Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesGGeneration X › Valley of the dolls

Generation X › Valley of the dolls

  • 2002 • EMI records 7243 5 38935 2 1 538 9352 • Remaster • 1 CD

cd • 12 titres

  • 1Running with the boss sounds
  • 2Night of the Cadillacs
  • 3Paradise West
  • 4Friday's angels
  • 5King rocker
  • 6Valley of the dolls
  • 7English Dream
  • 8LOve like fire
  • 9The prime of Kenny Silvers part 1
  • 10The prime of Kenny Silvers part 2
  • 11Gimme some truth
  • 12Shakin'all over

extraits vidéo

  • Il y a des extraits vidéo pour ce disque. Vous devez être membre pour les télécharger : devenez membre.

line up

Billy Idol (chant), Tony James (basse, choeurs), Mark Laff (batterie, choeurs), Bob 'Derwood' Andrews (guitare, choeurs)

Musiciens additionnels : Clive Bunker (batterie additionnelle)

remarques

Les deux derniers titres sont des bonus.

chronique

Nombreux furent ces groupes météores à pondre deux albums avant de se dissoudre, Génération X en fait partie (même si un troisième essai sortira mais sous le nom de Gen X)…Ca se voit sur la pochette, les mecs ne sont déjà plus complètement fringués punk, ça cligne plutôt de l’oeil aux New York Dolls. La musique confirme, ‘Paradise West’ sonne davantage comme du glam rock post-Ziggy Stardust, ‘Friday’s angels’ évoque The Sweet, ‘Valley of the doll’s et se choeurs féminins sont très radio friendly avec un son de guitare légèrement plus dur qui laisse à penser que le combo louche vers le marché américain. Est-ce si surprenant quand on sait que c’est l’ex-Mott the Hoople qui produit l’ouvrage ? Cela ne signifie pas que l’énergie punk à disparu mais elle a déjà évolué d’un cran, ainsi ‘King rocker’ qui a tout d’un mélange d’Elvis et de rock tribal comme en joueront Adam and the Ants ou ‘Love like fire’ qui semble payer son hommage aux Who. Rien de si terrifiant sous les cieux sauf que Génération X n’excellent pas dans l’exercice même s’ils ne sont pas mauvais. Je dirais qu’ils restent engoncés dans des costards trop stricts. Aimer le glam quand on est punk n’a jamais été réellement un tabou mais il manque à Billy et sa bande la décadence des Dolls, l’aspect barjot des Damned (grands fans de Bolan devant l’Eternel) ou même le côté délicieusement dépassé des Cuddly Toys trop fan de Bowie pour se complaire dans le punk de Raped. On lit également que Clive Bunker de Jethro Tull est venu en renfort pour la batterie; quand on sait que Mark Laff sera absent de Gen X, on comprend vite que l’approximation punky n’est plus de rigueur et que plusieurs membres du groupe affichent une certaine ambition, mal maîtrisée encore, notamment avec leur petite tentative prog (‘The prime of Kenny Silvers’). Tout pour présager d’un split permettant aux plus doués du gang (devinez lesquels ?) de voler de leur propres ailes. Pas un four mais un disque déséquilibré, peu cohérent dans ses ambiances et ses intentions, ce que confirmeront les ventes et les rééditions tardives en cd.

note       Publiée le lundi 4 mai 2020

Dans le même esprit, Twilight vous recommande...

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Valley of the dolls".

notes

Note moyenne        1 vote

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Valley of the dolls".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Valley of the dolls".