Vous êtes ici › Les groupes / artistesPPaperclip People › The Secret Tapes of Dr. Eich

Paperclip People › The Secret Tapes of Dr. Eich

cd • 12 titres • 70:32 min

  • 1Welcome center
  • 2Oscillator
  • 3Paperclip man
  • 4Throw
  • 5The climax
  • 6Clear and present
  • 7Floor
  • 8Steam
  • 9Country boy goes dub
  • 10Slam dance
  • 11Parking garage politics
  • 12My neighborhood

informations

1990-1996

line up

Carl Craig

chronique

Un vrombissement. Très sourd. Des cris aigus filtrés. Une pulsation irrégulière. La voix inquiétante d'un psychiatre traitant d'un patient terrorisé. Une sortie au jour. "Welcome to our world." En ce qui me concerne, cette introduction sera le seul réel signe de "bienvenue" que je trouverai dans ce disque. Car dès le "fight !", tout droit sorti de Streetfighter II, qui enclenche le second titre, nous entrons dans un tout autre monde, que nous ne quitterons plus : de la house des années 90 pure et dure. Paperclip People (les hommes trombonnes ?), c'est un des nombreux alias de Carl Craig. Et Carl Craig a également produit beaucoup de musique de ce genre ; le bougre s'en sort d'ailleurs avec les honneurs. C'est d'un minimalisme très efficace (enfin si l'on aime la house) et certains sons distillés sont vraiment typiques et reconnaissables entre mille comme étant extraits du monde de Carl Craig, celui d'une alerte lancée par des machines nous enjoignant à dire adieu au monde (écoutez le merveilleux "More songs about food...") Échos crasses et caverneux. Harmonies organiques haut perchées. Froideur des machines contrastant avec la chaleur de certains timbres vocaux. La moëlleuse intro de "Clear and present". Les distorsions progressives. Un peu de Strings of Life par ci par là. Bien. Pour le reste, voilà, c'est parfois beau, c'est très bien ciselé, mais cette réunion de titres sortis dans la première moitié des années 90 reste au final du ta-ta-poum qui ne m'inspire pas plus que ça, et qui est parfois longue. Surtout vers la fin.

note       Publiée le samedi 18 juin 2011

dernières écoutes

Connectez-vous pour signaler que vous écoutez "The Secret Tapes of Dr. Eich" en ce moment.

tags

Connectez-vous pour ajouter un tag sur "The Secret Tapes of Dr. Eich".

notes

Note moyenne        2 votes

Connectez-vous ajouter une note sur "The Secret Tapes of Dr. Eich".

commentaires

Connectez-vous pour ajouter un commentaire sur "The Secret Tapes of Dr. Eich".

Dioneo Envoyez un message privé àDioneo
avatar

PS : j'ai ajouté le lien bandcamp, sinon, où on peut écouter la version remasterisée de la chose... Ça n'existait pas à l'époque de la chro évidemment, et c'est cool qu'on puisse désormais écouter ça aussi facilement. (Idem pour More Songs About Food and Revolutionary Art... tant qu'à faire).

Message édité le 21-06-2024 à 13:23 par dioneo

Note donnée au disque :       
Dioneo Envoyez un message privé àDioneo
avatar

Toujours l'impression d'un malentendu en lisant cette chro/voyant cette note - ou plus justement, toujours pas du tout comme ça que je l'entends ! "Long surtout vers la fin" (comme la Planet E-ternity ?)" dans le contexte techno/house et comme ici franchement orientée dancefloor, je trouve que l'argument ne tient pas ! Enfin, c'est fait pour, quoi - être répétitif, hypnotique, prendre sur la... bah sur la longueur. Et ceci dit - Trimalcion ayant par ailleurs bien le droit de s'emmerder en écoutant ce disque et de lui foutre une note centriste en conséquence, c'est pas mon propos... - pour ma part ce n'est pas la seule qualité que je lui trouve, ce côté hypno. J'aime bien le côté collage/montage (de bandes) apparent, minimaliste oui mais pas du tout au sens du courant "chez moi tout est blanc cassé/beige et j'ai seulement trois objets (à x-milles thunes) par pièce car je vis en pleine conscience" du terme mais au sens "faire des boucles simples qui raclent et qui vrillent". Puis bon, Throw, quoi. Le premier truc entendu de Craig sous cet alias - et ça m'a fait presque un choc, par rapport à ses trucs sous son propre nom ou sous Innerzone Orchestra, beaucoup plus sophistiqués, cérébraux, qui parfois s'égarent un peu dans le "vois comment que c'est classe ma musique", à mon goût (même si j'aime aussi beaucoup la plupart de ses trucs, hein). Là c'est donc bien plus brut, bien plus orienté "dance voire booty", ça fait pas le malin mais le foufou, ça colle aux doigts et au crâne (et aux jarrets donc !)... C'est de la SF/du ciné popu sur papier pulp, aussi, avec cette référence du nom du truc, probable - l'Opération Paperclip, épisode pas bien propre de l'histoire, où des savants nazis ont été "importés" sur le sol américain pour continuer leurs recherches pour le gouvernement U.S. (au prix d'une immunité par ailleurs inespérée...), et ce nom (fictif il me semble) de savant, ce titre qui fait sonner le machin comme un thriller/film d'épouvante pété à la Bernard Quatermass et compagnie. Bref... J'aime bien cette période là de ces musiques là, perso - qui est en plus celle où je m'ouvrais à tout ça, où je sortais volontiers des trucs à guitares électriques (avec quelques crochets jazz et free) où j'avais non-exclusivement mais très principalement rôdé toute ma première jeunesse. (Faudra que je vous cause de 69, un jour, autre projet pas "intelligent techno" du gars, à peu près à la même période... Ça m'a fait des belles soirées/nuits, à l'époque et plsu tard).

Note donnée au disque :       
taliesin Envoyez un message privé àtaliesin

A bein tiens, un de mes albums techno/house favoris ! Je ne suis pas spécialement fan de la production du sieur Craig en général, mais avec ce projet ci, il cartonne !

Note donnée au disque :