Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesAAgalloch › Of stone, wind, and pillor

Agalloch › Of stone, wind, and pillor

cd • 5 titres

  • 1Of stone, wind, and pillor6.59
  • 2Foliorum viridium2.42
  • 3Haunting birds3.44
  • 4Kneel to the cross5.54
  • 5A poem by yeats8.38

enregistrement

1 : enregistré et mixé par Michael Latra (11/98) ; 2 : enregistré et mixé par Breyer (1/97) ; 3 : enregistré et mixé par Michael Lastra (11/98) ; 4 : enregistré et mixé par Ronn Chick (5/01) ; 5 : enregistré par Breyer (09/00), mixé par Aaron Sholes

line up

John Haughm, Anderson, J.William W., Ron Chick, Daniel S. Breyer

remarques

Le dernier titre dure en fait 4 minutes… le reste est un bruit caché.

chronique

Voilà un bien curieux objet. Pour entériner le départ du co-fondateur, avec Haughm, Daniel S. Breyer, Agalloch sort durant l’été 2001 ce recueil de 4 pièces laissées inédites, agrémentées d’une reprise de Sol Invictus : «Kneel to the cross »… histoire de faire le point. 2 titres entièrement dus à Breyer, «Foliorum… » et «A poem… », 2 autres issus de Haughm et de son line-up, qui donnera «The mantle». A l’écoute, on comprend le problème : l’ensemble est rigoureusement bicéphale, Haughm flirtant avec ce qu’Agalloch cherche à devenir, et Breyer oeuvrant totalement seul et aux claviers dans un registre gothique pur, bien loin de la folk et du métal… bien loin d’Agalloch. Piano, violon et nappe chorale, percussion au tempo médiéval et flûte moyenâgeuse, «Foliorum viridum» est un court amuse gueule, sombre et certes prenant mais qui ne saurait faire date, pas plus que «A poem by Yeats», dans la lignée directe, malgré sa finesse pianistique éparse et le plus de la voix de Breyer et des mots de Yeats (il faudrait d’ailleurs que tous ces types arrêtent, tous autant qu’ils sont, de singer Brendan Perry, ça en devient ridicule). Si Breyer nous livre donc deux petites pièces de genre très réussies mais légères, sans réelle personnalité, ce n’est pas le cas de Haughm et de ses deux compères. Bien loin de l’accomplissement, la musique de Haughm, le morceau titre en tête, a le mérite de mettre en place, un peu simplement certes, ces éléments subtils qui distinguent Agalloch, acoustique et métal, voix extrême et noire, atmosphère toute en brume et langueur mélodique. Mais ils se heurtent ici à une technique sommaire, voire approximative. Le batteur a parfois un curieux mal à tomber juste à temps, ce qui est sur des morceaux aussi sobres et lents assez surprenant ; on ne peut pas dire non plus que la folk soit grattée avec finesse et toucher, ni que ses lignes fourmillent de détails indispensables ; elles brillent plutôt par leur linéarité un peu sèche et morne, ce qui ne saurait être ici seul volonté de style, ne nous leurrons pas. Le fait que la guitare d’«Haunting birds» ne tombe pas toujours bien sur l’unique percussion qui frappe pile sur le temps est par exemple un peu dur à avaler. La pièce n’est par ailleurs pas autre chose : interlude acoustique et plutôt séduisant, mais si simple et peu dense que seul un orfèvre de la six cordes saurait lui rendre un peu justice : il n’y en a pas ici. Plus riche et plus complexe, sans atteindre des sommets, le morceau titre montre la voie que veut suivre Agalloch. Mais là encore, limité en composition comme en exécution par un groupe encore jeune, il ne reste qu’une promesse, malgré sa beauté douce, celle de cet atmosphère fait de neige et brouillard, assombri de douleurs, plombé d’un rythme lent, et qui laisse dialoguer l’acoustique la plus crue aux gros sons saturés de ce groupe de métal. Cette pièce annonce la suite de la carrière du groupe (bien qu’antérieure à «Pale folklore»), mais ne sauve pas l’ensemble de cette courte galette. Finitions trop sommaires, détails inexistants, linéarité morne… attachant oui, bien sûr, ce mini d’Agalloch n’en reste pas moins brouillon. Trop disparate pour emporter au loin, trop court pour justifier des densités si faibles, «Of stone, wind, and Pillor» sera au mieux pour Haughm et ses compères un souvenir de jeunesse, au mieux pour l’auditeur un moment agréable et peut-être attachant. Restent les fanatiques… ceux-là, de toutes façons, se foutent bien des chroniques.

note       Publiée le mercredi 16 avril 2003

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Of stone, wind, and pillor".

notes

Note moyenne        12 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Of stone, wind, and pillor".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Of stone, wind, and pillor".

Silvel › mardi 21 avril 2009 - 19:25  message privé !

Je trouve le dernier titre (A poem by yeats) magnifique.. peut être un peu 'facile' mais ça me touche quand même beaucoup... Et justement j'aimerais trouver quelque chose dans le ton mais en plus développé, quelqu'un connaitrait? Sinon, la reprise de Sol Invictus est meilleure que l'originale! En bref, à écouter après les albums histoire d'approfondir sa culture et de passer un bon moment.

Note donnée au disque :       
Solvant › jeudi 14 août 2008 - 23:09  message privé !
Mon 1er à galoches, je l'aime bien, j'ai pas encore le reste qu'on dit 100 mille fois mieux. Je débute.
Note donnée au disque :       
X¥X › mardi 3 juin 2003 - 17:21  message privé !
Pas mauvais ce MCD, bien qu'un peu hétérogène, mais ça on s'y attendait un peu... J'aime beaucoup la reprise de SI, ça me donne envie d'écouter l'original. En passant Gal, les mots qu'on entend à la fin sont :"I am Fabian Fox, would you like a café au lait?". J'suis certain qu'c'est ça, sauf pour le nom, j'ai un peu plus de mal...
Note donnée au disque :       
Uriel › mercredi 23 avril 2003 - 16:12  message privé !
C'est vrai que le contenu (un seul morceau "metal") peut paraître un peu succinct pour motiver un achat, mais quand on se penche sur la qualité des morceaux et l'atmosphère générale, je préfère largement ce type de mini-cds aux sempiternels bouche-trous dont certains groupes n'hésitent pas à consteller leur discographie à coups de reprises inutiles (en comparaison, celle de "Kneel to the Cross" est un petit diamant) de remix et autres titres "live"... En plus vu la distance entre les albums d'Agalloch, il est dommage de se priver de ce disque sur un a priori. Bien sûr les fans se doivent de le posséder, les autres devraient au moins y consacrer quelques écoutes...
Sheer-khan › dimanche 20 avril 2003 - 20:39  message privé !
avatar
A jeter? Non, bien sur, rien à jeter. Mais rien de mémorable non, rien de conséquent, et puis c'est très varié, une sorte de fourre-tout de petites vieileries certes séduisantes, mais le tout est léger...
Note donnée au disque :