Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesNNorma Loy › Sacrifice / T.Vision

Norma Loy › Sacrifice / T.Vision

cd • 15 titres

  • 1Power of spirit
  • 2Belinda's dead friends
  • 3Bitchy boy
  • 4L'homme à la moto
  • 5Sacrifice
  • 6666 (we shall win)
  • 7Replicants
  • 8Dead in the bed
  • 9Death to the low world
  • 10Eden is again
  • 11TVision
  • 12Heaven
  • 13Disconnected
  • 14TV friends
  • 15Ghost rider

enregistrement

Studio du Val d'Orge, Epinay sur Orge; Studio Pixel noir, Dijon, France.

line up

Chelsea (chant), Usher (synthés, choeurs), Christine (batterie), Scavone H (basse), ZCloser (saxophone) Patrick Levy (guitares, synthés)

remarques

chronique

‘Rewind’ m’avait déjà frappé par l’intensité, l’efficacité et la justesse de ses mélodies. Ces ingrédients, ‘Sacrifice’ les reprend mais en moins mélancolique, en plus sombre, plus âpre et plus violent. Le sentiment de révolte et de désespoir se fait plus pressant, la basse claque durement, le chant est plus colérique…On pourrait parler de base cold wave mais avec des structures plus organiques, voir industrielles qui ne sont pas sans évoquer le Clair Obscur de cette époque, et des morceaux comme ‘Sacrifice’, ‘Replicants’ ou ‘Dead in the bed’ ont une énergie toute tribale, voir expérimentale à dégager. J’aime d’ailleurs à utiliser le mot ‘énergie’ pour la description de cet album car si la rage et la noirceur sont omniprésentes, elles n’ont rien d’étouffant mais dynamisent au contraire l’auditeur. On remarque aussi que les parties de clavier sont moins mises en avant et que le saxophone a pris de l’importance, tant pour suggérer la tristesse (l’intro de ‘Power of spirit’ ou sur la superbe reprise de ‘L’homme à la moto de Edith Piaf) que le chaos (‘Sacrifice’). Impossible de ne pas parler également des percussions dont l’importance est flagrante notamment sur les pièces les plus tribales. Cerise sur le gâteau, la version cd propose en bonus les chansons de ‘T.Vision’ parues à l’origine sur le LP ‘Rewind’. Je trouve personnellement ce choix assez judicieux car elles me semblent s’inscrire parfaitement dans la thématique de ‘Sacrifice’ même si leur atmosphère est moins violente. On y retrouve cette sorte d’urgence désespérée quasi mystique dont le splendide et incantatoire ‘Eden is again’ d’ouverture se fait le messager avec son mélange d’orgue et de clochettes orientales. ‘T.Vision’ me rappelle un peu ‘Body electric’ des Sisters (en plus brute) dans sa construction. ‘Disconnected’ quant à lui m'évoque vaguement quelques bons moments de Neon Judgement mais en plus colérique. ‘Tv friends’ explore des ambiances plus mystiques et décalées qui s’apparentent à la reprise du ‘In heaven’ de David Lynch, entre psychédélique et ambient avec une bonne touche de désespoir gothique. Après tant d’intensité, le groupe nous gratifie finalement d’une cover du ‘Ghost rider’ de Suicide, toute aussi réussie et efficace que le reste de l’album. Diversifié, intense, riche, puissant, ‘Sacrifice’ demeure le chef-d’œuvre de Norma Loy.

note       Publiée le vendredi 2 janvier 2004

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Sacrifice / T.Vision".

notes

Note moyenne        17 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Sacrifice / T.Vision".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Sacrifice / T.Vision".

novy_9 › mardi 14 janvier 2014 - 15:06  message privé !

Ok c'est une définition qui t'es propre, c'est bien là ton droit d'ailleur :) Mais il était nécessaire de l'éclaircir, car un novice qui veut découvrir le groupe peut être rebuté par "malhabile et constipé" qui sont des mots que je ne peux employer dans ce cas là, ni dans les autres que tu cites, question de sensibilité :)

Raven › mardi 14 janvier 2014 - 11:37  message privé !
avatar

le " malhabile" concernant la voix de Chelsea, c'est parce que j'entends une voix assez amatrice (ce qui empêche pas d'etre expressif et il l'est le bougre sinon je n'aimerais pas tant Norma Loy), et le "constipé" = "tendu", bref la voix d'un type que j'imagine pas vraiment prélassé avec un mojito dans chaque main sur son transat', si tu préfères. Le terme colle dailleurs assez bien à la majorité des chanteurs goths finalement, bancals aussi oui pour ne pas dire techniquement nuls, cachant souvent leur faiblesse derrière la cape d'une voix exagérément grave et ostentatoire dans la lignée du Saint-patron des constipés : Ian Curtis. Dont Chelsea est un des meilleurs suiveurs... mais cela va sans dire que c'est aussi ça qu'est bon, me foutant comme d'une guigne de la technique tant que l'émotion est là mais étant assez lucide sur l'aspect grotesque inhérent à presque tous nos crooners goths (je trouve parfois à Rozz Williams des accents brueliens, pour te situer le niveau de la pathologie ;)

Note donnée au disque :       
cyberghost › mardi 14 janvier 2014 - 11:01  message privé !

Perso, je suis surtout à donf sur Psychic Altercation - faudra que j'pécho le tout premier d'ailleurs pour voir - mais çuilà passe de mieux en mieux au fil des écoutes!... Total soutien à Raven pour l'homme à la moto, rien que c't'intro, huhu, pis elle est un brin kitsch, mais ça participe au charme de ce disque, finalement

Note donnée au disque :       
novy_9 › mardi 14 janvier 2014 - 10:55  message privé !

Je n'ai jamais vu dans Norma Loy "Le chant cold bien constipé un peu malhabile" !! Il a une bonne voix, parfaite pour ce genre de musique. Il sait chanter, peut mettre de l'émotion, de la folie, du spleen etc ... En ce qui concerne la reprise de Piaf, je l'adore, une seconde vie pour ce titre. Norma Loy a toujours eu cette faculté de créer des ambiances variés, indus, cold wave, saxo (rare dans ce style), reprise de Piaf, de pondre des albums conceptuels et puissants. Il reste une référence et une influence pour nombre de groupes dans le monde entier.

stankey › mardi 14 janvier 2014 - 06:06  message privé !

Faudra que je le ressorte sérieusement... l'aspect 'bruitiste' m'avait un peu dérangé. Travail interressant par contre, suffisamment varié ('666 We Shall Win'!!!) ... mais cette reprise de Piaf me laisse toujours de marbre, désolé :)

Note donnée au disque :