Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesEEarl Sweatshirt › Doris

Earl Sweatshirt › Doris

cd | 15 titres

  • 1 Pre
  • 2 Burgundy
  • 3 20 Wave caps
  • 4 Sunday
  • 5 Hive
  • 6 Chum
  • 7 Sasquatch
  • 8 Centurion
  • 9 523
  • 10 Uncle Al
  • 11 Guild
  • 12 Molasses
  • 13 Whoa
  • 14 Hoarse
  • 15 Knight

extraits vidéo

  • Il y a des extraits vidéo pour ce disque. Vous devez être membre pour les télécharger : devenez membre.

line up

Earl Sweatshirt (voix)

Musiciens additionnels : Rza (featuring, production), SK La'Flare, Vince Staples, Domo Genesis, Casey Veggies, Tyler, The Creator, Mac Miller (featurings), Frank Ocean (featuring, voix, clavier, production), Chad Hugo (trompette, production), The Neptunes, Michael "Uzi" Uzowuru, Samiyam, randomblackdude, Matt Martians, Christian Rich, BadBadNotGood (production)

chronique

Styles
hip-hop

Qu’est-ce qu’il y a, Earl ? Qu’est-ce que tu lui veux au Bon Dieu que tu te traînes ainsi dans l’obscurité au pied de son fiston crucifié ? Petite lavette ! Avec ton corps de poulet, tu préfères le noir de ta chambre et le smog des spliffs plutôt que d’aller pécho dehors ? T’as raison, vu la pléthore de producteurs, des Neptunes à The Alchemist en passant par Frank Ocean (pour citer les trois que je connais), sans compter les featurings, présents sur ton disque, il faut croire qu’ils étaient beaucoup à croire en ta merde. C’est sûr que de balancer direct ‘Pre’ avec son beat clinique, son épurement maladif et groovy, le flow fantomatique, il y a de quoi appâter le chaland, même le corbeau…Pas la moindre lumière, des mouvements au ralenti, ça me parle, surtout qu’avec ‘Burgundy’, le nuage de weed s’épaissit, le feeling trouble se précise. Comme sur ton deuxième skeud, celui avec lequel j’ai découvert ta zique, toujours cette économie de sonorités, une absence de sons clairs, une impression de décalage parfois, moins 'lynchienne' que par la suite mais tout de même…On a parfois le sentiment que tu parles sans trop te soucier du reste du monde tandis que ton pauvre producteur essaie de coller un beat à ce flow parce que la bande tourne et qu’on n’a pas le temps de polir le truc. Etonnamment, il me plait, ton rap de cave; top à s’écouter quand il fait nuit, la fenêtre fermée parce que le bruit de la ville ne doit pas excéder le ronronnement, le même que dégage ta musique, un peu toxique, dans lequel on se coule lentement pour s’abrutir juste un peu, encore que des finaux comme celui de ‘Chum’, sortis de nulle part, brisent provisoirement la torpeur; heureusement qu’il y a la weed. Tu nous causes de ta mamie malade, de ton papa et du poids de son absence, de la dope vaguement…Que des trucs super joyeux, avec un timbre dont la résignation sonne contagieuse. Pas facile de dégoter du catchy là-dessus, c’est un disque d’atmosphère, plus que de mélodies, pas un truc pour les branleurs au final. Ils trouvent probablement ça trop bizarre, non ? C’est peut-être pour ça que j’ai pas croché d’emblée sur ‘Doris’, il m’a fallu le temps. Il sonne moins torturé de prime abord que son successeur, sans doute justement parce qu’il flirte sans cesse aux limites du trou noir comme un serpent; pas aussi dub que Spectre, proche de MF Doom mais accordé un ton en dessous, du rap nocturne aux relents de canabis…Rien de goth là-dedans. C’est pas grave...

note       Publiée le mercredi 10 avril 2019

Dans le même esprit, Twilight vous recommande...

partagez 'Doris' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Doris"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Doris".

ajoutez une note sur : "Doris"

Note moyenne :        3 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Doris".

ajoutez un commentaire sur : "Doris"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Doris".