Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesMKan Mikami › Bang!

Kan Mikami › Bang!

lp/cd | 8 titres | 48:00 min

  • 1 ???????????? [6:00]
  • 2 ??????? [3:37]
  • 3 ?????? [5:01]
  • 4 Bang ! [7:41]
  • 5 ???? [5:54]
  • 6 ?????????? [8:41]
  • 7 ??? [7:02]
  • 8 ???????????? [4:01]

extraits vidéo

  • Il y a des extraits vidéo pour ce disque. Vous devez être membre pour les télécharger : devenez membre.

enregistrement

Enregistré les 20 et 22 novembre, et 4 et 6 décembre 1973 par Ken Sukegawa. Produit par Masaaki Hata, Rota Saiya et Yosuke Yamashita.

line up

Kan Mikami (guitare et voix), Akira Sakata (saxophone alto sur 6), Koichi Matsuda (basse, percussions et chœurs sur 2), Ryojiro Furasawa (congas sur 2 et 8, sifflet à coulisse sur 8), Masaru Watanabe (guitare [gut], orgue hammond, chœurs et arrangements sur 2, basse et slide-guitare sur 7), Shinobu Imai (guitare lead sur 2 et 7), Yumiko Takeda (piano et chœurs sur 2), Yoh Nagai (guitare électrique sur 3), Yosuke Yamashita (clavecin électrique sur 3 et 7, piano, orgue hammond et arrangements sur 7), Masaji Otsuka (guitare rythmique sur 3), Masayuki Kuniyoshi (flûte sur 7)

remarques

Un bug lié au changement d’hébergeur du site, momentanément non-réglé, fait qu’il n’est pas possible pour le moment d’afficher des caractères « spéciaux » (parmi lesquels : alphabets turcs, chinois, japonais…). Ces titres, pour le moment remplacés par des « ? », seront rétablis une fois ce bug résolu.

chronique

Un disque de… Mutation. Certainement pas « de transition » – l’expression serait trop douce, trop neutre, pour décrire ce qui se joue là. D’accord : j’avoue ne pas connaître à fond cette partie de la discographie de Mikami. C’est évident, toujours : quelque chose là-dedans cherche à muer – et violemment, sans se soucier des convenances, de l’éventuel grotesque de ce qui naîtra, de ce qui restera (le disque, la peau d’avant). La voix de Mikami, depuis les débuts, cherchait le cri sans frein, fait pour briser – raucité, expressionisme, intensité faite pour friser la brisure. Ici, elle perce carrément, renverse, harcèle. Déjà : ce désespoir qui n’abdique pas – dont il jouera si fort, plus tard, sur ses disques du « retour », plus tardifs (ceux sortis sur PSF à partir des années quatre-vingt-dix). Aussi, son jeu de guitare tout en cassures – presque un flamenco d’une autre dimension, d’un Asie délirée, d’un Japon sorti de lui, tradition macérée dan cette subjectivité-là – déraille ici au plus juste, annonce, donc, les longues suites. Seulement restent encore des traits d’époques, de production, de producteurs – séances, contextes, orchestres. L’époque aussi change et tire, veut se transformer. S’il subsiste quelque chose de la scène « enka-blues », là, de la tradition sentimentale de ce répertoire, c’est dans une version « existentialiste », obsédée par l’Europe et l’Amérique, nourrie du moins par elle, serait-ce pour s’en démarquer, s’approprier singulièrement ses moyens. Il reste donc sur ce disque des arrangements, des reliefs, traces de chansons-jazz. Des idées « baroques » qui peuvent d’ici sonner étranges mais dans cette décennie ne choquaient sans doute guère, partout – le clavecin électrique, les valses douces et profondément triste à la Tim Hardin… La guitare blues rock, soli attendus, placés. Seulement : tout est déformé, distordu. La voix pleure trop fort, trop dur. Tout est perturbé. Tout part trop loin – comme cette pochette cinglée, Kan Mikami en super-héros, qui éclate la tête, littéralement, à coup de masse à… Quoi ? L’Oppressante Mélancolie ? La Mortelle et Quotidienne Terreur ? … Les titres, en tout cas – ce que j’arrive à en saisir, traduire – parlent semble-il de « Désespoir Splendide », de « Nuit de Braconnage », d’un « Cheval Rouge » halluciné (ou bien symbole dont en l’état le sens m’échappe – et je préfère, comme ça, que rien ne soit expliqué). C’est insoutenable, parfois, tant l’émotion fait concrétion, débordement – matière extrêmement concentrée et en même temps, foison. Comme sur cette sixième piste au sax free, qui pousse, s’épuise, peine à suivre le chant, cette voix exaspérée – presque insupportable, sur celle-ci, magnifique mais éplorée jusqu’à écorcher, jetée pour cingler (ou ne se souciant pas de ce quelle va frapper – et par là, d’autant plus redoutable). Le plus beau, là-dedans, c’est que ces deux mondes – celui d’une musique de studio finement arrangée, tout à fait de son époque, au fait sans contexte de ce qui se joue ailleurs ; celui d’une expression absolue, extrême, encombrée d’aucune considération de « marché », selon toute vraisemblance – ne s’affaiblissent pas, sur ce disque. Ils se percutent, certes – font collusion par collision frontale. Et ce qui sort, ce que fixe la bande, est encore plus tranché, encore moins « compromis ». L’objet porte sa force au-delà de ses limites – les connaît, les épouse et puis les perce, aux moments choisis. Il y a bien, oui, cette piste (la septième) qui par comparaison peut sonner un peu facilement jazz-rock, blues-fusion – mais la folie du reste imprègne même celle-là, par contagion. Et l’échos persiste, tout au long, au fil des réécoutes, de ce morceau-titre dément – voix arrachée ici encore, déraisonnablement brute, honnête, chialée mais tête levée ; montage de bruits de villes, de foules, de bribes de symphonies. « Kan », sur le justaucorps pourpre ; le « M » de « Mikami » sur la coiffe. Le marteau cogne – la calotte crânienne saute, le haut de la tête. Il vous prévient, c’est entendu – mais c’est au même instant qu’il cogne, celui où vous vous dites « sous un machin pareil, gaffe où ça va partir ! ».

note       Publiée le lundi 19 novembre 2018

partagez 'Bang!' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Bang!"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Bang!".

ajoutez une note sur : "Bang!"

Note moyenne :        1 vote

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Bang!".

ajoutez un commentaire sur : "Bang!"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Bang!".

DukeOfPrunes › mardi 27 novembre 2018 - 18:03  message privé !
avatar

Ouais, un jour viendra où je viendrai poser mes gros sabots là-dessus !

Dioneo › mardi 27 novembre 2018 - 15:34  message privé !  Dioneo est en ligne !
avatar

Oui, ne te gênes surtout pas pour y aller de la tienne, hein ! Il me semble que tu as une connaissance bien plus complète de l'oeuvre du gars, donc nos deux textes pourraient se compléter... Curieux de te lire sur celui-là et d'autres "autour", en tout cas.

Note donnée au disque :       
DukeOfPrunes › mardi 27 novembre 2018 - 13:21  message privé !
avatar

Merci Dioneo pour ce point de vue inattendu, cette chronique bienvenue. J'aurais bien des choses à dire sur BANG!, mais je garde précieusement tout cela pour plus tard. Il est clair que cet album est le plus étrange, le plus barré de son début de carrière. Inégal, mais culte !