Vous êtes ici › Les groupes / artistesEEllery Eskelin › The sun died

Ellery Eskelin › The sun died

10 titres - 52:07 min

  • 1/ Twistin' The Jug (5:07)
  • 2/ The People's Choice (6:39)
  • 3/ Canadian Sunset (5:14)
  • 4/ Out of It (2:34)
  • 5/ Seed Shack (7:36)
  • 6/ Ca'Purange [jungle soul] (6:52)
  • 7/ The Sun Died (6:40)
  • 8/ Jivin' around (3:31)
  • 9/ Precious Memories (4:29)
  • 10/ The Light (3:25)

enregistrement

East Side Sound, New York City, USA, 3 et 4 janvier 1996

line up

Ellery Eskelin (saxophone ténor), Marc Ribot (guitare), Kenny Wollesen (batterie)

remarques

chronique

Styles
jazz
Styles personnels
post moderne

C'est un plaisir de vous reparler de Ellery Eskelin, un des saxophoniste ténor les plus brillants de sa génération. Juste avant qu'il n'embarque son célèbre trio en compagnie de Andrea Parkins et Jim Black sur le label HatHut, Eskelin fait un dernier tour de piste au sein d'un autre trio à la configuration tout aussi inhabituelle. Épaulé par Kenny Wollesen (Curlew, Zorn, etc.) et Marc Ribot, guitariste multi-tâches qu'on ne présente plus, "The Sun Died" est le prototype de l'étape obligée pour tout jeune prétendant désirant se faire les dents, et accessoirement un nom aussi. Si l'exercice peut paraître rebutant de prime abord, c'est oublier qu'il n'existe pas un grand nom du jazz qui ait pu sublimer son art sans avoir donné au préalable sa propre vision de ce que l'on appele communément les standards. Les choix d'Eskelin sont assez représentatifs et pour le moins judicieux. En s'attaquant au travail de trois ténor comme lui, Harold Vick, Harold Ousley et surtout Gene Ammons dont il reprend ici pas moins de trois titres, il se met dans la position la plus avantageuse qui soit pour laisser éclater son timbre rauque capable des inflexions les plus spectaculaires ("Twistin' The Jug") comme des phrasés les plus langoureux ("Ca'Purange"). Il faut mentionner également la version passionnelle du titre de Hubert Giraud et Pierre Delanoë, "Il est mort le soleil", qui donne son titre à l'album, un grand moment. Si la maîtrise est parfaite, l'émotion est heureusement présente à chacun de ces dix petits rendez-vous amoureux. Effectivement, ce n'est pas sur ce disque-ci que vous entendrez le jazz le plus free de la terre. Ça swingue la plupart du temps, mais l'attaque appliquée de Wollesen et la palette sonore de Ribot, souvent au bord de la rupture, avec une guitare qui sature dans les basses et qui jongle perpetuellement entre sens du drame et ironie, inscrivent de fait ce disque Soul Note dans un instant de pure modernité.

note       Publiée le mardi 11 octobre 2005

réseaux sociaux

dernières écoutes

  • Connectez-vous pour signaler que vous écoutez "The sun died" en ce moment.

tags

Connectez-vous pour ajouter un tag sur "The sun died".

notes

Note moyenne        1 vote

Connectez-vous ajouter une note sur "The sun died".

commentaires

Connectez-vous pour ajouter un commentaire sur "The sun died".

newbie Envoyez un message privé ànewbie

Je découvre cet artiste avec ce disque. "Out of it" et "Jivin' around" sont pour ma part les plus difficiles à appréhender, une approche plus "free" dans la recherche sonore, je trouve que l'écoute en devient plus "cérébrale". "The light" (titre tombé dans le domaine public) sonne un peu "country rock", il se danserait presque! Pour le reste, rien à redire, je ne me lasse pas du jeu nerveux et puissant d'Ellery Eskelin.