Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesXXasthur › Nocturnal poisoning

Xasthur › Nocturnal poisoning

8 titres - 69:12 min

  • 1/ In the hate of battle
  • 2/ Soul abduction ceremony
  • 3/ A gate through bloodstained mirrors
  • 4/ Black imperial blood (Mutiilation cover)
  • 5/ Legion of sin and necromancy
  • 6/ A walk beyond utter blackness
  • 7/ Nocturnal poisoning
  • 8/ Forgotten depths of nowhere

enregistrement

Mind aletered studios.

line up

Malefic (tout)

remarques

chronique

Styles
metal extrême
black metal
Styles personnels
black metal

Soyons clair, Xasthur c'est avant tout une histoire d'ambiance. Beaucoup de gens sont allergiques au projet de Malefic à cause du son. il est vrai que sur ce "Nocturnal poisoning" on est loin des prod's made in abyss studios. Et pourtant, c'est bien ce son qui porte Xasthur dans ces abîmes de noirceur. Ces riffs décharnés, ces intermèdes au synthé (bien cheap lui aussi), ce "chant" au mixage abominable, Malefic use et abuse de tous ces effets en connaissance de cause, et le fait à bon escient. Dès "In the hate of battle", le charme opère à nouveau. Ce morceau est d'ailleurs à mes yeux l'un des tous meilleurs du projet. Atmosphérique, dérangeant, parfois presque planant et surtout d'une mélancolie poignante, la noirceur qui recouvre cet album parvient à traverser les enceintes et atteindre l'auditeur directement au but. Déprimant, noir comme l'ébène, défaitiste et sale, il montre des compos bien plus abouties qu'auparavant. En témoignent la poignante "A walk beyond utter blackness" ou "Nocturnal poisoning", bien mieux construites, avec une réelle progression, et non plus un simple collage de riffs comme par le passé. Malefic ralentit le tempo pour proposer deux pures pièces de black dépressif doomisant aux ambiances prenantes. Il hurle comme un damné, gratte ses cordes sans finesse mais avec hargne, loupe ses ponts, et pourtant... C'est ça qui fait le charme de Xasthur. Au-delà de ses discours déplorables, ce type sait faire passer une émotion, il sait trouver l'harmonie de grattes + claviers, ou arpège clair sur base électrique, qui tue, fait progresser ses chansons malgré ces quelques fautes de goûts (claviers toujours, ou mixage parfois trop foireux, interludes avec grattes électriques ratés cf la fin de "A walk.."), bref l'artiste qui n'a pas besoin de grand chose pour divulguer son message. Haine, désespoir et dépression... "Nocturnal poisoning" se montre aussi comme le disque le plus mélancolique de toute la discographie, et je ne vous cacherai pas qu'il s'agit également de mon préféré. Celui dans lequel le son n'entrave rien, bien au contraire, celui dans lequel la variété des compos tient l'auditeur en haleine tout au long du disque jusqu'à ce superbe final qu'est "Forgotten depths of nowhere" (ah burzum quand tu nous tiens..), celui qui repasse encore et encore quand on se sent mal, et surtout le disque qui consacre Xasthur dans ce genre si prisé. Un style qu'il s'est forgé seul, inimitable et dont on a malheureusement peine à imaginer qu'il en sortira un jour. Sombre, noir et original... Si le son n'est pas un problème pour vous, alors laissez-vous tenter...

note       Publiée le mardi 13 septembre 2005

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Nocturnal poisoning".

notes

Note moyenne        19 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Nocturnal poisoning".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Nocturnal poisoning".

Int › dimanche 30 janvier 2011 - 18:38  message privé !

Une histoire d'ambiance, d'esthétique et de personnalité, trois choses qui manquent cruellement à la plupart des groupes tagués DSBM. Excellent disque d'un des groupes de Black Metal (ou au moins de Black dépressif) les plus marquants des années 2000.

Note donnée au disque :       
M-Atom › dimanche 16 novembre 2008 - 20:19  message privé !

en matière de BM je suis plutot amateur de production lo fi qui généralement vont bien au style et renforce l'ambiance générale. malgres tout je pense qu'un certain équilibre crade/clair doit être pris en compte pour que la production serve les compostions sans y nuire. or ici, contrairement a ce qui est dit dans la chronique je pense que la production nuit beaucoup a l'album...gachi, voila le mot qui e vient quand j'écoute cet album dont l'ambiance est absolument ultime mais malheureusement gachée par une production qui rend l'écoute plus pénible qu'autre chose. grosse deception pour ma part car tout est pourtant la pour en faire un chef d'oeuvre

Note donnée au disque :       
michel rocard › samedi 21 juin 2008 - 05:16  message privé !
Euh lol. En fait non.
passepartouze › jeudi 19 juin 2008 - 22:44  message privé !
y'a pas spiderman en haut à gauche dela pochette?
Demonaz Vikernes › vendredi 25 mai 2007 - 22:09  message privé !
Et bé...je me demande a quoi ressemblent les autres alors x_X
Note donnée au disque :