Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesLWitold Lutoslawski (1913-1994) › Symphonie n° 1 / Triptyque silésien / Jeux vénitiens / Chantefleurs et chantefables

Witold Lutoslawski (1913-1994) › Symphonie n° 1 / Triptyque silésien / Jeux vénitiens / Chantefleurs et chantefables

  • 1999 • Naxos 8.554283 • 1 CD

21 titres - 72:40 min

  • SYMPHONIE N° 1 - 1/ Allegro giusto (5:31) - 2/ Poco adagio (9:51) - 3/ Allegretto misterioso (4:31) - 4/ Allegro vivace (5:18) - TRIPTYQUE SILESIEN - 5/ Oj, mi sie owiesek (3:02) - 6/ Ich, w tej studni (3:28) - 7/ Kukuleczka kuka (3:03) - JEUX VENITIENS - 8/ Partie I (3:05) - 9/ Partie II (1:54) - 10/ Partie III (3:12) - 11/ Partie IV (4:51) - CHANTEFLEURS ET CHANTEFABLES - 12/ I-La belle-de-nuit (2:43) - 13/ II-La sauterelle (1:30) - 14/ III-La véronique (2:20) - 15/ IV-L'églantine, l'aubépine et la glycine (1:39) - 16/ V-La tortue (2:04) - 17/ VI-La rose (2:29) - 18/ VII-L'alligator (2:45) - 19/ VIII-L'angélique (2:42) - 20/ IX-Le papillon (1:47) - 21/ POSTLUDIUM I (4:01)

enregistrement

Salle de concert de la radio polonaise, Katowice, Pologne, 1997, du 13 au 15 janvier (Symphonie n° 1), le 19 septembre (Triptyque silésien), les 3 et 4 juin (Jeux vénitiens), les 17 et 18 septembre (Chantefleurs et chantefables), et le 6 septembre 1996 (Postludium I).

line up

Orchestre symphonique de la radio nationale polonaise, Antoni Wit (direction), Olga Pasiecznik (chant soprano sur le "Triptyque silésien" et "Chantefleurs et chantefables").

remarques

Il s'agit du sixième volume de l'intégrale de l'oeuvre pour orchestre de Lutoslawski par Antoni Wit, parue chez Naxos. Cette édition est une véritable aubaine : c'est une intégrale récente (la seule complète que je connaisse), enregistrée par un orchestre et un chef polonais rompus à ce répertoire. Antoni Wit tire de sa phalange des sons d'une beauté et d'une précision inouïes. Le tout sous un label "économique", mais qui ici ne le cède en rien à la qualité. Sans concurrence. Le premier « Postlude » n’est pas chroniqué ici, puisqu’il figure accompagné des deux autres dans le septième volume.

chronique

Styles
musique classique
contemporain
Styles personnels
sériel/aléatoire/poésie chantée

Ce sixième volume de l'intégrale de Lutoslawski par Wit souffre de ne pas être emmené par une pièce maîtresse. En effet, la symphonie n° 1, composée dans les années 1940, est loin de présenter le même intérêt que les oeuvres symphoniques et concertantes postérieures du Polonais. Elle est pourtant, dans une certaine mesure, plus expérimentale que le concerto pour orchestre. Seulement voilà... elle me semble manquer singulièrement de caractère : d'une forme classique (la seule des quatre symphonies), aux frontières de l'atonalité cependant, elle n'a pas encore la puissance rythmique du concerto en question ni son aspect à la fois sombre et ensorceleur (la faute à Bartok qui n'était pas passé par là ?). L'orchestration est encore relativement terne, et il n'y a pas de moment fort qui se détache. Le « Triptyque silésien » est constitué de trois poèmes polonais mis en musique à la manière néo-classique (c’est le Lutoslawski du début des années 1950) : ce sont des chansons folkloriques plaisantes, avec un raffinement orchestral délicieux. Beaucoup plus importants en revanche dans l’évolution du langage du compositeur, sont les « Jeux vénitiens », puisqu’il s’agit de la première pièce où il fait une place à l’aléatoire (beaucoup plus contrôlé que chez Cage toutefois). La première partie est assez captivante : les différentes textures sonores qui sont dévoilées s’y succèdent avec la brutalité d’un simple coup de caisse claire qui fait passer d’une atmosphère à l’autre ; le final retient également l’attention par son caractère tonitruant. Enfin, le Polonais revient à un de ses terrains de jeu favoris, la poésie surréaliste française, avec la mise en musique d’un recueil de poésies pour enfants de Robert Desnos, « Chantefleurs et chantefables » (Desnos lui avait d’ailleurs déjà inspiré « Les espaces du sommeil »). Cette pièce très chromatique, souvent onirique, une des dernières œuvres du compositeur (comme si celui-ci avait voulu retomber en enfance…), est assez amusante dans la vision tantôt nocturne, tantôt abstraite, tantôt épique, mais toujours subtile, qu’elle donne de fables du style : « Trois cent millions de papillons / Sont arrivés à Châtillon / Afin de boire du bouillon (…) ». Pourtant, mieux que plaisants, ces textes prennent véritablement une autre dimension, entendus à travers le filtre de cette musique qui chuchote ses secrets à notre subconscient.

note       Publiée le jeudi 12 mai 2005

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Symphonie n° 1 / Triptyque silésien / Jeux vénitiens / Chantefleurs et chantefables".

notes

Note moyenne        3 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Symphonie n° 1 / Triptyque silésien / Jeux vénitiens / Chantefleurs et chantefables".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Symphonie n° 1 / Triptyque silésien / Jeux vénitiens / Chantefleurs et chantefables".

Arno › mardi 2 août 2005 - 16:15  message privé !
l'excellentE *
Note donnée au disque :       
Arno › mardi 2 août 2005 - 16:06  message privé !
Allez, on peut dire que ce volume vaut quand même le coup pour l'excellent Olga Pasiecznik...
Note donnée au disque :