Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesWWoven Hand › Consider the birds

Woven Hand › Consider the birds

cd • 10 titres

  • 1Sparrow fall
  • 2Bleary eyed duty
  • 3To make a ring
  • 4Off the cuff
  • 5Chest of drawers
  • 6Oil on panel
  • 7The speaking hands
  • 8Down in yon forest
  • 9Tin finger
  • 10Into the piano

enregistrement

Absinthe, The Finger, Denver, Colorado, USA

line up

David Eugene Edwards (chant, instruments)

remarques

chronique

Styles
blues
country
folk
gothique
rock
Styles personnels
americana / folk blues mystique

Après 'Blush music', album écrit pour une compagnie de danse, David Eugene Edwards est de retour avec un travail plus personnel qui renoue avec les atmosphères intimistes de 'Woven hand'. Pourtant, même si certaines pièces oeuvrent dans un registre folk triste ('Chest of drawers'), une forme d'urgence ou du moins d'inquiétude telle qu'on la trouvait chez Sixteen Horsepower est de retour dans son écriture. 'Consider the birds' baigne dans un climat beaucoup plus noir même s'il n'est pas forcément perceptible de manière ouverte. J'y retrouve pour ma part le sentiment ressenti à la lecture de 'The Scarlet letter' de Hawthorne, un univers proche d'une nature où la présence de Dieu est omniprésente mais également une force païenne associée au diable...Ce sentiment est fortement développé par le jeu de percussions dont les sonorités développent un climat quasi chamanique ('The speaking hands', le splendide 'Down in yon forest') qui se mêle au côté folk de la guitare. Si la plupart des travaux précédents de David avec Sixteen Horsepower et Woven Hand m'évoquaient les plaines, celui-ci me semble hanté par la présence de la forêt et si la foi en Dieu est plus que jamais présente, c'est bien la présence des anciens esprits indiens qui plane en arrière-fond. Seul le piano marque la présence de l'être humain dans ce monde qui ne lui appartient pas réellement, un humain qui doit se montrer humble et faire confiance à son Créateur...un sentiment à la fois apaisant mais qui laisse parfois une douleur face à la vie; c'est justement ce que David tente d'exprimer dans son oeuvre comme en témoigne le boulversant final 'In the piano': 'There's a wolf in the piano on the white keys, teeth on the back, dry bones under animal skin am I, no tears from this eye. Behind a door, hand to face, conscience is the wound, His hand a sovereign tune'...

note       Publiée le jeudi 31 mai 2007

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Consider the birds".

notes

Note moyenne        9 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Consider the birds".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Consider the birds".

VL › dimanche 18 avril 2010 - 20:41  message privé !
avatar

Plus j'écoute et plus j'aime le côté chamanique, habité. Hop, 1 boule de plus du coup.

Note donnée au disque :       
spock27 › samedi 19 juillet 2008 - 13:49  message privé !
j'aime tout WH donc difficile d'être objectif. à part BLUSH qui m'est passé à travers, lol, je trouve tous les disques de DEE géniaux. celui-là fait partie du lot des disques à avoir à portée de main ! alain
Note donnée au disque :       
juj › mardi 13 novembre 2007 - 16:09  message privé !
+1
Møjo › mardi 13 novembre 2007 - 15:59  message privé !
Pas mieux que Herbst8. Ce disque m'est complètement passé à côté.
Note donnée au disque :       
VL › dimanche 24 juin 2007 - 17:35  message privé !
avatar
Perso, je préfère ces ambiances à celles de feu 16HP.
Note donnée au disque :