Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesRRubella Ballet › Planet punk

Rubella Ballet › Planet punk

cd | 15 titres

  • 1 Planet punk
  • 2 All potential terrorists
  • 3 Run run
  • 4 Killuminati
  • 5 Pandora's box
  • 6 Anonymous
  • 7 Hellbilly heroin
  • 8 Bio hazard
  • 9 Silver or lead
  • 10 Wonderful life
  • 11 You'll be sorry
  • 12 Sedition
  • 13 Victory for the victims
  • 14 Vampire wedding
  • 15 Straship transporter

extraits vidéo

  • Il y a des extraits vidéo pour ce disque. Vous devez être membre pour les télécharger : devenez membre.

line up

Zillah Minx, Sid Truelove et plein d'amis...

remarques

Existe en version LP avec le cd inclus.

chronique

‘Can’t you see, punk is my identity ?’, les ongles, les clous, les spikes capillaires sont de retour plus fluorescents que jamais. Plus de 50 balais chacun au compteur mais aucune intention de tourner le discours à la grenadine, bien au contraire, vingt-quatre ans après leur dernier disque en date, Rubella Ballet sonnent plus punk que jamais tant dans les textes que la musique qui a franchement durci le ton même si le chant de Zillah évoque toujours immanquablement Siouxsie. Des guitares plus lourdes, pas mal de samples, une voix masculine plus présente, le groupe sonne tout sauf daté avec une production résolument moderne et un oeil acéré sur son époque. Comme l’explique Sid, ‘le message dominant de l’album est de ne pas croire tout ce que l’on entend aux nouvelles ou lit dans les journaux car finalement ce sont ceux contre lesquels nous nous battons qui gèrent les infos’. Ca peut sembler naïf dit comme ça sauf que c’est vrai, moins évident que l’on croit et que les Anglais n’ont rien à prouver, eux qui n’ont jamais renié leurs convictions anarchistes ni leur mode de vie et de toute manière, ‘Planet punk’ est un un bon disque. Les fans du début ne seront pas surpris outre mesure mais néanmoins , ce n’est plus tout à fait le même combo: ‘Killuminati’ frise l’indus metal à la Ministry, ‘Pandora’s box’, c’est une version goth de ‘Army of me’ de Björk, ‘Hellbilly heroin’ du punk contemporain, ‘Anonymous’, une version couillue de Sigue Sigue Sputnik. Un vrai bordel ? Non, Rubella Ballet se sont reformés au début des 2000s, ils ont beaucoup joué, tourné, pris le temps d’acérer leurs lames sans perdre le sens de la mélodie. Si le discours est plus sombre que jamais, le ton n’est nullement pessimiste et les musiciens ont choisi de conserver leur imagerie fun et colorée et ils ont à mon sens bien agi puisque de cette manière le silence de près de dix ans entre le split et le regroupement semble n’avoir jamais existé. Cyber-anarcho ? Peut-être bien. Rythmée (la boîte blaste sec), pêchue, moderne, fracassante, la contestation reprend du poil de la bête avec un certain second degré comme notre époque en manque cruellement. En plus, ma version inclut le cd avec le LP, lequel cd se voit gratifié de deux titres bonus, le tout pour un prix ultra correct. ‘Société, tu m’auras pas’, fredonnait Renaud en 75…Guignol ! Tu veux en écouter, des gens que la société n’aura pas et pour de bon ?

note       Publiée le vendredi 4 janvier 2019

Dans le même esprit, Twilight vous recommande...

partagez 'Planet punk' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Planet punk"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Planet punk".

ajoutez une note sur : "Planet punk"

Note moyenne :        1 vote

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Planet punk".

ajoutez un commentaire sur : "Planet punk"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Planet punk".