Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesJJucifer › L'Autrichienne

Jucifer › L'Autrichienne

cd | 21 titres | 71:10 min

  • 1 Blackpowder
  • 2 Thermidor
  • 3 To Earth
  • 4 Deficit
  • 5 Champ de Mars
  • 6 Fall of the Bastille
  • 7 To the End
  • 8 Armada
  • 9 L'Autrichienne
  • 10 Behind Every Great Man
  • 11 October
  • 12 Birds of a Feather
  • 13 Traitors
  • 14 Law of Suspects
  • 15 Noyade
  • 16 Mountain
  • 17 Window (Where the Sea Falls Forever)
  • 18 Fleur de Lis
  • 19 Procession a la Guillotine
  • 20 Coma
  • 21 The Assembly

extraits vidéo

  • Il y a des extraits vidéo pour ce disque. Vous devez être membre pour les télécharger : devenez membre.

enregistrement

Enregistré par Andy Baker chez lui en Juillet (Thermidor) 2007.

line up

Amber Valentine (Guitares, basse, banjo, chant, timpani, piano, orgue Hammond, violon, violoncelle, mellotron, lame à aiguiser), Edgar Livengood (batterie, piano, trompette, trombone, flûte)

chronique

Styles
chanson
sludge
doom metal
pop
hard rock
stoner
indie rock
noise rock
shoegaze
Styles personnels
shoegaze/grunge/stoner > opera rock

Qui oserait encore écrire un opera rock en 2007 ? Certainement pas Jucifer, ce duo shoegaze aux guitares embuées qui avait fait rêver bien des gens de goût à l’époque de ce « I Name You Destroyer » qui les avait fait découvrir. On les imaginait plutôt aller droit à l’essentiel, sans trop se soucier de l’enrobage, nos deux nomades américains. Erreur. Les voilà qui débarquent avec un opera rock, un vrai, et sur Relapse, avec ça ! Ajoutez le fait qu’il ne s’agit ni plus ni moins que de la retranscription musicale des derniers jours de Marie-Antoinette sous la révolution française, et vous avez le tableau idéal du concept foireux. De ceux qui peuvent vous foutre en l’air un album, voire une carrière. Et pourtant, pourtant… Tommy n’a qu’à bien se tenir. L’autrichienne, en plus de nous transporter à l’intérieur du cerveau très (j’insiste) tourmenté de Marie-Antoinette (ou celui d’Amber Valentine ?) avec une acuité confondante, est un énorme chef d’œuvre, un disque qui mange de ton cortex au petit déjeuner. La fidélité avec les faits historiques est d’autant plus surprenante ici qu’on en demandait pas tant à ce disque. On a déjà fort a faire avec l’album en lui-même : rempli à ras bord de puissance tellurique (batteur au sommet de son art), de riffs d’anthologie, de mélodies Hallucinées, il faut encore se coltiner l’angoisse et les états d’âmes de cette reine si incertaine, si compliquée… L’immersion dégagée relève de la magie noire… Et si c’était ça la vraie pop ? Comme Marie-Antoinette, Amber n’en a jamais assez, et bouffe à tous les râteliers avec une luxure et une gourmandise délectable. Sleater-Kinney, PJ Harvey (Champ de Mars, putain, et ça repart dans ta gueule), rien n’est trop crade pour elle, et elle ramène tous ses trophées maculés de sang et de boue sur son lit de roses. Si vous voulez du décalage joli/crade, vous allez être servis. On est d’entrée propulsés au cœur de la hantise de la violence, avec Blackpowder, où la reine confesse sa peur et sa préciosité sur fond de tube grunge… Avant de basculer la seconde d’après dans un grindcore de 20 secondes où Amber s’arrache les poumons : « BLACK !!! MISERY !! ». C’est le point de vue de la plèbe, anonymes qui crèvent de faim et qui commencent à brûler de haine au-delà des remparts. Deux morceau plus loin, c’est du Cocteau Twins sur fond de sludge, et ça s’appelle Deficit. Les finances sont au plus bas, et on sent comme une menace ramper. Quand je vous disais que l’histoire avait été respectée… L’enchaînement qui suit est d’une audace folle : Fall of the Bastille est un autre déchaînement de rage paroxystique (à ce moment là, normalement, on commence à comprendre qu’elle Y CROIT, mais vraiment), débouchant sans transition aucune sur une folk-song en français approximatif quelque part entre Carla Bruni et Sheryl Crow… To The End. Et ça bute, c’est absolument beau à pleurer, le charme opère à 200%. Amber a foutu ses tripes sur la table, ses bottes sur ton pif, et se permet d’annôner fièrement « à la fin de la jour, j’aimewais voyager »… Comment expliquer que tout cela ne sombre pas une seule seconde dans le ridicule ? L’accent et le charme d’Amber… On débouche immédiatement sur Armada (et son armada de cuivres…), long retour a la réalité tortueux et sombre, pour retrouver à nouveau la douceur des rêves naïfs de L’autrichienne, tellement teenage et pourtant d’une telle maturité de composition. Et c’est ce va-et-vient constant entre la dure réalité de la révolution et l’univers illusoire de Marie-Antoinette, sur qui les événements vont se déchaîner, qui fait toute la force évocatrice de l’œuvre. Comme tout bon opéra rock, ça finit mal, sauf que le couperet final, passez moi l’expression, on le connaît tous déjà ! Plus dure sera la chute… Si l’intensité faiblit un peu, la variété des riffs et des ambiances reste incontournable jusqu’à la fin. Behind Every Great Man est tout en dentelles déchirées derrière des barricades de guitares/baïonnettes, The Law Of Suspects sonne la rencontre de chœurs spectraux à la Electrelane et d’une ballade de killer à la Radiohead, Window est une perle de power pop flamboyante… Seuls quelques moments plus faibles et égarés comme Noyade nous permettent de respirer au milieu d’un tel conglomérat de nuages lourds et de chant français incompréhensible, ce qui ne fait qu’ajouter au charme de cette voix divine… Surtout quand on sait de quels contrastes elle est capable, nous glaçant les sangs lorsque sa voix grind fait irruption sur Traitors, illustrant toute la fureur de la révolution. Au final, qu’est ce qui explique une telle réussite ? Le duo a changé sa formule, est passé du Pro-Tools au magnétophone classique, le son a gagné en épaisseur, en densité, en lourdeur aussi. L’Autrichienne n’est pas seulement une enfilade de perles comme le duo n’en avait encore jamais composé, c’est surtout un gouffre sans fond, une abîme vaseuse et baroque qui s’accapare vos oreilles pendant des jours et des jours. « And everything we knew dies with me ».... Reste plus qu’à trouver le groupe qui osera s’attaquer à Robespierre.

note       Publiée le mardi 15 juillet 2008

Dans le même esprit, dariev stands vous recommande...

partagez 'L'Autrichienne' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "L'Autrichienne"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "L'Autrichienne".

ajoutez une note sur : "L'Autrichienne"

Note moyenne :        17 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "L'Autrichienne".

ajoutez un commentaire sur : "L'Autrichienne"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "L'Autrichienne".

dariev stands › mercredi 23 août 2017 - 17:45  message privé !
avatar

Concert à Lyon le 2 sept, cf page d’accueil!

Note donnée au disque :       
Rastignac › jeudi 31 mars 2016 - 10:21  message privé !
avatar

ah oui, quand Junior vire métalleux angoissé. Grand moment.

Fryer › mercredi 30 mars 2016 - 20:32  message privé !

Ça ne peut pas battre Ulver dans les Sopranos dès 1999.

Klarinetthor › mercredi 30 mars 2016 - 16:29  message privé !

Il y avait toute de meme une bonne petite hype a l'epoque de cet album, relapse avait bien fait son boulot; et puis sans doute qu'ils avaient un fan dans l'equipe.

Note donnée au disque :       
Rastignac › mercredi 30 mars 2016 - 09:41  message privé !
avatar

ah oui, Californication, pas Jericho ! Merci, je m'en souviens maintenant, le poster se trouve dans la chambre du producteur de rock bidon qui se tape la "belle-fille" du Duchovny. Ça m'avait fait tiquer quand même, Jucifer c'est quand même pas le genre de groupe qu'on voit dans des séries, même en affiche.