Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesCCranes › Self-non-self

Cranes › Self-non-self

cd • 8 titres

  • 1One from the sun
  • 2Joy lies within
  • 3Heaven or bliss
  • 4Beach mover
  • 5Focus breathe
  • 6Fuse
  • 7Reach (live)
  • 8Nothing in the middle nothing in the end

extraits vidéo

  • Il y a des extraits vidéo pour ce disque. Vous devez être membre pour les télécharger : devenez membre.

line up

Alison Shaw, Jim Shaw, Mark Francombe, Matt Cope

remarques

La version cd contient 2 morceaux de plus que le vinyl sorti en 1989.

chronique

La machine-robot a été tuée, elle agonise, mais son bébé a survécu...Foetus monstrueux, il se tord dans l'amas de tripaille glacée, ses yeux à peine formés ont déjà l'éclat de la mort qu'il ne manquera pas d'infliger aux meurtriers de sa mère...'One from the slum' ou la B.O. d'un cauchemar sur écran: beat sec, basse lourde, sans vie, gémissements de guitare, et ses accords de cuivre synthétiques hors de propos et pourtant...Alison Shaw déclarait s'être un jour évanouie à un concert de Birthday Party vu l'intensité de la musique et ce premier album des Cranes pourrait bien en être une séquelle tant il joue sur la retenue, une tension que seuls quelques coups hachés permettent de disséquer et atténuer légèrement...Pas la moindre lumière, le plus petit son clair, tout est sale et froid, grinçant, menaçant, étouffant, pesant...Seule cette voix fluette, enfantine, innocente et d'autant plus perverse, laisse supposer que quelque chose d'humain subsiste encore ici. Alison Shaw à la tête de sa meute de mutant-machines dont les mâchoires grincent pour tromper leur faim en attendant la curée...Qui ne vient jamais car l'idée seule qu'elle pourrait arriver suffit. 'Self non self' est un album à part de la discographie des Cranes, le plus glauque et le plus réussi; entre le blues torturé de Birthday Party, le rock industriel des Swans et les exorcismes sonores de Cindytalk, les compositions évoquent un univers souterrain, humide, glacial, rampant, mais un univers qui palpite de ses pulsions morbides. C'est là sa beauté dans son intensité, une pulsion de vie qui fait des percussions un battement de coeur, de la basse une artère monstrueuse, tandis que la guitare permet à la bête de hurler ou de pleurer...Et ce chant; je n'ai pourtant jamais été plus fan que ça de la voix d'enfant de Alison Shaw mais dans cette ambiance menaçante elle prend toute sa dimension salvatrice, perle d'émotion ('Focus breathe', 'Reach') dans l'obscurité. Un essai unique dans la carrière du groupe. Vous trouvez que j'en fais trop ? C'est vrai mais pas tant que ça...

note       Publiée le mercredi 6 octobre 2010

Dans le même esprit, Twilight vous recommande...

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Self-non-self".

notes

Note moyenne        11 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Self-non-self".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Self-non-self".

SEN › vendredi 29 mars 2019 - 20:20  message privé !

J'avais oublié qu'il était aussi bon ce premier album !

Note donnée au disque :       
TribalCrow › lundi 18 novembre 2013 - 17:12  message privé !

Ambiance spéciale même si le style des CRANES est déjà en place, guitare Cold abrasive presque noisy, basse qui joue sur la tension et rythmique lourde, sans oublier la voie d'ange d'Alison. Mais ici, on a une espèce d'ambiance poisseuse, de vapeurs de machines fatiguées s'échappent de soupirail dans de sombres ruelles (la même que Camouflage Heart tiens !).

Note donnée au disque :       
Seijitsu › lundi 29 avril 2013 - 21:17  message privé !

Et tu ne le seras pas.

Note donnée au disque :       
stankey › lundi 29 avril 2013 - 20:49  message privé !

Direction ma boite aux lettres...Après les sentiers éthérés des derniers albums, je sens que je ne vais pas être déçu ^^

Seijitsu › lundi 7 mars 2011 - 12:08  message privé !

Voyage au bout l'enfer avec une petite fille en guise de guide.

Note donnée au disque :