Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesTHubert-Félix Thiéfaine › Eros Über Alles

Hubert-Félix Thiéfaine › Eros Über Alles

cd • 8 titres • 36:51 min

  • 1Was ist Das rock'n'roll
  • 2Je ne sais plus quoi faire pour te décevoir
  • 3Amants destroy
  • 4Pulque mescal y tequila
  • 5Septembre rose
  • 6Syndrome albatros
  • 7Droïde song
  • 8"Je Suis Partout"

line up

Alain Gouillard (batterie), Dominique Mahut (percussion), Claude Mairet (guitare), Claude Salmieri (batterie), Hubert-félix Thiéfaine (chant), Patrice Tison (guitare), Sauveur Mallia (basse)

Musiciens additionnels : Daniel Adjadj, Jean-Luc Escriva (chœurs)

remarques

chronique

Styles
chanson
new wave
rock
Styles personnels
rock français fm

Bon, là, dès l'intro, c'est carrément du Def Leppard. Mais qu'est-il arrivé à Thiéfaine ? Ouate zeu feuque izzisse cowbell, Hub' ? Tu ne sais plus quoi faire pour me décevoir, mais t'as trouvé la bonne voie... Tony Carbonare, en voilà un nom de producteur à moustache dont on aurait dû se méfier, alors qu'il avait pourtant opéré sur Autorisation de Délirer, sur Dernières Balises... Avec ses tubes foireux sonnant comme du Capdevielle fantoche, sa profondeur émotionnelle de rock pour Club Med' MAIS ses furtifs passages presque magiques, je ne sais pas si Eros Über Alles est vraiment le plus médiocre album de Thiéfaine... mais il a de sérieux arguments pour espérer figurer en haut du podium-gogues ! Sinon la sympathique ballade latino-éthylique, à peu près tout est raté dans cet album, qui ressemble à une succession de tentatives de tubes avec les paroles les plus imbuvables possibles. Indigence... Un disque craignos, avec un son déplacé, inapproprié. Une pochette au grain mensonger, qui devrait être ornée d'une photo poseuse à la chanteur de charme, ce que le timide Thiéfaine ne sera jamais même si on le drogue pour ça. Il n'y a bien à sauver que "Amants destroy" et son hymne "Pulque mescal y tequila" pour moi, en étant indulgent, et quelques passages évoquant l'ambiance sonore de Rain Man donc pas forcément dégueux, juste inopportuns... Le pompon étant décroché par le titre final avec son titre référence au journal collabo - trip bancal et de mauvais goût mêlant 39-45 et bagatelle (après tout le sexe est une occupation comme une autre) qui aurait pu être un grand moment, mais Thiéfaine est ici plus proche de Jean-Louis Costes que de Boyd Rice pour la finesse - avec ces "je suis partout, partouuuuze" moches à souhait. Un navet, certes tout à fait écoutable d'où une note minimale évitée de justesse, mais un navet quand même !

note       Publiée le mardi 9 juin 2015

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Eros Über Alles".

notes

Note moyenne        6 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Eros Über Alles".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Eros Über Alles".

nicola › jeudi 14 juin 2018 - 13:01  message privé !

J’aime bien Chroniques Bluesymentales et Fragments d’Hébétude, plus qu’Eros über alles qui ressemble à du Gogol de la même époque.

Note donnée au disque :       
Aladdin_Sane › jeudi 14 juin 2018 - 12:06  message privé !

Album mal aimé à juste titre, il est vrai que cette production 80 "putassière" dessert certaines compositions qui auraient mérité un plus bel écrin. HFT redressera le tir avec Chroniques Bluesymentales avant de me perdre à nouveau avec un Fragments d'Hébétude plutôt lourdingue...

Note donnée au disque :       
Raven › mercredi 10 juin 2015 - 00:07  message privé !
avatar

Je connais bien ce best of puisque c'est la première chose que j'ai entendu de Thiéfaine, je crois même qu'il passait dans la casa alors que je marchais à peine - et les versions sont rigoureusement identiques, si je ne me docteur.

zugal21 › mardi 9 juin 2015 - 19:16  message privé !

Un de mes Thiéfaine que je n'écoute plus du tout, l'ayant à la base peu écouté. Il est mauvais. Il me semble (flemme de vérifier après une journée de labeur) qu'une version différente et meilleure de "Pulque Mezcal y Tequila" se trouve sur la compile "84-88". Si c'est la même version, c'est rien, c'est que je sucre les fraises

Note donnée au disque :       
born to gulo › mardi 9 juin 2015 - 07:57  message privé !

Woah, Shellac, copieur !