Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesAAin Soph › Kshatriya

Ain Soph › Kshatriya

cd | 5 titres

  • 1 Decimus Gradus
  • 2 Monsalvat
  • 3 L.A.O
  • 4 Kshatriya
  • 5 Stella Maris

extraits vidéo

  • Il y a des extraits vidéo pour ce disque. Vous devez être membre pour les télécharger : devenez membre.

enregistrement

Rome, Italie, 1987

chronique

Styles
ambient
indus
Styles personnels
rituel

Selon Wikipedia, kshatriya signifierait 'guerrier' et donc membre d'une des quatre castes assurant l'ordre social selon l'hindouisme; cette dernière formée de rois, de combattants semble la plus estimée dans la tradition indienne. Enregistré en 1987 et réédité dans une version remasterisée vingt ans plus tard, ce disque est à écouter comme un tout, un peu comme une messe dont il dégage d'ailleurs l'atmosphère recueillie et mystique. Une invocation solennelle ouvre la cérémonie sous forme d'une simple mélodie de piano et d'un chant féminin très religieux dans ses intonations. 'Monsalvat', texte emprunté à Aleister Crowley, paraît se profiler sur les mêmes lignes...Le piano dépouillé, la voix presque hypnotique...Soudain, nous cueillant à rebrousse-poil, l'agression sonore sous forme d'une guitare électrique grinçante aux cordes sauvagement grattées...Puis reprise, puis violence avec l'adjonction d'un orgue pesant et funèbre. Plus proche des anciens travaux, la pièce suivante dégage une essence fortement rituelle, nue à l'extrême, avec une unique percussion lente, à la manière d'une marche, et des voix masculines, l'une chantant, l'autre psalmodiant au second plan...Après six minutes, un orgue comme surgi lentement des profondeurs de la terre élève lentement ses deux accords, tandis que la pulsation primale s'évanouit lentement. Nos Italiens ont toujours eu un talent fou pour construire des ambiances incroyables avec très peu d'éléments et ce travail ne fait pas exception à la règle. Beaucoup plus lourd et glauque, 'Kshatriya', s'articule uniquement autour de fréquences basses, de discordances de guitare, avec un piano menaçant dans le lointain, résonnant comme une imprécation agressive comme si des guerriers cherchaient à se donner du courage avant la bataille autant qu'à implorer la protection de leurs divinités. 'Stella Maris' conclut sur une touche plus apaisée avec le retour des vocaux féminins, des nappes hypnotiques, quelques cordes de guitare sèche pincées qui cèdent la place à la récitation masculine, laquelle s'accompagne d'un climat plus pesant dont la progression se charge de menaces avant un ultime moment de paix où le chant féminin semble conclure la messe...Je pourrais en dire beaucoup encore mais je n'en ai pas envie, écoutez et ressentez.

note       Publiée le mercredi 13 juillet 2011

partagez 'Kshatriya' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Kshatriya"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Kshatriya".

ajoutez une note sur : "Kshatriya"

Note moyenne :        3 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Kshatriya".

ajoutez un commentaire sur : "Kshatriya"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Kshatriya".

born to gulo › jeudi 14 juillet 2011 - 00:42  message privé !

la définition du mot lancinant

Note donnée au disque :       
Twilight › mercredi 13 juillet 2011 - 23:15  message privé !
avatar

au contraire, merci de ces compléments d'information ^^

Wotzenknecht › mercredi 13 juillet 2011 - 21:07  message privé !

Petite précision : le système des castes, kshatriya inclus, est plus ancien que l'hindouisme puisqu'il remonte aux confins du védisme, même si les titres ont évolué depuis. À noter aussi que le Bouddha Siddhartha Gautama était un kshatriya à l'origine. Ce n'est pas la plus estimée des castes puisqu'au dessus se trouvent les brahmanes (prêtres) ; bien que ceux-ci aient perdu beaucoup d'influence, à dater justement des enseignements du Bouddha. Sur ce hors sujet, je m'en retourne me faire voir ailleurs. :)