Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesMThe Moody Blues › On the Threshold of a Dream

The Moody Blues › On the Threshold of a Dream

cd • 13 titres • 36:59 min

  • 1In the beginning 2:08
  • 2Lovely to see you 2:35
  • 3Dear diary 3:56
  • 4Send me no wine 2:20
  • 5To share our love 2:54
  • 6So deep within you 3:07
  • 7Never comes the day 4:43
  • 8Lazy day 2:43
  • 9Are you sitting comfortably 3:31
  • 10The dream 0:55
  • 11Have you heard, part I 1:23
  • 12The voyage 4:07
  • 13Have You heard, part II 2:38

enregistrement

Londres, Angleterre, janvier - février 1969

line up

John Lodge (basse, guitare, chant), Ray Thomas (flûte, percussions, harmonica, chant), Justin Hayward (guitares acoustiques et électriques, piano, claviers, chant), Mike Pinder (claviers, piano, mellotron, chant), Graeme Edge (batterie, percussions)

remarques

http://www.moodyblues.co.uk/

chronique

L'ambitieuse course entamée par les Moody Blues depuis le coup de poker réussi de "Days of Future Passed" gravit un échelon supplémentaire avec la publication de "On the Threshold of a Dream", titre qui donnera d'ici peu son nom à leur propre label, c'est dire l'importance qu'accorderont les musiciens du groupe à ce nouvel essai... Pourtant, sans vouloir tuer tout suspens, "On the Threshold of a Dream" est un album décevant. Encore tout auréolés du succès rencontré par "Nights In White Satin", les Moody Blues ont quartier libre pour enregistrer un nouveau concept album, cette fois articulé autour du rêve, en investissant le studio pendant deux longs mois. On aurait pu donc s'attendre à des arrangements fouillés, à des pistes démultipliées, à une surabondance de timbres et d'instruments, ne serait-ce que pour se hisser au niveau de la puissance dégagée par un ensemble orchestral, ou encore pour rivaliser avec la diversité d'approche inaugurée sur "In Search of The Lost Chord". Mais il n'en est rien. Exception faite de l'obscure introduction "In The Beginning", la première face de leur quatrième album sonne définitivement rock ! Les guitares reviennent en force sur des titres comme "Lovely to See You", "Send Me No Wine" ou "To Share Our Love". Chassez le démon, il revient au galop : les Moodies semblent vouloir accorder une seconde chance au rhythm'n'blues qui les a vu naître. Mais pour nous passionner, il aurait fallu que leurs chansons aient ce semblant de modernité qui font des "S.F.Sorrow" ou "Parachute" des Pretty Things des disques tout à fait remarquables. Dans sa première partie donc, "On the Threshold of a Dream" sonne complètement démodé. Reste une deuxième face plus contemplative, où les Moodies retrouvent leur bagout pour les belles mélodies, comme l'illustre magistralement leur mini suite "Have You Heard" et son ambitieux passage instrumental intitulé "The Voyage" où les efforts un peu vains, mais tardifs, d'un magnificent mellotron auront bien du mal à renouer totalement avec la féérie de leur univers.

note       Publiée le samedi 21 mars 2009

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "On the Threshold of a Dream".

notes

Note moyenne        1 vote

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "On the Threshold of a Dream".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "On the Threshold of a Dream".

Grandgousier › lundi 23 mars 2009 - 21:25  message privé !

Je te trouve assez sévère quand même. OK, quelques morceaux sont dispensables mais il y a quand même des perles, "The Voyage" en tête.

Note donnée au disque :