Vous êtes ici › Les groupes / artistesEEyehategod › 10 Years of Abuse (and Still Broke)

Eyehategod › 10 Years of Abuse (and Still Broke)

cd • 15 titres • 75:37 min

  • Lack of Almost Everything, Demo, 1990
  • 1Left to Starve05:08
  • 2Hit a Girl05:16
  • 3Depress09:29
  • 4Children of God04:44
  • Live, Radio KXLU, Los Angeles, 02/08/1994
  • 5White Nigger04:08
  • 6Depress03:28
  • 7Take as Needed for Pain05:08
  • 8My Name Is God (I Hate You)05:07
  • Live, Europe, avril 2000
  • 9Lack of Almost Everything04:36
  • 10Blood Money03:47
  • 11Children of God04:52
  • 12Sister Fucker (Part I) / Sister Fucker (Part II)05:51
  • 13$30 Bag03:11
  • 14Zero Nowhere05:15
  • 15Methamphetamine05:37

line up

Jimmy Bower (guitare), Joe Lacaze (batterie), Danny Nick (basse [9-15]), Brian Patton (guitare [5-15]), Mike IX Williams (voix), Steve Dale (basse [1-4]), Mark Schultz (guitare [1-4], basse [5-8])

remarques

Sorti en CD. Rééd. vinyle en 2005 (Emetic), et 2020 (Svart). Illustration : photographie par Angela Boatwright.

chronique

Styles
hardcore
sludge
metal
Styles personnels
alcools

Eyehategod, le groupe qui a autant de compilations que d'albums au compteur, allez, presque ! Ici, pour les "10" ans (à peu près), il y a plus de... 20 ans maintenant, sortait cette chose parfois considérée comme un live, vu que les deux-tiers sont du live, du live de radio, du live de concert, dans les deux cas joués de plus en plus désaccordé du manche et de plus en plus bourrin de la baguette, parfois le chant disparait, ça larsen à mort, ça retransmet bien un concert d'EHG, il ne manque plus que la fumée, la sueur, la fatigue, la bave, la douleur ! Les nuques qui se brisent ! Les coups qui se mettent entre gens de mauvaise compagnie, comme le suggère l'excellente photographie et un des meilleurs portraits de Bower à ma connaissance dans cette ultime livrée chez Century Media - et fin de carrière du groupe pour les plus exigeants de nos auditeurs... Le début de la compilation n'est pas inintéressant car il s'agit de versions démos datant d'avant "in the name of...", elles sont cracra, elles sont injectées de références littéraires qui schlingos des pieds du cul, la pochette de l'époque c'est un pendu dans un pré et, ma foi, mon vieux, ça sert bien pour c'qu'on veut en faire, à savoir écouter de l'EHG (prononcez "euhgue"), sans trop se faire chier. Utilité finalement de cette compilation ? Bwoaf sur 6 boules, comme les autres, mais je ne suis pas *si* difficile, je pourrais écouter trente versions différentes à la suite de "Depress" je serais content pareil, même s'ils sortaient la version karaoké allez, soyons fous. Ne pas oublier quand même qu'Emetic Records finira de tirer le jus du cadavre du groupe avec ENCORE une autre compilation intitulée "Preaching the End-Time Message", avec des bouts de splits dedans, et deux-trois inédits post "Confederacy of Ruined Lives". Mais ceci est une autre histoire. OU un peu la même. Bleuargh.

note       Publiée le mardi 27 septembre 2022

réseaux sociaux

dernières écoutes

  • Connectez-vous pour signaler que vous écoutez "10 Years of Abuse (and Still Broke)" en ce moment.

tags

Connectez-vous pour ajouter un tag sur "10 Years of Abuse (and Still Broke)".

notes

Note moyenne        2 votes

Connectez-vous ajouter une note sur "10 Years of Abuse (and Still Broke)".

commentaires

Connectez-vous pour ajouter un commentaire sur "10 Years of Abuse (and Still Broke)".

Rastignac Envoyez un message privé àRastignac
avatar

"10 ans chez Century Media mais ça vend moins que Pantera" aussi :-)

Note donnée au disque :       
Dioneo Envoyez un message privé àDioneo
avatar

"Souvent marteau toujours fauché" ?

Message édité le 27-09-2022 à 15:57 par dioneo