › vendredi 16 juillet 2010 - 21:17 Envoyez un message privé àSeb de Super

Bush Tetras en groupe en groupe féminin mais plus post punk