Vous êtes ici › Les groupes / artistesGGhosting › Enter my crypt

Ghosting › Enter my crypt

cd • 13 titres

  • 1Anticipation
  • 2Birth
  • 3Chaos
  • 4Inquiry
  • 5Deceit
  • 6Visions
  • 7Funeral
  • 8Intruder
  • 9Crying
  • 10Restart
  • 11Dream
  • 12Fortune
  • 13Finale

enregistrement

Ghosting Studio, Allemagne

line up

Sascha Tayefeh (synthés, claviers/ si vous voulez la liste je vous la donne)

remarques

chronique

Styles
gothique
musique électronique
Styles personnels
symphonie carton pâte

Ah la la, Ghosting, quels hurluberlus ceux-là...Musiciens farouchement indépendants ou naïfs patentés ? Ils ont certes une palette d'influences jouant plutôt en leur faveur (Sisters of Mercy, Bauhaus, Klaus Schulze, Coil, Cure...) mais pour des résultats que, diplomatiquement, nous qualifierons de si maladroits que l'on en vient à se demander où se situe la limite entre démarche artistique et bêtise pure. Ok, la chance n'a pas toujours été de leur côté, déjà lors du précédent album, 'Romantic Death' que Bruno Kramm (en charge de la production) avait dû terminer suite au désistement de deux musiciens en plein enregistrement mais croyez-vous que Sascha Tayefeh aurait joué la prudence ? Au contraire, le voilà qui nous balance un disque entièrement instrumental au nom quelque peu ridicule et pompeusement sous-titré 'Ein romantisches Musikdrama'. Voilà qui frise le suicide commercial ou du moins offre l'échine aux coups de bâtons des détracteurs surtout lorsque chez Ghosting le fond peine à combler les ambitions de la forme. Car là où une production implacable, des orchestrations profondes eussent été nécessaires pour tenir le pari ne défile qu'une suite de mélodie aux inspirations néoclassiques mais jouées sur des claviers au sonorités très synthétiques et limite Bontempi. Chaque morceau aurait certes pu constituer une intro à un disque, n'importe quel formation débutant l'aurait compris mais Ghosting, eux, en font un disque entier ! Inutile de dire que l'on s'ennuie comme un rat mort dès la seconde composition. Tout n'est pas mauvais, 'Chaos' , 'Visions' ou 'Deceit' sonnent de manière assez typique pour le groupe, manque juste du chant. Même quand nos Allemands s'essaient à la mélancolie ('Inquiry'), le résultat est plus proche du bubble-gum. L'écriture en elle-même n'est pas dépourvue de qualité mais l'interprétation au Bontempi évoque davantage l'adolescent s'exerçant dans sa chambre que le romantique inquiet contemplant la lune en écrivant des vers. Ca empeste le carton-pâte à des kilomètres et vous colle une étiquette de goth de pacotille limite indélébile sur le dos ; comment alors donner tort aux détracteurs du combo même si les musiciens s'échineront avec plus ou moins de réussite à corriger le tir par la suite ? Bref, un essai soit courageux soit totalement inconscient mais en tout cas plutôt merdique à zapper sans trop de remord. Quand on n'a pas les moyens de ses ambitions, on ne joue pas dans la cour des grands, n'est pas Klaus Schulze qui veut.

note       Publiée le jeudi 13 septembre 2012

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Enter my crypt".

notes

Note moyenne Aucune note pour ce disque pour le moment. N'hésitez pas à participer...

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Enter my crypt".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Enter my crypt".