Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesWWoven Hand › The laughing stalk

Woven Hand › The laughing stalk

cd • 9 titres

  • 1Long Horn
  • 2The laughing stalk
  • 3In The Temple
  • 4King O King
  • 5Closer
  • 6Maize
  • 7Coup Stick
  • 8As Wool
  • 9Glistening Black

extraits vidéo

  • Il y a des extraits vidéo pour ce disque. Vous devez être membre pour les télécharger : devenez membre.

enregistrement

Enregistré live au studio, Denver City, Colorado, USA. Produit par Alexande Hacke

line up

David Eugene Edwards (chant, guitare, piano, banjo), Gregory Garcia (basse), Ordy Garrison (batterie), Charles French (guitare)

remarques

chronique

La ‘tige riante’, voilà qui m’évoque plutôt l’ambiance de films comme ‘Children of the corn’, avec ces champs de maïs à perte de vue dans lesquels paraissent se dissimuler toutes sortes de créatures ou personnages louches, véritable labyrinthe au milieu duquel il est si aisé de se perdre et de devenir fou. Produit par Alexander Hacke, ce septième album est peut-être la plus belle réussite de David Eugene Edwards depuis ‘Consider the brids’. Renforcé d’une paire de nouveaux musiciens, il marque un pas vers une écriture plus lourde en matière de sonorités et d’orchestrations. Moins d’acoustique, plus d’électricité et une vigueur nouvelle qui redonne un vrai souffle à la musique de Woven Hand. Les guitares prédominent, grincent, la production est rêche (choix de l'interprétation live même en studio), le jeu de batterie tribal, et la tension sombre qui marque certaines chansons n’est pas sans évoquer certains travaux des Swans. Cette direction sied parfaitement au côté mystique caractérisant la musique de Woven Hand, lui injecte une dose de noirceur et de mystère en parfaite adéquation avec les paroles bibliques marquant les textes. C’est le bras de fer entre les forces de la terre et les énergies célestes, le combat quotidien de l’humain entre sa partie animale et son esprit, l’instinct et l’intellect, dans son essence la plus pure. Ces thématiques récurrentes chez David Eugene Edwards trouvent ici une dimension plus rugueuse, intense comme jamais. Violence ne rime pas avec absence de lumière pour autant, bien au contraire, elle filtre de partout mais dans son éclat le plus vif. Pour vaincre le mal, il faut savoir l’affronter sur son propre terrain et c’est ce que font les musiciens. ‘The laughing stalk’ ne doit pas uniquement son efficacité à ses climats puissants mais aussi à la qualité mélodique de l’écriture, ce disque regorge de pépites: ‘Glistening black’, ‘Long horn’, The Laughing stalk’, ‘King of king’, le plus punk et mal intitulé ‘As wool’…Une vieille bible à la reliure de cuir abandonnée au milieu de poupées confectionnées avec des épis de maïs, le paganisme chrétien ou le christianisme païen ou quand Dieu et le Grand Esprit se confondent…

note       Publiée le dimanche 8 mai 2016

Dans le même esprit, Twilight vous recommande...

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "The laughing stalk".

notes

Note moyenne        2 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "The laughing stalk".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "The laughing stalk".