Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesHBernard Herrmann (1911-1975) › North by Northwest

Bernard Herrmann (1911-1975) › North by Northwest

  • 1995 • Rhino R2 72101 • 1 CD

cd • 50 titres • 64:43 min

  • 1Overture02:14
  • 2The streets01:03
  • 3It's a most unusual day01:08 [de Jimmy McHugh]
  • 4Kidnapped02:15
  • 5The door00:42
  • 6Cheers00:41
  • 7The wild ride02:49
  • 8Car crash00:21
  • 9The return00:25
  • 10Two dollars00:47
  • 11Rosalie01:32 [de Cole Porter]
  • 12In the still of the night02:23 [de Cole Porter]
  • 13The elevator00:45
  • 14The U.N.01:01
  • 15Information desk00:50
  • 16The knife00:48
  • 17Fashion show05:19 [de Andre Previn]
  • 18Interlude01:15
  • 19Detectives00:28
  • 20Conversation piece03:03
  • 21Duo01:09
  • 22The station00:53
  • 23The phone booth01:14
  • 24Farewell00:45
  • 25The crash00:53
  • 26Hotel lobby01:21
  • 27The reunion00:51
  • 28Goodbye00:54
  • 29The question00:46
  • 30The pad & pencil01:03
  • 31The auction01:06
  • 32The police00:26
  • 33The airport00:58
  • 34The cafeteria01:14
  • 35The shooting01:06
  • 36The forest01:22
  • 37Flight00:19
  • 38The ledge01:09
  • 39The house03:11
  • 40The balcony00:44
  • 41The match box01:59
  • 42The message00:20
  • 43The T.V.00:40
  • 44The airplane00:58
  • 45The gates00:47
  • 46The stone faces01:31
  • 47The ridge02:00
  • 48On the rocks02:23
  • 49The cliff01:37
  • 50Finale00:46

line up

Bernard Herrmann (1911-1975) (compositeur, chef d'orchestre), The M-G-M Studio Orchestra (orchestre)

Musiciens additionnels : Charles Wolcott (chef d'orchestre, [17])

remarques

chronique

Deuxième partie de cette trilogie dont je vous parlais dans ma chronique de la BO de "Vertigo" ("Sueurs froides"), "North by Northwest" ("La mort aux trousses") représente une course effrénée pendant plus de deux heures. La force de ce film se situe dans la capacité qu'a eu Hitchcock à réussir à nous identifier totalement au héros du film, Roger Thornhill, interprété par Cary Grant, publicitaire lambda kidnappé par erreur et catapulté dans une intrigue qui le dépasse. Le film va à 100 à l'heure avec une multitude de transports divers et variés utilisés, l'amenant de New York au Mont Rushmore, en passant notamment par Chicago et par un fameux champ de maïs... Le film est long pour l'époque, plus de 2h20, et il n'y a que bien peu de moments de calme. Comme on le voit sur la pochette, Cary Grant court pour sa survie. Et sur le thème d'ouverture (que l'on retrouvera évidemment à la fin du film dans une version légèrement différente), Bernard Herrman pose le décor et réussit à la perfection à retranscrire cette vitesse à l'aide d'un fandango magistral, tout en progression. Ce thème fait se succéder à la vitesse de l'éclair un nombre impressionnant d'instruments, sur un rythme bien évidemment effréné. Le ton est directement donné. Il est facile de voir au nombre de morceaux que contient cette BO que le rythme du film est très rapide. La suite de la BO n'est que succession de petites saynètes plus ou moins entraînantes, mais surtout inspirant beaucoup de craintes, pleines de suspense, pour que le spectateur reste constamment sur le qui-vive. Il faut bien dire qu'ici, le film est surtout basé sur l'action et beaucoup moins sur l'ambiance et l'atmosphère. Seuls les morceaux les plus longs, très jazzy, feutrés et bien plus lents que le reste tranchent avec l'atmosphère principale du film. Ces quelques respirations ("Fashion show", "Rosalie", "In the still of the night" notamment) donnent tout son rythme à cette BO. Il en ressort une grande classe et un raffinement de tous les instants. Les morceaux sont nombreux ici, les thèmes se croisent et se recroisent, mais jamais on a deux fois la même phrase musicale exactement reprise. La musique sert plus que jamais à accompagner l'action, sans s'y substituer, elle la suit à la lettre sans jamais prendre le dessus, elle l'épouse entièrement et retranscrit à la perfection chacune de ses nuances. Et c'est là que le génie de cette BO éclate. On est pris dans cette succession de morceaux comme autant de séquences du film. J'aurais comme seul bémol à indiquer que la musique est trop liée au film pour une écoute "seule", sans les images. Autant la BO de "Vertigo" est naturellement imagée, autant celle de "North by Northwest" est moins instinctive du fait d'une musique plutôt portée et directement liée à l'action du film. Ceci dit, le but premier d'une BO est de servir un film et sur ce point, Bernard Herrmann a, une nouvelle fois, réussit une belle prouesse.

note       Publiée le dimanche 6 mars 2016

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "North by Northwest".

notes

Note moyenne        2 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "North by Northwest".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "North by Northwest".

Twilight › dimanche 6 mars 2016 - 20:36  message privé !
avatar

Autant le film est extraordinaire, autant je dois bien avouer n'avoir pas gardé de souvenir de la B.O., cette belle chronique me donne envie de rectifier la donne...

mangetout › dimanche 6 mars 2016 - 19:42  message privé !

Cette bande originale est une merveille et comme le dit très bien Nicko "Il en ressort une grande classe et un raffinement de tous les instants"... à l'image du film d'ailleurs, superbe course poursuite où les faux-semblants sont rois. Le thème est un petit bijou répétitif et entêtant qui reste longtemps dans la tête après son premier visionnage.