Vous êtes ici › Les groupes / artistesVVolt › Nucleosynthesis

Volt › Nucleosynthesis

3 titres - 62:58 min

  • 1 Explosion 18:08
  • 2 Evolution 19:21
  • 3 Implosion 25:18

line up

Michael Shipway et Steve Martin: Synthés, PC, électronique et FX

remarques

Pour plus d'info sur Volt, consultez le site de Groove, au :http://www.groove.nl/

chronique

Une détonation sèche étale une lumineuse réverbération qui crée un malstrom musical limpide, comme des vaguelettes se mélangeant aux ombres de chaque. Un mouvement intense et colorié qui crée une statique musicale attirante, tout en modulant les premières séquences d’Explosion. Le mouvement est limpide et nerveux. Il gravite autour de lourd synthés légèrement symphoniques, qui fusent des mélodies aux étranges chants de sirènes. Lentement, la structure d’Explosion se forme, pour rehausser sa cadence sur des rythmes lourds qui s’enroulent à des séquences nerveuses. Séquences enrobées de superbes synthés aussi mélodieux que dérangeant, de par une sonorité teintée d’une essence apocalyptique.
Ce premier contact avec Volt est tout à fait charmant. Une superbe fusion de la Berlin School, par des introductions très nébuleuses et spatiales (Evolution et Implosion), à une England School avec ses cadences soutenues et ses courbes musicales lourdes.
Evolution présente une intro éclectique qui baigne dans une enveloppe sonore atonique, où diverses sonorités électroniques parfument une aura nébuleuse qui graduellement étend ses ondes tentaculaires avec des synthés larmoyants. Cette ambiance se fractionne à des pulsations séquentielles aux harmonies hypnotiques qui cascadent sur des synthés aux cercles lumineux. Graduellement le maillage se forme, laissant filtrer une douce mélodie électronique au tempérament métallisé. Un titre caustique qui séduira par la richesse de ses synthés qui oscillent entre des souffles brumeux et des voix à peine audibles, tout en ralentissant un mouvement qui s’éteint de ses lourdes pulsations, sans avoir pourtant livrer un dernier combat séquencé. L’art d’étonner avec des structures aux mouvements imprévus.
Implosion est la pièce phare de ce 4ième opus de Volt. Intro dans le vent qui valse sur des pas aux valses incertaines, qui étirent la température des astres. Les pulsations séquentielles arrivent avec lourdeur, brisant cette étrange chimie électronique où les ions s’évaporent devant les implosions sonores. Elles sont sèches, sans être violentes, mais déterminées à imposer un rythme impur, qui explose sur des accords lourds, incohérents. D’une atonie explosive, le duo Shipway Martin dessine une structure musicale qui devient subtilement harmonieuse, supportée par une spirale aux boucles qui se démarquent des premières violences implosives. Le synthé coule à flot, injectant une floraison sonore capiteuse où les harmonies conjuguent vers une structure équilibrée, entre une MÉ lourde et éprise d’arpèges au collage mélodieux. Mais toujours dans une perspective de virages aléatoires et de structures indomptables, comme en témoigne ses lourdes séquences pulsatrices qui arriment une finale lourde, à l’image de Nucleosynthesis; un superbe cd aux sonorités très TD années 80, période Logos et Hyperborea. Nucleosynthesis de Volt, une agréable découverte, lourde de sens et de sons.
Disponible chez Groove

note       Publiée le mercredi 28 novembre 2007

réseaux sociaux

dernières écoutes

  • Connectez-vous pour signaler que vous écoutez "Nucleosynthesis" en ce moment.

tags

Connectez-vous pour ajouter un tag sur "Nucleosynthesis".

notes

Note moyenne        1 vote

Connectez-vous ajouter une note sur "Nucleosynthesis".

commentaires

Connectez-vous pour ajouter un commentaire sur "Nucleosynthesis".

gkar02300 › mercredi 28 novembre 2007 - 19:59 Envoyez un message privé àgkar02300
Ce sympathique duo continu son bonhomme de chemin sans trop de prise de risque et cela donne un album très homogène et très agréable à ecouter
Note donnée au disque :