Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesUUlver › Themes For William Blake – The Marriage Of Heaven And Hell

Ulver › Themes For William Blake – The Marriage Of Heaven And Hell

19 titres - 79:37 min

  • 01/ The Argument, Plate 2 - 02/ Plate 3 - 03/ Plate 3, Following - 04/ The Voice Of The Devil, Plate 4 - 05/ Plates 5-6 - 06/ A Memorable Fancy, Plates 6-7 - 07/ Proverbs Of Hell, Plates 7-10 - 08/ Plate 11 - 09/ Instrumental - 10/ A Memorable Fancy, Plates 12-13 - 11/ Plate 14 - 12/ A Memorable Fancy, Plate 15 - 13/ Plates 16 - CD2 - 01/ A Memorable Fancy; Plates 17-20 - 02/ Instrumental - 03/ Plates 21-22 - 04/ A Memorable Fancy; Plates 22-24 - 05/ Instrumental - 06/ A Song Of Liberty, Plates 25-27 / Chorus

enregistrement

Recorded in Jester & Beep Jam Studios between fall 97 / rise 98 by Knut Magne Valle, Tore Ylwizaker, Trickster G. Mixed at Fagerborg Studio and Beep Jam by Børge Finstad, Tore Ylwizaker. Mastered at Strype Studio, Oslo, by Audhild Johanne Rype.

line up

Håvard Jørgensen (Guitares), Kristoffer Rygg (aka Trickster G. (chant)), Hugh Stephen James Mingay (Basse), Erik Olivier Lancelot (Batterie), Falch (Scratches), Stine Grytøyr (Voix féminines), Knut Magne Valle (Cables, Wires, Various Sound Contribution)

Musiciens additionnels : Ihsahn

chronique

« Themes For William Blake » : assurément l’album d’Ulver le moins aimé – l’album de la trahison, après un « Nattens Madrigal » des plus radicaux ; l’album de la transition, Ulver commençant ici sa métamorphose ; mais surtout l’album le plus étrange jamais pondu par ce groupe, toutes périodes confondues. De très loin le plus expérimental, le plus chaotique ; à ranger à côté du « Department Of Apocalyptical Affairs » de Fleurety ou du « Vilosophe » de Manes, ce « Marriage of Heaven and Hell », inspiré dudit poème de William Blake, est définitivement le cul entre deux chaises. Ainsi, le line-up classique du Garm-metal (Skoll, Håvard Jørgensen, Aiwarikiar, mais aussi Knut d’Arcturus) s’exprime ici à travers l’architecte de l’electronification d’Ulver, j’ai nommé Tore Ylwizaker – grossièrement (dur de résumer 1H20 de chaos musical), on a donc affaire à la rencontre des guitares avec l’electronica varié et éthéré que le groupe développera par le futur. Pas vraiment metal, excepté quelques passages assez rock’n’roll (y’a même du fast-picking Nattensien sur « A Song Of Liberty », featuring au passage Ihsahn, Samoth et Fenriz) et quelques lointaines évocations d’Arcturus ; non, la six cordes d’Håvard Jørgensen se fait tour à tour belle et acoustique (évoquant Kveldssanger sans la fôret, en mode heavenly / noyé dans la reverb), puis très goth / cold wave années 80, et enfin quasi-expérimentale – tout en leads poignants superbement harmonisés. Un côté guitaristique omniprésent absolument grandiose donc, participant énormément à la tristesse générale ; ces vestiges de rock sont assurément la grande force de cet album, aspect que le groupe laissera de côté jusqu’en 2005 avec « Blood Inside », poussant cette recette à la perfection. En effet, si l’électronique de « Themes » reste de très bonne facture, avec moult moments forts émotionnellement, on est encore loin de la classe cinématique future, les longueurs étant de la partie. Tore Ylwizaker brille surtout ici par son mix ultra ample et ses arrangements harmoniques sublimes bourrés de feedback. Garm, quand à lui, est fidèle à lui-même – ample, impérial, légèrement kitsch mais sans pour autant commettre une seule faute de goût. Un peu à l’image de cet album en fait, sublime et tragique du début à la fin. En fait, le réel défaut de « Themes » est définitivement son côté fourre-tout : quelques longueurs se font sentir sur 1H20, en particulier la fin du CD1 et le début du CD2 (qui brille surtout par ses deux dernières pistes). Le tout est réellement difficile à ingurgiter : personnellement il m’a fallu des années pour digérer, et encore aujourd’hui je redécouvre ce disque à chaque écoute. Un album qui demande donc beaucoup d’investissement personnel, mais qui en vaut la peine. Rien que pour « The Voice of the Devil, Plate 4 », « A Memorable Fancy, Plates 6-7 » ou « A Memorable Fancy, Plates 12-13 », ce disque gourmand mérite d’être vécu.

note       Publiée le jeudi 10 janvier 2008

Dans le même esprit, Powaviolenza vous recommande...

partagez 'Themes For William Blake – The Marriage Of Heaven And Hell' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Themes For William Blake – The Marriage Of Heaven And Hell"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Themes For William Blake – The Marriage Of Heaven And Hell".

ajoutez une note sur : "Themes For William Blake – The Marriage Of Heaven And Hell"

Note moyenne :        19 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Themes For William Blake – The Marriage Of Heaven And Hell".

ajoutez un commentaire sur : "Themes For William Blake – The Marriage Of Heaven And Hell"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Themes For William Blake – The Marriage Of Heaven And Hell".

Maradona › dimanche 25 juin 2017 - 21:43  message privé !

Fade et flasque!? C'est pas les adjectifs que j'aurais utilisé en faveur de Gossip mais bon. J'ai juste un truc à ajouter: Nattens Madrigal.

dariev stands › vendredi 23 juin 2017 - 21:27  message privé !
avatar

C'était pour faire une comparaison avec un groupe chroniqué sur guts, parce que niveau son, le dernier Ulver aurait plus à voir avec certains groupes de garçons coiffeurs des années 80. Et on oublie toujours un peu vite que Gossip ont eux aussi commencé comme un groupe bien brut, même si le garage-punk new yorkais c'est forcément moins underground que le black metal norvégien, hein...

born to gulo › vendredi 23 juin 2017 - 16:17  message privé !

Grave ; y en a un qui est incommensurablement plus fade et flasque que l'autre.

Maradona › vendredi 23 juin 2017 - 15:43  message privé !

Voir Ulver et Gossip dans la même phrase ça fait bizarre quand-même

zugal21 › vendredi 23 juin 2017 - 13:34  message privé !

Le dernier... Ici, ai trouvé le premier titre très bien, et tout le reste vraiment en dessous