Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesJJucifer › If Thine Enemy Hunger

Jucifer › If Thine Enemy Hunger

cd • 15 titres • 56:26 min

  • 1She Tides
  • 2Deep
  • 3Lucky Ones Burn
  • 4Hennin Hardine
  • 5Antietam
  • 6My Benefactor
  • 7Four Suns
  • 8Pontius Of Palia
  • 9Backslider
  • 10Luchamos
  • 11Ludlow
  • 12The Plastic Museum
  • 13In A Family Way
  • 14Medicated
  • 15Led

remarques

chronique

J'ai un peu lâché leurs sorties avec le temps je l'avoue, donc ce serait peut-être à mettre au présent, mais les stickers de Relapse étaient quand même assez odieux. "Jucifer - for fans of White Stripes, Sonic Youth, Sleater Kinney, Mars Volta, PJ Harvey, Lightning Bolt, Melvins". Joli coup de louche, mes enfoirés. If Thine Enemy Hunger, c'est simplement le plus grunge des Jucifer, casé de façon ingrate juste avant leur album le plus protéiforme et ambitieux (L'autrichienne, a.k.a. le concept-album que Misanthrope ont pas osé). Avec Jucifer en général, sur disque, je trouve que les titres les plus doomsters sont pas forcément les plus gaulés, à l'image de ce premier titre... pas parce qu'ils sont lents, mais juste parce que voilà, c'est gentiment lymphatique. Alors que les titres où ils passent la seconde, là on sent cette saveur pouilleuse, ce danger rural, cette férocité de la fille qu'est aussi la soeur de son père. Il se dégage de ce Jucifer difforme et potelé comme un doux parfum de mélancolie campagnarde dégénérée, de rêverie de petite paysanne qui veut rejoindre la grande ville pour y devenir mannequin ou actrice et qui finira juste à faire des pipes pour se payer le loyer, et le côté country de la chose n'y est sans doute pas étranger. Leur album le plus accessible, peut-être, aussi. Amber Valentine, soutenue par sa moitié dévouée, s'y laisse aller aux vocalises les plus faciles, façon riot grrrl. Sur les titres les plus détendus elle temporise, sur les plus sauvages, plutôt rares hélas, elle troue la panse sans prévenir. Dommage qu'il n'y aie pas eu plus de titres comme "Antietam", en fait, ces morceaux où la manouche-geisha maquillée en camion volé vocifère comme une démente pathétique, plutôt que de donner dans le Hole/L7 de cul-terreux. Jucifer, au milieu de tous leurs amours divers de musiciens itinérants qui abordent de façon très féminine leurs disques (à savoir dans l'humeur et sur le tas) restent sinon dans cet exercice où ils sont un peu les patrons : cracher cette version femelle de Melvins, sensuelle, voire sexuelle, où la chevelure touffue de King Buzzo est remplacée par la vision similaire d'un pubis géant dont l'orifice engloutit sa proie comme une dionée vorace. Image cliché, j'en conviens, depuis le temps qu'on vous fait le coup, vous pouvez soupirer... sauf que Jucifer ça sonne souvent très cliché, aussi, hein... du moins avant de réaliser un beau matin que ces deux SDF sont probablement eux-mêmes à l'origine de quelques gros clichés musicaux dans le genre, depuis le temps que leur groupe existe réellement. Purs artisans.

note       Publiée le samedi 21 juin 2014

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "If Thine Enemy Hunger".

notes

Note moyenne        6 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "If Thine Enemy Hunger".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "If Thine Enemy Hunger".

dariev stands › mercredi 23 août 2017 - 17:45  message privé !
avatar

et Lyon le 2 sept , cf page d’accueil !

Klarinetthor › dimanche 13 août 2017 - 21:53  message privé !

tournée européenne des guerriers de la steppe : Motocultor le 20 aout, Nantes le 22, Villefranche de Rouerge le 23, Toulouse le 1er septembre, Genève le 7, Dijon le 8, Rock'n grass fest le 9.

Note donnée au disque :       
Klarinetthor › mardi 1 juillet 2014 - 21:59  message privé !

malheureusement le coup des étiquettes, était (est) une mode des labels d'une certaine taille, Relapse est plus a incriminer que le groupe certainement. Jucifer sont un peu entre deux eaux, étant entre le petit groupe qui tourne partout et la grosse machine à fest, chose qu'ils ne rechignent pas à faire non plus. Ils n'arrivent pas à dire non (sauf à donner leurs baguettes), c'est un peu ça leur probleme. Autant détestés (j'ai déja entendu bien pire sur eux que ce que tu balances, consultant) qu'adorés. Et vu le soutien qu'a eu leur dernier album, qui avait de quoi faire peur certes, pas sur que les media (que je ne lis plus) soient toujours à pousser derrière. Donc ouais, tu pourrais pousser un peu plus loin l'exploration pour être fixé.

Note donnée au disque :       
Raven › mardi 1 juillet 2014 - 21:48  message privé !
avatar

Oui pour le côté Kittie, ce qui n'a rien de surprenant vu que Kittie c'est du riot grrrl tardif aussi, et puis Amber Valentine vocalement, n'a rien de plus transcendant que Julie Xmas quand elle minaude, c'est une chanteuse métal-pouf cliché au possible si on est le plus froidement objectif... Pour le côté White Stripes par contre, l'Autrichienne est peut être plus appoprié...

kranakov › mardi 1 juillet 2014 - 21:18  message privé !

Même s'il n'a pas le "souffle" de "L'AUTRUCHIENNE", quelle tenue cet album ! Suis en revanche assez surpris qu'on puisse parler de type à propos d'un groupe qui bourlingue autant et pour qui les tunes de contrats studios servent à renouveler les pneus du van...

Note donnée au disque :