Vous êtes ici › Les groupes / artistesTThe Ðevil & The Uñiverse › Thank Goat, it's Christmas !

The Ðevil & The Uñiverse › Thank Goat, it's Christmas !

cd • 8 titres

  • 1Leise rieselt der Schnee
  • 2The ghost of Christmas past
  • 3In the bleak midwinter
  • 4Holy night
  • 5The ghost of Christmas present
  • 6Little drummer boy
  • 7Krampus rumble
  • 8The ghost of Christmas future/Silent night

informations

https://thedeviltheuniverse.bandcamp.com/music

line up

Ashley Dayour, David Pfister, Stefan Eisbacher

Musiciens additionnels : Matt Howden (guest chant), Box (guest chant féminin)

chronique

Avec Satan (ou s’en moquant), on passe vraiment du bon temps. J’essaie d’imaginer la tête de toutes les grenouilles de bénitier (relativement jeunes parfois, c’est flippant) se tortillant dans le mal et le péché comme on se tortille en faisant des papouilles dans un jacuzzi face à ces boucs alors que The Devil and the Universe est clairement un truc second degré mais qui fait ça bien. Dans une époque de 'bible belts', on en vient à devoir renverser les codes pour promouvoir des idées humaines et de tolérance (quand on imagine que le Temple de Satan a ouvert une clinique pour avorter, soutient des manifestations pro-LGBT…). De même, il eût été cliché de chroniquer ce disque à Noël, c’est plus fun en été (les canicules d’un réchauffement climatique qui n’existe pas, ça sert à ça). Les Viennois auraient pu se contenter d’un simple pastiche mais ils vont plus loin en mêlant leurs propres compositions à des airs traditionnels pour interroger les contradictions autour de la période de Noël tout en s’amusant et en amusant. Attention, pas de quoi prendre la chose à la légère, on a quand même Matt Howden au chant sur le beau ‘In the bleak midwinter’ et la reprise de ‘Little Drummer boy’ avec Box (chanteuse de Box and the Twins) est exquise, froide et mécanique comme jouée par un orchestre d’automates. La version de ‘Holy night’ est très belle aussi, ambient et fraîche comme une nuit de Noël à une époque où la neige existait encore en plaine. Des Autrichiens ne pouvaient bien entendu pas laisser passer une référence à Krampus et ils ne s’en privent pas sur le morceau le plus sombre de l’album, dans une veine In Slaughter Natives plus aérée. La trilogie des Christmas Ghost est une réussite aussi, comme s’il s’agissait de créer des b.o. pour des Noëls d’horreur, avec une prédominance du dark ambient cinématographique. Comme je l’écrivais plus haut, ne pas se prendre au sérieux n’exclut pas pour autant un travail qualitatif, c’est le fond de commerce des trois Boucs Viennois.

note       Publiée le lundi 31 juillet 2023

dernières écoutes

    Connectez-vous pour signaler que vous écoutez "Thank Goat, it's Christmas !" en ce moment.

    tags

    Connectez-vous pour ajouter un tag sur "Thank Goat, it's Christmas !".

    notes

    Note moyenne        1 vote

    Connectez-vous ajouter une note sur "Thank Goat, it's Christmas !".

    commentaires

    Connectez-vous pour ajouter un commentaire sur "Thank Goat, it's Christmas !".

    nicola Envoyez un message privé ànicola

    Moi non plus mais, daron oblige, je me force.

    Shelleyan Envoyez un message privé àShelleyan
    avatar

    Ah ? Peut-être bien, je ne suis pas très cultivé en matière de Noël ^^

    Note donnée au disque :       
    nicola Envoyez un message privé ànicola

    Ça n’apparaît pas dans ta chronique mais le triple fantôme de Noël est, à mon avis, une référence au Chant de Noël de Dickens.