Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesVVenom › Calm Before the Storm

Venom › Calm Before the Storm

  • 1987 • Filmtrax MOMENT 115 • 1 LP 33 tours

vinyl 33t • 11 titres • 36:20 min

  • 1Black Xmas02:57
  • 2The Chanting of the Priests04:25
  • 3Metal Punk03:24
  • 4Under a Spell04:09
  • 5Calm Before the Storm04:14
  • 6Fire02:42
  • 7Krackin Up02:15
  • 8Beauty and the Beast03:49
  • 9Deadline03:17
  • 10Gypsy02:25
  • 11Muscle02:43

enregistrement

Enregistré au New Marquee Studio, Londres, Royaume-Uni, 1987. Produit par Nick Tauber. Enregistré par Keith Nichol et Andy Lovell, assisté de Stuart Brown et Nigel Broad. Masterisé par Aaron Chakraverty.

line up

Cronos (basse, voix), Abaddon (batterie, chœurs), Mike H. (guitare, chœurs), Jim C. (guitare, claviers, chœurs)

remarques

Sorti en vinyle, CD, cassette.

chronique

Styles
metal
heavy metal
metal extrême
thrash metal
Styles personnels
metal metal

Venom, c'est ambivalent quelque part... autant on peut les voir comme des guignolos roulant dans la division particulière du heavy fucking metal à base de biscotos et de peaux de bêtes ridicules, avec des surenchères dans le kitsch empruntant plus au hair metal de l'époque qu'à la sorcellerie de l'occulte, et autant, quand même, on ne peut oublier leur influence sur tout un tas de groupes, du thrash au "black metal le genre", au metal punk devenu aujourd'hui un peu cliché clicha rigolo à base de bière et de seitan. Toujours est-il qu'une discographie pareille, il faut savoir se l'envoyer et se documenter, car comme tout bon groupe que les persifleurs pourraient appeler "spinal tapien", les formations, reformations, implosions, albums avortés, déformations et informations sont particulièrement chaotiques et difficiles à suivre, mais souvent bien marrantes à lire. Comme cette tournée avec un Black Flag agonisant en 1986, où Henry Rollins comme Joe Cole se feront un plaisir à se foutre de la gueule de la bande à Cronos, à se tracer des pentagrammes dans la main et hurler hail satan à tout le monde, tout en notant l'indigence du jeu de nos pauvres anglais biberonnés à Motörhead... la scène de leur roadie tenant un ventilo pour qu'Abaddon fasse genre "j'ai les cheveux épiques dans le vent" vaut son pesant de cacaouètes dans le récit ! J'en passe, mais comment oublier cet enregistrement par le même Joe Cole de ce concert où le gars va couper toute la musique pour ne retenir que les interludes entre les morceaux, ne laissant à la postérité que ce spoken word hilarant serti des incantations et cris divers de Cronos, dont le crâne servit d'urinoir à Tom Araya sur une autre tournée US avec Exodus et Slayer... Bon dieu, les anecdotes backstage : c'est poétique. Revenons au bouc : malgré un Possessed qui se voulait "retour au heavy fucking wild metal de la mort satan sans fioritures", après une multitude de sorties de lives enregistrés lors de leurs tournées, le groupe se sentira bloqué dans l'enregistrement de cet album... la première version ("Deadline", c'est le cas de le dire) ne sortira jamais, ce qui révèle aussi le drôle de jem'enfoutisme de Venom déjà noté par les mecs de Black Flag lors de leur dernière tournée américaine... prise de tête ? Plus de sous ? Je ne sais pas, toujours est-il que Mantas se barre... on se dit, ça sent le sapin mais non, Cronos et Abaddon recrutent deux remplaçants pour le prix d'un guitariste et bis repetita, vont quand même enregistrer un album avec des bouts de la démo dedans, "Calm Before The Storm", dont le contenu sera bien saupoudré de heavy "traditionnel", et où Satan se cachera dans les plis de l'heroic fantasy plus bateau et peut-être plus vendeuse ? Je ne vous parle même pas de la Neme chanson à basse de fessier ("Muscle"), et celle parlant de gitane démoniaque ("Gypsy"), c'est plus un cliché, c'est un cliché avec un énorme flash ! Les thématiques changent un peu, l'ambiance elle varie entre le heavy bien mélodique bien joué, et des scories de ce qu'était Venom jusqu'à maintenant, bas du front, motörheadien, avec des chœurs de forgerons avinés mais ponctué de solos et de légèreté de l'être. Là on entend quand même la différence entre le jeu rudimentaire de Mantas et celui des deux gars qui balancent solos shreddés, harmoniques artificielles etc.. Même Cronos chantonne par moments ! Et finalement il a un certain grain, et tout ça fait remuer le popotin tranquilou, même si, franchement, les ténèbres du chaos commencent à vraiment se barrer en vacances et à faire plus de dentelles que d'habitude. Bon, il ne faut pas trop cracher dans la soupe, les restes de l'album "Deadline" non publié gardant son cachet d'antan, dont le "Metal Punk" ou "Fire" dignes d'un moshpit avec des hooligans en rut ! Je disais que ça sentait quand même le sapin tout cela et je ne devais pas être le seul à l'époque à le penser vu qu'Abaddon abandonne (désolé), et que Cronos sent le temps de la win passer (bis), et certains vont donc voir dans cet album quelque chose qui n'est plus vraiment Venom, mais plutôt le début de Cronos (le groupe), autogroupe en activité jusqu'à la reformation de Venom en 1995 avec le line-up originel. Enfin, reformation... Venom subsistera au départ de Cronos, Abaddon et Mantas re-acoquinés publiant quelques albums ensemble. C'est simple hein ? Et je ne vous parle même pas du futur Venom Inc., je ne voudrais pas trop vous embrouiller, ahah ! En fait Venom, c'est le black metal à la Gorgoroth si on veut faire des comparaisons, avec une histoire d'une complexité certaine et à force on se demande si l'histoire même du heavy metal n'a pas inspiré les gars qui ont créé les règle du jeu des board games allemands...

note       Publiée le mercredi 31 mars 2021

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Calm Before the Storm".

notes

Note moyenne        2 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Calm Before the Storm".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Calm Before the Storm".

zugal21 › mercredi 31 mars 2021 - 15:04  message privé !

Je l'ai chopé en cd, neuf, il y a quelques mois . Label ( ? ) : Mental Metal . Une sortie de 2020. Moins de 15 euros le cd sur Amazon .

Note donnée au disque :       
Rastignac › mercredi 31 mars 2021 - 14:42  message privé !
avatar

Il se trouve aussi sous le nom « the beauty and the beast » et « metal punk ». Je me demande si nuclear blast n’a pas sorti de reedition récemment.

Note donnée au disque :       
Nicko › mercredi 31 mars 2021 - 14:39  message privé !
avatar

J'arrive pas à le trouver. J'ai vu qu'il avait été réédité en vinyle, mais pas donné... L'un des rares qui me manquent encore avec "Waste lands" et "Hell".

zugal21 › mercredi 31 mars 2021 - 11:18  message privé !

Chro qui rend bien compte du cas-chaos Venom . Ici, on aime bien ce disque à la fois âpre et velouté ; On va même aller jusqu'à penser qu'il faut l'avoir et beaucoup l'écouter.

Note donnée au disque :