Vous êtes ici › Les groupes / artistesAAceyalone › A Book of Human Language

Aceyalone › A Book of Human Language

cd • 20 titres • 68:46 min

  • 1Forward
  • 2The Guidelines
  • 3Contents
  • 4The Balance
  • 5The Energy
  • 6The Hurt
  • 7The Hold
  • 8The Walls & Windows
  • 9The Jabberwocky
  • 10The Grandfather Clock
  • 11The Reason
  • 12The March
  • 13The Vision
  • 14The Faces
  • 15The Hunt Prelude
  • 16The Hunt
  • 17The Catch
  • 18The Thief In The Night
  • 19Human Language
  • 20Afterward

line up

Aceyalone (MC), Mumbles (production)

remarques

chronique

Styles
hip-hop
jazz
Styles personnels
abstract

« When they come they come, like a thief in the night...» Hip-hop trouble et nocturne ? Vous y êtes. Oui-ja ? Oui-da... Hip-hop spectral, même, quand le flow, que certains esprits chagrins trouveront parasite, s'éclipse pour laisser s'épanouir la musique de Mumbles dans toute sa délicate et versatile beauté, à travers ses boucles-volutes. On savait Aceyalone rompu dans l'exercice, mais ce sophomore (je trouve dommage de ne pas avoir de traduction en français pour ce mot que je trouve superbe, je l'utilise donc tel quel) prouve qu'il est capable de se plonger sur un album entier dans des ambiances des plus feutrées, voire profondément oniriques, les meilleures passages évoquant quelque cauchemar cotonneux d'opiomane. Hormis des interludes comme "The Reason", qui rompent un peu le charme le temps d'une minute, tout dans cet album n'est que sublime fugue jazz rap, dans une pénombre intemporelle... Le flow métaphorico-occulto-technico-intello-tiède de Aceyalone, qui est du genre à utiliser un skit pour annoncer la tracklist dans un écho d'une solitude pathétique, évoquer halluciné le souvenir du tic-toc de l'horloge de son grand-père, ou réciter un poème de Lewis Caroll en voix trafiquée, se fond parfaitement dans ces instrus intimes, petit chat anonyme rampant dans le gris de la nuit, sur des beats comme autant de toits et de gouttières, miaulant ses contes à quelque oreille badaude... Ce hip-hop est vivant, il respire, il est à la lisière de deux mondes... C'est une nuit vaporeuse, une cavale bavarde et fantôme... « The walls have ears, the windows have eyes, and a wise man tells no lies. The walls have ears, the windows have eyes, and a dead man tells no lies »... Aceyalone nous prend par la main et nous invite dans ses ruelles secrètes, loin de la violence de la banlieue, là où les chats deviennent ombres... Là où tout n'est que menace et murmures... Là où les brèches dans le béton laissent passer le vent, les regards... Lâchez un peu les Roots un instant, et tempérez vos ardeurs sur les sorties les plus envoûtantes de chez Anticon : c'est par ici que ça se passe, dans la brume, dans les bas-fonds... Hip-hop de minuit...

note       Publiée le jeudi 9 avril 2015

Dans le même esprit, Raven vous recommande...

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "A Book of Human Language".

notes

Note moyenne        2 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "A Book of Human Language".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "A Book of Human Language".

necromoonutopia666 › mardi 21 juillet 2015 - 03:42 Envoyez un message privé ànecromoonutopia666

vu l'heure tardive du post il mérite mon label Album Nocturne. Y a juste flow un peu lisse qui me laisse de marbre mais sinon, night music über alles

Note donnée au disque :       
Ntnmrn › mercredi 13 mai 2015 - 16:26 Envoyez un message privé àNtnmrn
avatar

Je n'ai travaillé pour l'instant que l'album sans le MC : "A Book of Human Beats" - de toute façon, pas de pb, les instrus de Mumble fonctionnent en toute autonomie, comme un excellent disque de trip-hop ; cependant ça reste un peu en-dessous du "Soulmates" à mon goût, même si ça lui guilite largement les arpions. Mention spéciale à "The Thief in the Night", tout aussi exquise et cotonneuse en version muette-hantée qu'avec l'autre excentrique qui l'habite... "Ladies and gentlemen... today subject is... death !"

Raudus › vendredi 10 avril 2015 - 10:23 Envoyez un message privé àRaudus
avatar

Bien meilleur que leur "All balls don't bounce", plus introspectif aussi. J'adore "The grandfather clock", dont le thème me rappelle celui de "Stand" d'Illogic (comment ça je racole?). Je connais pas le suivant par contre, ça vaut le coup de le tenter?

Note donnée au disque :