Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesZŽen › Jantar

Žen › Jantar

cd • 8 titres • 34:46 min

  • 1Ja ću Biti Bor5:03
  • 2Igra Protona, Elektrona I Neutrona4:08
  • 3Žal3:37
  • 4Slava Raškaj5:44
  • 5Išao Sam Negdje, Bila Sam Svugdje5:29
  • 6Tvoje šape Ostavljaju Tragove4:32
  • 7Kraj Početak4:57
  • 8Slavenska Bajka6:06

extraits vidéo

  • Il y a des extraits vidéo pour ce disque. Vous devez être membre pour les télécharger : devenez membre.

enregistrement

Enregistré par Luka Grubišić Čabo aux studios Soundbrick et ViBRa, Zagreb, fin 2014/début 2015. Mixé par Luka Grubišić Čabo et Neven Marinac. Masterisé par Valent Samardžija. Produit par Žen.

line up

Eva Badanjak (guitare, voix, synthétiseur, orgue, cordes), Sara Ercegović (batterie, voix, synthétiseurs, orgue, cordes), Ivona Ivković (basse, synthétiseur, orgue, cordes)

Musiciens additionnels : Andrea Giordani (narration sur 8)

remarques

Artwork : Eva Badanjak et Tanja Minarik. Coproduction Unrecords/Vox Project.

chronique

Jantar : l’Ambre. Et en effet, ce disque, encore plus que le précédent (I Onda Je Sve Počelo), est transparence et couleur dans la masse, dans la profondeur ; absorbe la lumière et la renvoie teintée – séduisante et assombrie. Arêtes nettes et halos troubles. J’y goûte plus que sur l’autre la saveur de cette langue – slave, "exogène" à notre oreille latine. Il me semble que les mélodies, les harmonies, affirment encore plus, osent les dessins rapportés de nulle part, conçus, articulés sur place – justement comme on parle, comme on chante dès l’enfance. Le son s’y étend encore, s’y précise – plus aéré mais, quand il faut, plus dur (de contours, de texture). L’énergie s’étend moins qu’elle tient et tend ces chansons, souvent. Tendresses et non-recevoir – dans la mesure de ce que j’en comprends – s’y disent plus nets, la personnalité des musiciennes, du groupe, encore plus libre, libérée. J’aime cette tristesse radieuse, décidément, où l’on court, où l’on flotte or de l’emprise, de l’apitoiement sur soi et le reste. Cette fête grave et parfois souriante, jamais solennelle. J’aime que ce clavier ouateux, cette guitare soir-luisant, sur Slava Raškaj, puisse me rappeler The Cure, les longues pluies et bruines de Disintegration, sans qu’à aucun moment je ne me dise "oh, pastiche". La lumière y est plus chaude – ou autrement, chaleur de rayonnement solaire plutôt que d’alcôve calfeutrée. Tout ça – encore une fois – a son chant propre, son rythme à soi. Tout ça chemine. Des images s’écoulent – comme derrière elles les projections, en concert – trop bougées, trop rapides pour enfermer l’écoute, l’esprit, dans une nostalgie, un arrêté, pour qu’on s’en saisisse et s’y fixe. On se rappellera bien sûr les arpèges, les nappes, les structures jamais plates, souvent plus ramifiées, changeantes que ne le laissaient supposer, au début, l’évidence, le charme immédiat du premier contact. Il y a montées, il y a rupture. Il y a des gens nus, dans un clip, qui se jettent, se laissent tomber dans l’eau. Des êtres-femmes qui dans l’escalier deviennent des êtres-hommes – ou est-ce le contraire, ou racontent-elles encore autre chose ? C’est immédiat et ça en garde, pour chaque fois, à révéler, à trouver, à donner. On se demande si c’est comme ça, nuances, tranchés, poids, hygrométrie, fragrance – l’air de Zagreb et des terre, de la mer entre nous et des rues qu’elles parcourent, des soirs dans leurs bâtisses.

note       Publiée le dimanche 21 janvier 2018

Dans le même esprit, Dioneo vous recommande...

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Jantar".

notes

Note moyenne        2 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Jantar".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Jantar".

(N°6) › lundi 22 janvier 2018 - 17:32  message privé !
avatar

Oui, bien agréables les extraits, surtout le côté dream-pop noisy.

Dioneo › dimanche 21 janvier 2018 - 22:58  message privé !
avatar

Ah oui, j'avais pas checké ça, oups... Va pour le DJ set non-oueurldeu, alors.

EDIT : et oui, sinon, ça ne m'étonnerait pas trop que leur musique te plaise, aux trois Croatesses... (si tu accroches aux deux extraits - Kraj Pocetak et ses harmonies vocales prenantes, Ja Cu Biti Bor et son shoegaze de nuit de printemps qui monte... Ben y'a de fortes chances que le reste te gagne aussi, après).

Note donnée au disque :       
(N°6) › dimanche 21 janvier 2018 - 21:26  message privé !
avatar

En playlist DJ set pas-musiques-du-monde avec ZeN, ça pourrait le faire si j'en crois les chros (qui me font dire que ça me plairait), parce que pour un concert, ces deux-là sont plus dans le même espace-temps. ;)

Dioneo › dimanche 21 janvier 2018 - 16:06  message privé !
avatar

Eh eh ! Comme quoi... (J'ai pas encore googletradé celui-là et ses titres, à vrai dire).

Note donnée au disque :       
boumbastik › dimanche 21 janvier 2018 - 16:03  message privé !

suncani ljudi (pron. sountchani lioudi) = des gens ensoleillés