Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesUUlver › Metamorphosis

Ulver › Metamorphosis

4 titres - 25:15 min

  • 01/ Of Wolves & Vibrancy
  • 02/ Gnosis
  • 03/ Limbo Central
  • 04/ Of Wolves & Withdrawal

enregistrement

Mixed at Endless Sound Production by Tore Ylwizaker. Mastered at Strype Laboratories by Ingar Hunskaar.

line up

Conceived in Jester & Beep Jam Studios by Kristoffer Rygg & Tore Ylwizaker.

chronique

"Metamorphosis" porte parfaitement son nom. Première incursion d'Ulver dans l'électro pur et dur après l’indécision stylistique (et l’unicité par la même occasion) de "Themes For William Blake", on a vraiment affaire ici à l'EP du changement. Sans guitares (excepté un arpège), instrumental les trois quarts du temps (Garm s'en explique d'ailleurs dans le sublime et "Gnosis", aisément le meilleur morceau du disque : "not knowing how to express myself without using pagan words, I prefer to remain silent"), tu sens chez Ulver une volonté de changement total, quitte à y laisser des poils. Fini la forêt, finis les cieux - les loups sont en ville, émerveillés par ses lumières mais effrayés par son rythme ("Of Wolves And Vibrancy", morceau IDM breakcore mes couilles pas folichon mais sauvé par une certaine classe harmonique), puis en découvrent les bas fonds et les pianos-bars, s'adaptant petit à petit au monde urbain nocturne ("Gnosis" / "Limbo Central", rivalisant tous deux de mégaclasse en preview au meilleur de "Perdition City" & "A Quick Fix Of Melancholy" – indéniablement les deux points forts de l’EP) mais retombent illico dans un coma dark-ambient des égouts des plus oppressants (le minimaliste - inutile "Of Wolves And Withdrawal"). Une métamorphose dans la douleur donc : l’entité Ulver s’affirme dans son nouvel élément, en signant deux morceaux peu folichons côtoyant deux pures perles - et s'en sort donc ma foi avec brio. Personnellement, je préfère presque "Metamorphosis" (car plus court, plus aéré) à "Perdition City", où certes les loups ont pris leurs marques mais en font un peu trop à mon goût. Sobre, aventureux, faisant à la fois une parfaite introduction aux méandres électroniques d'Ulver et à la fois une parfaite coupure avec le Ulver passé, "Metamorphosis" mérite un bon 4/6 – trop souvent ignoré au profit de son très estimé successeur, ne passez pas à côté !

note       Publiée le dimanche 13 janvier 2008

partagez 'Metamorphosis' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Metamorphosis"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Metamorphosis".

ajoutez une note sur : "Metamorphosis"

Note moyenne :        9 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Metamorphosis".

ajoutez un commentaire sur : "Metamorphosis"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Metamorphosis".

Noohmsul › dimanche 16 janvier 2011 - 21:47  message privé !

Je viens de me le réécouter, et j'avais oublié que Gnosis était aussi génial! Les autres titres sont aussi très correct, à part peut être le dernier, plus dispensable... Un jour il faudra une chronique du merveilleux Perdition City.

Note donnée au disque :       
E. Jumbo › lundi 8 février 2010 - 21:46  message privé !

Décidément je le trouve bien kitsch à chanter comme ça, Garm. Le morceau breakcore est pas terrible aux premières écoutes, mais finalement bien sympa et addictif. Les passages ambiants sont jolis, sauf la première moitié du dernier morceau où on n'entend simplement rien... Un EP hétéroclite mais plaisant, les deux suivants sont quand même meilleurs (d'ailleurs ? les chros ?).

Note donnée au disque :       
Demonaz Vikernes › jeudi 24 janvier 2008 - 21:28  message privé !
ah la par contre j'aime beucoup ! quel dommage que cette derniere piste gache un peu le skeud...
Note donnée au disque :       
arckanum › dimanche 13 janvier 2008 - 21:04  message privé !
A quick fix of melancholy est une petite pepite. Plus theatral. La voix de Garm y est fabuleuse... Pour ce qui est de Metamorphosis j'aime bcp.. Bon album
Note donnée au disque :       
Sirius › dimanche 13 janvier 2008 - 18:12  message privé !
Ca sera la même note pour moi, mais pas exactement pour les même raisons: j'apprécie tous les titres sans non plus crier au génie. J'aime beaucoup le côté urbain qu'on retrouvera dans Perdition City, mais en moins bien ("Gnosis" et "Limbo central" ne valent pas un "Hallways of allways" pour moi ^^). 4/6 donc. A quick fix of melancholy est dans le même style ?
Note donnée au disque :