Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesCCani Sciorri › Parte I

Cani Sciorri › Parte I

cd/lp • 8 titres • 31:33 min

  • East Side
  • 1Kevin's Birthday2:51
  • 2Festa Famosa4:35
  • 3Morire2:56
  • 4Fuja Fuja4:28
  • West Side
  • 5Grunge 2 (Dimmi Dai)2:52
  • 6Astio4:27
  • 7Elisabetta4:00
  • 8Satan's Boys (Lento Da Pelle)5:24

extraits vidéo

  • Il y a des extraits vidéo pour ce disque. Vous devez être membre pour les télécharger : devenez membre.

enregistrement

Enregistré au Cacophony Studio, Austin, Texas.

line up

Alessandro Cerrato (guitare, voix), Marco Giaccardi (basse), Daniel Daquino (batterie)

remarques

« noise-rock faccia di merda!!!! »
Version LP pressée à 300 exemplaires.

chronique

« Noise Rock », qu'ils disent ! Et « face de merde », ils ajoutent. OK, tout est vrai – c'en est, du boucan riffé, cradingue, le son dégueulant. La voix comme le reste – batterie que le mec semble essayer de réduire en débris, basse qui fait GRRR, gratte grumeleuse-ferrugineuse, donc – semble confirmer, enfoncer l'amène propos. Et bon, on le sait bien dans ces genres-là, ces secteurs, l'invective sert aussi à faire le tri – autant qu'à prendre contact. Ça s'annonce comme ça veut, comme ça vient, et on prend ou on trisse. Et certes ! Avec ces Chiens-là, sans doute que les plus délicats esthètes passeront chemin sans tarder, d'emblée. Le son est là pour les dégoûter. Allez, oui : le son est dégoûtant, même ! Baveux, comme le type en linge tâché qui bouffe son micro – littéralement, pour ce coup – sur scène, lui en taille une, essaye de l'avaler. Pour mieux... Gerber son pâté ? Bon, et les autres suent, et voilà, décidément, l'ambiance n'est pas aux douces fragrances. C'est gras et lourd, d'haleine... (C'est bon ? … Ils on décarré, les derniers dandys ? Bon ! Continuons). « Noise », disions-nous. – allez, passent aussi, indicatives sinon interchangeables, les étiquettes : sludge, stoner, doom, même (sur Satan's Boys allez...), l'une ou l'autre sorte de « core ». Mais la vraie bonne définition, c'est l'une des plages, qui la donne : Grunge. Assez fourre-tout, le bidule, pour que tout ça rentre, leur bordel, leurs conneries. Surtout : assez juste, même très, quand à l'attitude. C'est à dire que oui : Rock, et sans chercher à faire croire autre chose, plus loin, plus, euh... Arty, portée conceptuelle ou quoi. La crasse cultivée dans les plis, les creux, les reliefs du truc – saillants, ceux-là, cabossés mais visibles. (La casse/terrain vague/camping clandestin du clip – débilos – là, Kevin's Birthday... (Ça aussi, ça pose l'ambiance, et fera filer les becs fins – enfin, c'est eux-mêmes qui le disent, hein, ça, qu'ils sont "fins"...)). La désinvolture leste en guise d'éthique – avec la saturation brute, particules parasites, en héritage garage, hardrock d'avant les stades, ivresses diverses et gazoline pour tenir chaud, plutôt qu'immaculé manteau. Bon ! Mais avec ça – comme chez les gens de Seattle et affiliés, bourrés sous l'appellation lâche, vaguement contrôlable, dont ce serait finalement, peut-être, le vrai seul point commun : grunge, donc – un sens de l'accroche, des mélodies tournées, troussées... Mais marquées, salopées, des cernes sous leurs yeux francs. Le cheveux huilé – par le corps, encore, qui accumule, recrache, subit... S'amuse, excès, s'éclate. Des accès d'une soudaine allégresse véloce – ce passage de basse sur Fuja Fuja ! Du rauque hirsute, dans le cri, mais des petits « ouh » de joie ahurie, et une présence qui fait que c'est immédiat, qu'on y plonge toutes cervicales en fête plutôt que de se rebuter devant le non-peaufiné de la chose – qui est un piège, donc, s'avère, la surface délibérément laissée rude mais la mécanique assez diaboliquement façonnée, agencée. Et du doom donc, à la fin – pour de rire ? Avec le même tour, en tout cas, que le reste : poisseux comme l'est l'article, la nausée qui chatouille vers l'exultation plutôt que vers l'abattement. Et kof-kof – toux qui racle pour conclure. Parfait, à vrai dire, comme coda–expresse. Notons l'adresse du bouge : on sera bien aise de retourner, souvent, quand l'envie nous prendra d'head-banger à Fossano – l'encéphale laissé où on voudra, entre ici-où-que-ce-soit et ce bout de terre odorant du Piémont.

note       Publiée le mercredi 24 juillet 2019

Dans le même esprit, Dioneo vous recommande...

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Parte I".

notes

Note moyenne        1 vote

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Parte I".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Parte I".