Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesAAin Soph › Aurora

Ain Soph › Aurora

cd | 15 titres

  • 1 Tutti a casa !
  • 2 Ramayana
  • 3 Pistolet automatique
  • 4 Uomini perduti
  • 5 Rubàyyat
  • 6 White guard
  • 7 Liberté ou mort
  • 8 Légionnaire en Algiers
  • 9 Vent
  • 10 Le départ
  • 11 Tempi duri
  • 12 Gli amanti tristi
  • 13 Io e te
  • 14 Cuore nero
  • 15 Colpo di grazia

enregistrement

Rome, Italie, 1991-1992

line up

Crucifige, Claud.E.D.I, Spectrae, Monica, Von Sebottendorff

remarques

Cette réédition inclut un titre supplémentaire 'Colpo di grazia'

chronique

Styles
folk
Styles personnels
dark folk / cabaret / avant-garde

Edité à l'origine en 1992, 'Aurora' est un disque superbe, politiquement incorrect, et qui, musicalement, tranche singulièrement avec les productions ésotériques des 80's. Nous sommes ici dans des climats plus proches du folk cabaret, de la chanson populaire, avec une touche d'esprit industriel. Vu les références à la Seconde Guerre Mondiale et l'Italie fasciste, les critiques n'ont pas manqué de tomber. Ain Soph pourtant clarifient le but de leur démarche...Non, ils ne se rattachent à aucune idéologie politique mais admettent volontiers poursuivre leur quête de l'Absolu amorcée avec l'exploration des rituels de magie. Dans cette perspective, si la Magie est suprématie de l'esprit, l'ennemi est ce qui se rattache au matérialisme; si la Magie est connaissance d'un vérité unique et divine intérieure, l'ennemi est toute doctrine conduisant au compromis; si la Magie représente l'accès au Tout infini, est ennemie toute doctrine égalitaire ou visant à inclure l'humain dans une masse...Ceci pour fixer le cadre du débat. Si la portée philosophique de 'Aurora' semble donc très profonde, voir hermétique, dans la forme, elle est plus simple. Si je devais vous résumer l'atmosphère de cette galette en une phrase, je la décrirais ainsi : dans une taverne, un homme regarde passer la guerre avec toutes les questions que cela suscite...Les membres de Ain Soph ne sont pas d'excellents musiciens, leur jeu est parfois peu précis, leur français un peu maladroit, et c'est là leur grande force...Il y a au travers des chansons de 'Aurora' une justesse et une sincérité particulièrement touchante et profonde, ainsi dans la valse musette tragique de 'Gli amanti tristi' rythmée par le piano ou celle de 'Ramayana' emmenée par un orgue et un chant en français presque faux mais tellement croustillant. Un morceau tel que 'Pistolet automatique' s'inscrit dans une lignée rock folk, tandis que des pièces comme 'Io e te', 'Cuore nero' s'inscrivent dans des climats plus dark folk. Il y a également un petit je ne sais quoi de cabaret et de théâtral ('Liberté ou mort') que j'apprécie personnellement beaucoup. Un disque délicieusement anarchiste pour ce groupe décidément unique en son genre.

note       Publiée le mercredi 2 mars 2005

partagez 'Aurora' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Aurora"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Aurora".

ajoutez une note sur : "Aurora"

Note moyenne :        12 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Aurora".

ajoutez un commentaire sur : "Aurora"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Aurora".

Hazincourt › jeudi 7 juillet 2016 - 14:32  message privé !

L'un de mes disques de chevet, un truc improbable, un tournant dans la carrière de ce groupe cult, "Je suis un anarchiste au coeur de légionnaire et c'est pour ça que je meurs à Algers". L'album qui a apporté la touche cabaret à la scène Neofolk naissante, album qui a sûrement donné des idées à plus d'un, Novy Svet, Ô Paradis etc.

Note donnée au disque :       
Solvant › mercredi 27 juillet 2011 - 20:19  message privé !

(Les Rubaïyat d'Omar Khayyam)

Note donnée au disque :       
julius_manes › mercredi 27 juillet 2011 - 14:09  message privé !

Ambiance garantie bar enfumé et vin râpeux dans le gosier (et probablement quelques prostituées dans les parages). Pas étonnant qu'ils aient lancés Simone Salvadori (SPIRITUAL FRONT). Une bonne découverte : 4,5/6

Deux questions par contre :
1. Sur la forme : pourquoi le choix de la langue française dans de nombreux morceaux (avec un accent approximatif, ce qui donne il est vrai un certain charme)?
2. Sur le "fond" : Je vois dans certains coms' des références anarchistes. Mais quid de la sculpture sur la pochette ("Bereitschaft" (1939) d'Arno BREKER, sculpteur "officiel" du parti nazi), destinée à se trouver au centre de la "MUSSOLINI Platz" dans le projet de reconstruction de Berlin d'Albert SPEER (Germania)?

Musicalement, on peut effectivement penser à une forme d'anarchisme désabusé, où la révolte a laissé place à la poésie désuète de la camaraderie et du plaisir de se perdre dans la boisson, tout en sachant que la gueule de bois sera au rendez-vous le lendemain :
"Le vin nous donne notre liberté
Pas d'autre chose pour l'éternité,
Le vin je crois nous a blessés,
Qu'est ce qu'il attend pour nous tuer?"
(Rubayyat)

Note donnée au disque :       
zugal21 › vendredi 12 octobre 2007 - 03:14  message privé !

toutt' libbertééé se chan-jan dé-sespoir etc ... vilains joueurs de mandoline, avec leurs mots choisis

Note donnée au disque :       
Solvant › mercredi 25 juillet 2007 - 01:30  message privé !
Clairement l'album qui me donne envie de poser des bombes. Années 30, anarchie autodisciplinaire à la Proudhon/Stirner version gavroche. J'adore ces bastringues. Unique !
Note donnée au disque :