Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesVVed Buens Ende › Written In Waters

Ved Buens Ende › Written In Waters

9 titres - 59:07 min

  • 01. I Sang For The Swans
  • 02. You, That May Wither
  • 03. It's Magic
  • 04. Den Saakaldte
  • 05. Carrier Of Wounds
  • 06. Coiled In Wings
  • 07. Autumn Leaves
  • 08. Remembrance Of The Things Of The Past
  • 09. To Swarm Deserted Away

enregistrement

Recorded and mixed at Endless Studios.

line up

Carl Michael Eide (batterie, voix), Vicotnik (guitars, grim vocals), Skoll : Bass

remarques

Katrine S. : Female Vocals on "Autumn Leaves"

chronique

Styles
avant garde
metal extrême
black metal
ovni inclassable
progressif
Styles personnels
black transcendé et transcendant

Vous l’aurez peut être remarqué au cours de mes pérégrinations sur Guts – je suis profondément amoureux de Ved Buens Ende. « Written In Waters », leur unique album, est le genre de disque qui change une vie musicalement parlant ; un véritable trauma acoustique pour ma part, j’irais même jusqu’à parler d’un avant-VBE et d’un après-VBE au sein de mes chastes oreilles, hahaha. Et je ne suis pas le seul dans ce cas, d’ailleurs le black metal norvégien en a aussi fait les frais en 1995. Disons que le proto-black des années 80 a eu son ouragan « Into The Pandemonium » par papy Celtic Frost, et que la tornade VBE est du même acabit presque dix ans plus tard. Alors certes, on peut y trouver ici et là quelques moments black plus ou moins traditionnels : tout particulièrement quand VBE s’enflamme en blasts non binaires, certains riffs peuvent évoquer « De Mysteriis Dom Sathanas » (surtout le travail en filigrane de Snorre Ruch au sein de celui-ci), généralement accompagnés par la voix écorchée malsaine de Vicotnik. Mais si ces moments de haine ont leur importance, la vérité est ailleurs. « Written In Waters », c’est d’abord et avant tout un album de black norvégien principalement (et superbement) chanté, avec une basse au tout premier plan, des patterns rythmiques étranges et des dissonances magnifiques, qui même dix ans plus tard n’a pas réellement d’équivalent, bien que des groupes fortement influencés par ce disque émergent depuis quelques années. Harmoniquement et niveau ambiance, on touche à la perfection – principalement orientés sur le bizarre qui flatte l’oreille (Voivod, Killing Joke, King Crimson) et sur le froid Thorns-ien, VBE ne renient pas quelques moments de grâce tout simplement beaux et tristes (« Coiled In Wings » et son refrain aliénant as fuck, « Autumn Leaves » et son chant féminin païen). L’univers crée par cette alchimie de riffs et d’ambiances est totalement unique en tous points, véritable voyage mystique dont l’accès est certes difficile mais où l’effort est récompensé par une durée de vie quasi-infinie – tout ici regorge de détail, sans pour autant écoeurer. In The Woods, Arcturus, Fleurety ; d’autres groupes géniaux ont transcendé le black metal norvégien en cet âge d’or qu’était le milieu des années 90 – à mon goût, aucun n’égale le génie (le mot est lâché) de cet unique album de Ved Buens Ende en terme d’ambiance, d’émotion et de cohérence. Le meilleur conseil que je pourrais vous donner est de juger par vous-même, surtout si vous vous retrouvez dans toute cette scène black metal dite avant-gardiste ; quoi qu’il arrive, je doute que vous regrettiez l’écoute de ce chef-d’œuvre total.

note       Publiée le vendredi 12 mai 2006

Dans le même esprit, Powaviolenza vous recommande...

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Written In Waters".

notes

Note moyenne        42 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Written In Waters".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Written In Waters".

Procrastin › mardi 8 avril 2014 - 10:27  message privé !

Grosse crise au réveil ce matin, le Carl-Michael a hanté mes rêves.

Note donnée au disque :       
Jean Rhume › vendredi 17 février 2012 - 18:34  message privé !

A la suite du "Black Flux" de Virus (sur lequel je fais une petite fixette depuis deux ou trois jours), je découvre cet album mais à la première écoute, la six-boulettes n'a pas encore fait effet. A réécouter sans aucun doute car méfiance quant aux premières écoutes, les meilleurs albums se révélant souvent après.

brianm › mardi 25 octobre 2011 - 16:16  message privé !

ça commence à me faire flipper, j'ai découvert ce monument hier et je l'écoute en boucle depuis... jamais j'aurais pensé pouvoir m'enfiler un skeud de black à fond la caisse en décuvant d'une énorme beuverie, mais là ça passe tout seul... J'ai pas encore saisi tous les aspects de cet ovni, mais il y a aucune track que je zappe pour le moment; il va me falloir plus d'écoutes attentives, mais sans hésiter c'est le six boules assuré! Coup de maître, oui c'est certain!

Note donnée au disque :       
Alptraum › samedi 30 juillet 2011 - 10:33  message privé !

MAgnifique ! Et ce final à l'accordéon. Vraiment sublime

julius_manes › mercredi 27 avril 2011 - 12:58  message privé !

Vraiment très bon cet album, très bien équilibré.
D'habitude, c'est la batterie qui suit la guitare, mais là, c'est complètement l'inverse; et quel jeu de batterie! (le genre de truc qui m'énerve tellement ça me fait sentir à quel point je suis mauvais... un peu comme avec le batteur de TOOL)
Je trouve que la ligne de chant principale un peu plaintive colle parfaitement à l'ambiance. Quant aux voix féminines sur la fin de l'album, c'est la cerise sur le gâteau.
A ce niveau là, c'est principalement une question de goûts, mais je comprends tout à fait qu'on puisse lui mettre un 6/6 (à contrario, j'ai du mal à comprendre la note inférieure à 3/6... merde, quand même!)

Note donnée au disque :