Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesTThe Ðevil & The Uñiverse › : Imprint daath:

The Ðevil & The Uñiverse › : Imprint daath:

cd | 13 titres

  • 1 Nod
  • 2 Kruzifix
  • 3 Procession
  • 4 The Pilgrims regress
  • 5 Parvati's lament
  • 6 Iblis
  • 7 Gamaliel
  • 8 Sitra Ahra
  • 9 Nemoralis
  • 10 It is our will (extended remix)
  • 11 It is our will (In Death It Ends Remix)
  • 12 It is our will (original version)
  • 13 The Star

extraits vidéo

  • Il y a des extraits vidéo pour ce disque. Vous devez être membre pour les télécharger : devenez membre.

line up

Ashley Dayour (instruments, voix), David Pfister (instruments, field recordings)

Musiciens additionnels : Zebo Adam (percussions)

remarques

Il s'agit de la réédition 2017.

chronique

Pour un musicien, avoir sous le coude un projet du type de The Devil and the Universe doit être moralement rafraichissant. Si les directions créatrices, les ambiances, sont bien déterminées, il laisse tout de même pas mal de liberté d’expression grâce à une volonté affirmée de ne pas se laisser piéger dans un carcan, de tester plein d'instruments. Le premier volume de la saga artistique des trois boucs (ok, ils sont que deux sur la couverture) s’intitule donc ‘:Imprint daath:’ (ben oui, le diable est bon zingue et sait user des zygomatiques à l’occasion) et pose d’emblée les fondations du temple: ça rappelle beaucoup les productions de la regrettée écurie Cold Meat Industry à son heure de gloire; un mélange de mélodies, de tempi martiaux, de dark ambient et d’un soupçon d’indus, tout ça sous couvert de mysticisme un peu cinématographique (c’est ici assumé). C’est ainsi que le disciple de la corne glissera des ambiances religieuses et lourdes de ‘Kruzifix’ avec orgues, grincements de guitare, percussions martiales à quelque chose de plus ethnique sur ‘Procession’ (magnifique transe crée par les percussions) mâtiné d’un zeste de cold wave (la basse), sans omettre des tubes purement dansants (‘Iblis’, ‘Nod’) revendiquant sans rougir leurs influences dark wave. Rien à voir avec ‘Sithra Ahra’, glauque, très cinématographique dans son climat (difficile de ne pas m’imaginer une troupe de pèlerins en guenilles avançant courbés au ralentis dans le désert, le visage fouetté par le vent) ou ‘Parvati’s lament’ pleinement oriental dans ses sonorités et ses rythmes. Nos trois boucs s’en sortent très bien tant dans les pièces d’ambiance que dans celles plus dansantes. L’auditeur pourrait néanmoins se sentir troublé par un tel patchwork et y déceler un manque de cohérence. Pas vraiment, chaque album de The Devil and the Universe est à écouter comme une forme de b.o. d’un film imaginaire, fil rouge plus à même de guider le padawan. On n’évite pas certaines fautes de goût et des longueurs (les trois remixes de ‘It’s our will’ à se farcir de suite alors qu'il y a le EP pour ça) mais dans l’ensemble, ce premier essai est une belle réussite. Une manière pour les goths pure souche de se frotter ensuite aux univers de The Protagonist, In Slaughter Natives, Sephiroth et autres Arcana, si ce n’est pas déjà fait…4,5/6

note       Publiée le mardi 7 août 2018

Dans le même esprit, Twilight vous recommande...

partagez ': Imprint daath:' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : ": Imprint daath:"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur ": Imprint daath:".

ajoutez une note sur : ": Imprint daath:"

Note moyenne :        1 vote

Vous devez être membre pour ajouter une note sur ": Imprint daath:".

ajoutez un commentaire sur : ": Imprint daath:"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur ": Imprint daath:".