Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesUUlver › Blood Inside

Ulver › Blood Inside

9 titres - 45:45 min

  • 01. Dressed In Black
  • 02. For The Love Of God
  • 03. Christmas
  • 04. Blinded By Blood
  • 05. It Is Not Sound
  • 06. The Truth
  • 07. In The Red
  • 08. Your Call
  • 09. Operator

enregistrement

Mixed by Ronan Chris Murphy / Mastered by Audun Strype

line up

Kristoffer Rygg, Jørn H. Sværen, Tore Ylwizaker

Musiciens additionnels : Carl Michael Eide (batterie [9]), Håvard Jørgensen (guitare [1,2,8])

chronique

Styles
electro
avant garde
ovni inclassable
Styles personnels
avant-garde

Un disque comme "Blood Inside" est assurément difficile à chroniquer tant il est riche : je pourrais vous le disséquer de fond en comble en vous parlant de son impressionnant panel d'ambiances, de sa production magistrale et si pleine de nuances, de ses multiples influences divinement assimilées, de sa capacité à apaiser et à faire rêver – l’un des rares disques sur lesquels on aime s’endormir. Ou bien du passage jazzy de "In The Red" (avec Andreas Mjøs / Jagga Jazzist), de l'épilepsie jouissive d'"Operator" (avec le – toujours – génialissime Carl-Michael Eide derrière les fûts), des lointaines et subtiles réminiscences quasi-black de "The Truth", du final Bach-ien grandiose de "It Is Not Sound". Ou encore d'à quel point la voix de Garm est exceptionnelle, variée et au top au cours de ces neufs morceaux. Je pourrais aussi partir dans un monologue dithyrambique interminable et épuiser mon stock d'adjectifs qualificatifs synonymes de "génial" pendant des lignes et des lignes en décrivant tout ce que j'ai pu ressentir lors de mes écoutes de ce dernier Ulver. Rien ne pourrait décrire exhaustivement l'admiration – que dis-je, l'amour que j'éprouve pour cette galette, pour tous les moments de bonheur ou de larmes que "Blood Inside" m'a procuré, chef d’œuvre ultime de Garm et joyau exceptionnel parmi toutes les bizarreries / ovnis que la Norvège infante par dizaines (pour mon plus grand plaisir). Un voyage étrange à la durée de vie immense qui captive / happe / absorbe toute attention et tout intérêt envers le monde extérieur du début de "Dressed In Black" à la toute dernière seconde de "Operator". Certains lui reprocheront son ambition, d'autres n'en ressentiront pas forcément la magie; mais impossible de rester indifférent à l'écoute de "Blood Inside", à moins d'être ultra-blasé et d'avoir tout vu / tout entendu – et là je ne peux plus rien pour vous. Lui laisser sa chance est l'un des meilleurs conseils que je puisse vous donner, et en toute honnêteté, je doute que vous regrettiez un tel périple, tant ce chef d’œuvre bouleversifiant troue le cul en beauté.

note       Publiée le samedi 27 mai 2006

partagez 'Blood Inside' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Blood Inside"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Blood Inside".

ajoutez une note sur : "Blood Inside"

Note moyenne :        67 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Blood Inside".

ajoutez un commentaire sur : "Blood Inside"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Blood Inside".

Sigur_Langföl › dimanche 20 septembre 2015 - 10:34  message privé !

Curieux, moi j'aime bien ce côté foisonnnant. Essaie Messe I.X-VI.X en tout cas. Ca te parlera peut-être plus. Moins alambiqué. Plus sombre, plus évident.

Note donnée au disque :       
zugal21 › dimanche 20 septembre 2015 - 09:50  message privé !

Non, c'est pas la voix qui bloque . Ce sont certains passages instrus , mais je serais pas étonné qu'à force d'écoutes ils ne me gêneront plus .

Sigur_Langföl › dimanche 20 septembre 2015 - 09:36  message privé !

C'est la voix qui bloque? C'est marrant parce que j'ai longtemps fait une fixation sur le côté gominé des derniers Ulver, mais ça transparaît vraiment qu'en studio. En live, ça claque sévère.

Note donnée au disque :       
zugal21 › vendredi 18 septembre 2015 - 18:10  message privé !

C'est assez labyrinthique et par moments indigeste.

Nerval › samedi 14 septembre 2013 - 00:34  message privé !

Exactement. Si c'était pas Ulver, je ne l'aurai pas acheté à l'aveugle comme un con ce war of the roses...

Note donnée au disque :