Vous êtes ici › Les groupes / artistesVVenom › At war with Satan

Venom › At war with Satan

cd • 7 titres • 39:37 min

  • 1At war with Satan19:56
  • 2Rip ride03:08
  • 3Genocide02:58
  • 4Cry wolf04:19
  • 5Stand up03:31
  • 6Women, leather and hell03:21
  • 7Aaaaaarrghh02:24

enregistrement

Enregistré au Impulse Studio

line up

Cronos (chant, basse), Mantas (guitares), Abaddon (batterie)

remarques

La réédition de 2002 contient les bonnus tracks suivants : 8. At War with Satan (TV Adverts) [1:04] - 9. Warhead (12" Version) [3:40] - 10. Lady Lust (12" Version) [2:48] - 11. The Seven Gates of Hell (12" Version) [5:28] - 12. Manitou (12" Version) [4:42] - 13. Woman (12" Version) [2:56] - 14. Dead of Night (12" Version) [4:09] - 15. Manitou (Abbey Road Uncut Mix) [4:49]

chronique

Cela fait plus de 15 ans maintenant que je possède ce disque, mais jamais je n'avais eu le courage de le chroniquer jusque là. Alors que j'avais apprécié les 2 premiers disques, je n'ai jamais compris ce disque. Et puis, récemment, je me suis dit qu'il fallait lui donner une nouvelle chance. Alors ce 3ème album du groupe est singulier. Il faut bien se remettre dans le contexte. Venom, c'est un peu le vilain petit canard du rock n' roll. Ce sont des gamins de 20 ans qui jouent du rock basique de chez basique, influencé par Motörhead, et auquel ils ajoutent une bonne dose d'occultisme, de satanisme bas du front avec un discours ultra-primaire du genre, nous jouons le plus fort et le plus vite et nous sommes les plus méchants. Et là, pour ce nouvel album, les voilà qui cherchent à acquérir un semblant de crédibilité (pourquoi, mais pourquoi ???). Et pour ce faire, ils décident ni plus ni moins de créer un morceau qui remplira entièrement la première face de l'album (pour les plus jeunes, je rappelle qu'une face de vinyle 33 tours pouvait contenir jusqu'à 25 minutes de musique environ). En cela, ils cherchent à utiliser ce que les groupes de rock progressif (c'est-à-dire l'antithèse complète de Venom) font depuis quelques années. Et donc, l'album commence effectivement par le titre qui donne son nom à l'album, "At war with Satan" (alors, déjà en 1984, appeler son album de la sorte n'est peut-être pas le meilleur moyen pour gagner en crédibilité au sein de l'industrie du disque, des médias, des gens en général... Après, on peut toujours discuter de l'intérêt de cette démarche, mais ça, c'est une autre histoire). Enfin bref, ce "At war with Satan" dure donc près de 20 minutes. Il consiste en un enchaînement de différentes parties, ayant plus ou moins de liens entre elles, allant du speed rock démoniaque (à la Venom) en passant par des incantations, des parties calmes à la guitare sèche et quelques raccords plus ou moins bien sentis et maîtrisés. Pour simplifier, je dirais que les 8 premières minutes gardent une certaine cohérence et jusque là, c'est même plutôt bon avec de très bons riffs. Par la suite, ça se gâte... C'est un peu comme si le groupe mettait un point d'honneur à faire un morceau de 20 minutes. Alors pour les 10 minutes qui suivent, ça fait clairement remplissage sans queue ni tête et il faut attendre les 30 dernières secondes pour revoir débouler le riff principal (ouf !), très bon, mais c'est alors que le morceau se termine brutalement en fade out alors qu'il aurait pu rebondir à ce moment-là pour faire une fin digne à ce titre sur 1 ou 2 minutes supplémentaires. Bref, un essai peu concluant, ils auraient pu faire un très bon titre de 7 à 10 minutes, au lieu de cela, on a un morceau laborieux. Pour la deuxième face, alors, ça alterne de bons moments avec du pur remplissage, mais surtout une véritable repompe du précédent disque, sans plus-value. C'est un peu comme si toute l'énergie avait été mise sur le premier titre et qu'ensuite, on allait dérouler avec des morceaux de speed rock de 3 minutes. Cependant, quand on voit ce qu'ils font quand ils veulent expérimenter, autant qu'ils restent sur ce format court ! On peut noter l'efficace "Genocide" avec son riff entêtant et son rythme bien speed (sans blague !) ainsi que le très thrash "Woman, leather and hell". Au moins, une chose n'a pas changé et cela apporte une réelle satisfaction à l'écoute de ce disque, l'atmosphère démoniaque est toujours bel et bien présente. Enfin, on peut noter que la réédition de 2002 comporte des morceaux bonus inédits issus de single de l'époque. Et là, on peut presque regretter qu'ils n'aient pas fait partie de l'album tellement je les trouve pour les 2/3 bien supérieurs aux morceaux de l'album. Au final, un album inégal avec un premier titre beaucoup trop ambitieux et dont la structure gâche l'écoute globale de l'album. Reste tout de même de bons passages.

note       Publiée le dimanche 18 novembre 2012

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "At war with Satan".

notes

Note moyenne        12 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "At war with Satan".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "At war with Satan".

gab › dimanche 25 juillet 2021 - 18:34 Envoyez un message privé àgab

Un bon album, avec du riff bien balancé... Mais faut pas s'attendre à la suite des 2 premiers.

Note donnée au disque :       
luapluap › jeudi 8 juillet 2021 - 13:44 Envoyez un message privé àluapluap

Metal Black (2006) est excellent aussi, tapis de béton déversé.

stickgrozeil › jeudi 8 juillet 2021 - 11:37 Envoyez un message privé àstickgrozeil

Et un autre pétard mouillé pour Venom, qui aura fait quand même bien peu de bons albums : le génial Black Metal, les très très décents voire bons Calm Before the Storm et Prime Evil (c'est con, c'est déjà le début de la fin question line-up). Pour le reste, j'ai décroché à partir de Wastelands. Reste que les shows sont toujours plaisants (aaaah, ce Hellfest, j'ai perdu ma voix sur Countess Bathory)

Note donnée au disque :       
zugal21 › vendredi 14 août 2015 - 16:27 Envoyez un message privé àzugal21

Les quatre premiers Venom, c'est de la balle. Possessed, le mal aimé, inclus, donc.

Note donnée au disque :       
Demonaz Vikernes › vendredi 14 août 2015 - 15:14 Envoyez un message privé àDemonaz Vikernes

Encore un petit cran au dessus des précédents (1,66/6 quoi, on arrondi à 2, noël !). Pour la première fois un titre de venom est décent : The Seven Gates of Hell. Manque de bol, c'est pas sur le skeud d'origine. "Aaaaaarrghh" comme disait l'autre. Bon et c'est pas Possessed qui changera la donne. Pouah.

Note donnée au disque :