Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesEEyehategod › Eyehategod

Eyehategod › Eyehategod

cd • 11 titres • 43:14 min

  • 1Agitation! Propaganda!02:23
  • 2Trying to Crack the Hard Dollar03:02
  • 3Parish Motel Sickness03:41
  • 4Quitter's Offensive03:45
  • 5Nobody Told Me03:39
  • 6Worthless Rescue03:57
  • 7Framed to the Wall03:27
  • 8Robitussin and Rejection03:38
  • 9Flags and Cities Bound07:10
  • 10Medicine Noose03:22
  • 11The Age of Bootcamp05:10

enregistrement

Produit par Eyehategod. Basse et guitare enregistrées par Stephen Berrigan au Riff Room, New Orleans, Louisiana, Etats-Unis. Batterie enregistrée par Billy Anderson, Chris George, Daniel Majorie au Living Room, New Orleans, Louisiana, Etats-Unis. Voix enregistrée par Philip H. Anselmo et Stephen Berrigan au Nodferatu's Lair quelque part dans les bois en Louisiane (chez Philou en fait). Mixé par Sanford Parker à l'Hypercube, Chicago, Illinois, Etats-Unis. Masterisé par Collin Jordan au Boiler Room, Chicago, Illinois, Etats-Unis.

line up

James Bower (invalidation of anti-social benefits in observance of what was once formally known as human face), Joey LaCaze (discolored theories of a solemn sickness continuum melted into problematic black hole rejection), Brian Patton (mystical vacuum field work in accordance with cursed language tactical ultimatums), Mike IX Williams (pessimistic and ill conceived theft of a poorly informed inhumane rat infested society), Gary Mader (uncivilized nerve removal services with an affinity for magnetic interplanetary beliefs)

Musiciens additionnels : Steve Joh (spiritual guidance, counselling)

remarques

Sorti en CD, vinyle. Illustration par Eyehategod.

chronique

Styles
hardcore
sludge
metal extrême
doom metal
Styles personnels
l'ami ricoré

On pense avoir des avis définitifs sur tout, mais comme dirait Tonton Dédé, "on est un con". Voilà, on a bien avancé, donc mea culpa, je prends l'entière responsabilité morale de n'avoir pas pris la bonne décision il y a des années de cela, en décidant unilatéralement que cet album, le dernier avec Patton et LaCaze n'était pas terrib terrib, et aujourd'hui le mal est fait, et maintenant je suis en retard sur le programme ! Je suis englouti par la vague du regret ! Et pourtant... je ne sais si c'est cette odeur de poudre qui traîne dans l'air, ou cette sensation d'aigreur qui flotte dans le fond de ma gorge, mais il y a comme un contexte, celui d'une sorte de convulsion interne qui est en fait bien chantée par les EHG dans cet album sorti après une disparition de plus de dix ans... Je le trouve comme une sorte d'ajout, de DLC, d'annexe au "Confederacy of Ruined Lives" à travers les années, ces deux-là écoutés à la suite se ressemblant dans leur appel à la révolte voire à la révolution, dans un élan très fort pour tout bousiller de manière stérile, avec cocktail molotov ou fronde comme sur cet album de Outlaw Order l'alter ego d'EHG, on s'imagine vengeur masqué à passer au ralenti avec sa batmobile d'anarchiste violent, on se sent très facilement en colère, et ce n'est pas Mike Williams qui va vous contredire, ayant dû faire son cold turkey en taule ("ce gars est louche", "ce gars est une menace pour la société") après avoir eu sa maison brûlée par des pillards suite à l'incurie W. Bushienne de la gestion des conséquences de l'ouragan Katrina... l'incurie de la gestion de la crise... c'est de la faute des autres... New Orleans is the new Vietnam... enfin, vous vouliez une ambiance à la Unsane, violente, enragée, la voici, et finalement, même si les guitaristes aux manettes recyclent ad absurdum leurs riffs sabbatho-sabbathi-melvinsiens depuis "In the Name of Suffering", cet album, des années après sa parution, me semble tout à fait adéquat pour meubler cet air épais qui rampe au fond de mon nez.

note       Publiée le vendredi 26 mars 2021

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Eyehategod".

notes

Note moyenne        3 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Eyehategod".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Eyehategod".