Vous êtes ici › Les groupes / artistesCCranes › Cranes

Cranes › Cranes

11 titres - 38 :48 min

  • 1 / Diorama
  • 2 / Worlds
  • 3 / Feathers
  • 4 / Wires
  • 5 / Panorama
  • 6 / Wonderful Things
  • 7 / Collecting Stones
  • 8 / Invisible
  • 9 / Move Along
  • 10 / Sleepwalking
  • 11 / High And Low

enregistrement

non renseigné

line up

Alison Shaw, Jim Shaw

remarques

sorti sur le minuscule label Dadaphonic via Mute

chronique

Styles
ambient
electro
heavenly
Styles personnels
dreampop

Quand j’ai découvert les Cranes en 2001 en écoutant Future Songs dans une borne d’écoute Fnac, je n’en croyait pas mes oreilles. Cette voix… cette voix de "fée sous hélium", comme on l’a tant écrit, cette voix qui semble être la justification du mot "éthéré", et cette musique d’un autre monde, qu’on aurait juré produite par un groupe d’éléctro récemment débarqué de nulle-part. Cranes était alors un groupe qui dégageait un certain halo de drogue et de mystère, comme il en naissait et mourrait tous les jours à cette époque-là. Bien sûr, c’était avant internet (pas tout à fait, mais je triche), avant que je ne tape le nom du groupe sur ce site, persuadé de les y trouver, avant que j’apprenne que Cranes était en fait l’un de ces groupes sans the (comme Pixies, tiens) du début des années 90, entre Shoegaze et Cold wave, avec une tripotée d’albums derrière lui. Charme rompu ? Pas vraiment, au vu de mon état de fébrilité à l’annonce de ce 8ème album, éponyme. Grand dieux que cette musique ne vieillit pas. Aux satins des guitares et au brouillard des samples, les Cranes ont préféré la nudité des arrangements électroniques, très dépouillés réduits à l’essentiel pour ce disque. Sans oublier l’exercice désormais imposé pour toute chanteuse à voix sexy : la chanson en français ! ça ne rate pas ici non plus : Panorama est une jolie histoire façon Alice, c’est très mignon, et sans le livret, personne ne saurait jamais de quoi ça parle tant l’accent est from outa space. Mais quand une petite merveille comme Wonderful Things survient juste après, on est prêt à pardonner beaucoup. Alison Shaw ferait rendre les armes à n’importe quel guerrier viking, ferait fondre le cœur du plus endurci des bagnards, et rassurerait l’âme du plus apeuré des ermites sociaux (le cas le plus difficile, rappelons-le). Sa voix n’a pas changé depuis toutes ces années, mais elle a, en revanche, visiblement appris à placer son chant et à en gérer toutes les modulations… (Move Along, Wires) Résultat : de la première à la dernière seconde, l’envoûtement est total, immédiat et irréversible. Et puis ça fait plaisir de voir un groupe qui ose encore offrir à ses auditeurs ce cadeau si désuet mais si précieux, grand oublié de la révolution du téléchargement : un livret. Un vrai, un travaillé, avec un concept : Extérieur nuit bleue, intérieur jour, en très gros plan sur le sol de la forêt… sans oublier les paroles, toutes autour du thème du renouveau personnel et de la recherche de changement… Quelques micro grammes de Dreampop (avec un D grand comme ça) dans un monde de brutes (-al death)… Offrez-vous au moins ça, crénomdidiou !

note       Publiée le jeudi 29 janvier 2009

Dans le même esprit, dariev stands vous recommande...

  • Team Sleep › Team Sleep
    Team Sleep - Team Sleep
    Ecoutez moi ce « wonderful things » qui porte bien son nom… ça ne vous rappelle pas l’équipe sommeil ? à écouter aux mêmes heures nocturnes.
  • The Cure › Paris
    The Cure - Paris
    Découvert à l'époque par beaucoup en première partie de Cure (toujours à surveiller, les premières parties de Cure!) sur cette tournée...

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Cranes".

notes

Note moyenne        8 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Cranes".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Cranes".

(N°6) › samedi 18 juillet 2020 - 16:31 Envoyez un message privé à(N°6)
avatar

Pochette un virus un anus.

Raven › samedi 18 juillet 2020 - 16:22 Envoyez un message privé àRaven
avatar

" il est temps de passer outre cette pochette"

C'est le covid de Chuck Norris ?

born to gulo › samedi 18 juillet 2020 - 14:12 Envoyez un message privé àborn to gulo

Allez, ça fait assez longtemps qu'on se fréquente, il est temps de passer outre cette pochette, et franchir le pas de la sixième boulette en adultes.

Note donnée au disque :       
vigilante › lundi 18 mai 2020 - 22:18 Envoyez un message privé àvigilante

Tenez les aminches, c'est cadeau. C'est sur ce court live que je reviens le plus souvent. N'existe qu'en mp3. 25 mn de bonheur abrasif. Rien que pour cette version de Give qui vous fera oublier le Live In Italy
https://www.youtube.com/watch?v=Bir...

SEN › lundi 18 mai 2020 - 20:25 Envoyez un message privé àSEN

Et pas oublier Loved, chef d'oeuvre !

Note donnée au disque :