Vous êtes ici › Les groupes / artistesEEyehategod › Confederacy of Ruined Lives

Eyehategod › Confederacy of Ruined Lives

cd • 10 titres • 40:09 min

  • 1Revelation / Revolution04:17
  • 2Blood Money04:10
  • 3Jack Ass in the Will of God02:46
  • 4Self Medication Blues04:45
  • 5The Concussion Machine Process02:19
  • 6Inferior and Full of Anxiety03:18
  • 7.001%06:22
  • 899 Miles of Bad Road03:47
  • 9Last Year (She Wanted a Doll House)04:52
  • 10Corruption Scheme03:33

enregistrement

Enregistré et mixé par Dave Fortman. Produit par Dave Fortman et Eyehategod. Enregistré au Balance Productions, Mandeville, Louisiane, juin-juillet "l'année de notre Seigneur" 2000.

line up

Jimmy Bower (guitare), Joe Lacaze (batterie), Danny Nick (basse), Brian Patton (guitare), Mike Ix Williams (voix)

remarques

Version CD par Century Media, LP par Pessimiser. Réédition CD par Peaceville et par Century Media Japon en 2001. Réédition LP en 2009.

chronique

Je suis bien embarrassé avec celui-là... après plusieurs années de silence, et j'imagine tout un tas de frasques qui ont fait la renommée du groupe celui-ci nous ramène ce disque qui tabasse d'entrée avec un de leurs meilleurs morceaux en live ou non, le pilonnant "Revelation / Revolution", puis enchaine les bourrinades hardcore sudistes comme ils savent si bien le paufiner depuis "Take as Needed for Pain", sauf que là, ben il traine rapidement (ahah) comme l'impression de ressentir du déjà vu déjà fait, position inconfortable étayée par une production bien clean, comme si de manière grand-guignolesque les mecs s'étaient aperçus de leur "potentiel" et voulaient le faire partager de la manière la plus pure possible, mais vu les trainées de gadoue laissées par leurs prédécesseurs, ben, ça fait bizarre... et ça ennuie un petit peu, surtout à partir de la sixième piste qui va enchainer des moments censés être glauques et perturbants et suffocants - je dis pas, selon l'état, ça peut le faire, mais ça le fait tellement mieux avant, comme dirait Jean-Michel Cabreldecapdevielle. Alors oui, les riffs sont cools, mais on les a déjà entendus, oui Mike Williams hurle toujours, la voix un peu plus grave, et je pense qu'un disque solo, juste avec lui, sans instruments derrière qui gueule sa poésie du caniveau et du manque, ça le ferait ! Oui, feu Joe Lacaze joue super bien ici, avec un sens du tempo "danseur bourré", bien mis en avant dans la production aussi, oui Patton et Bower sont comme des tic et tac du riff Allman Brothers / Lynyrd Skynyrd, mais oui on s'emmerde un peu, comme l'impression que la fatigue a réellement commencé à bouffer les neurones des protagonistes à partir de cet album, le pompon étant l'interminable .001% qui veut faire dans la scie sauteuse mentale un peu noise, mais évidemment c'est le vomi de l'ennui qui me prend là, pas ces bouffées de chaleur que je me prenais en écoutant la tristesse abyssale dégagée par "Anxiety Hangover". Voilà, foncièrement pas un mauvais album avec deux morceaux emblématiques, le Revelation cité et Jack Ass in the Will of God, mais le reste est vraiment à l'avenant, si cette expression veut bien dire quelque chose, laissant un sérieux goût d'inachevé dans la bouche, à l'image de cette non conclusion de l'album, comme s'ils n'avaient pas eu l'énergie/le temps d'en remettre une couche. Ben tiens, je vais faire comme eux, je vais m'arr

note       Publiée le vendredi 11 septembre 2015

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Confederacy of Ruined Lives".

notes

Note moyenne        4 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Confederacy of Ruined Lives".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Confederacy of Ruined Lives".

Wotzenknecht › dimanche 13 septembre 2015 - 20:38 Envoyez un message privé àWotzenknecht
avatar

Le genre de CD qu'on ne garde que pour une seule piste. Tu mets Revelation / Revolution une fois par mois bien fort, t'es content, tu remballes.