Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesNColin Newman › Commercial suicide

Colin Newman › Commercial suicide

11 titres - 66:40 min

  • 1/ Their Terrain (5:00)
  • 2/ 2 Sixes (5:16)
  • 3/ Metarkest (5:13)
  • 4/ But I... (4:53)
  • 5/ Commercial Suicide (3:59)
  • 6/ I'm Still Here (3:47)
  • 7/ Feigned Hearing (4:00)
  • 8/ Can I Explain the Delay ? (4:52)
  • 9/ I Can Hear You... (4:51)
  • 10/ [interview] (12:20)
  • 11/ Disco Dub Interview Remix (12:29)

enregistrement

Daylight Studio, Bruxelles, Belgique, 1986

line up

Dirk Descheemaeker (clarinette), Jeannot Gillis (violon), André Klenes (contrebasse), Gilles Martin (traitements électroniques), Colin Newman (chant, guitare, basse, claviers, percussions), Malka Spiegel (chant, basse, guitare, piano), Luc Van Lieshout (trompette), Sean Bonnar (claviers, percussions), Jacqueline Rosenfeld (violon), Wiet Van De Leest (violon), Claudine Staanackers (violoncelle), Rino Christ (cor anglais), Michel Deylius (trombone), Stefaan Verdegem (haut bois), Pierre Coulon (flûte, piccolo)

remarques

chronique

Le légendaire Colin Newman (Monsieur Wire pour rappel) n'eut hélas que peu de retour à l'entame de sa carrière solo. Figure à jamais coltinée au rang d'artiste culte, nous avons autant de raisons de nous réjouir que de nous plaindre d'un tel statut. Car indubitablement Newman aurait mérité meilleure couverture que la seule reconnaissance des critiques qui lui sont du reste majoritairement acquises, même si sa marginalité nous le rend forcément beaucoup plus précieux. Et comme toute légende qui se respecte renferme un lourd secret, "Commercial Suicide" s'érige comme un petit trésor forcément convoité par tous les admirateurs du flegmatique britannique. Un album vraiment abouti en tous points, annonciateur des ambiances délétères du premier Spiritualized ou du "Novice" d'Alain Bashung auquel d'ailleurs il participa. Entouré d'invités prestigieux (on citera son épouse Malka Spiegel, de Minimal Compact, ou encore Sean Bonnar des futurs Dead Can Dance), les neuf titres originaux de ce qui fût son quatrième essai solo se caractérisent avant tout par un poids, une atmosphère pesante et dépressive, qui en réalité partagent plus de traits communs avec Joy Division qu'avec Wire. Donc, si c'est un nouveau manifeste punk que vous cherchez, autant vous prévenir tout de suite ; "Commercial Suicide" ne risque pas d'être votre tasse de thé. Bâti autour de thèmes lancinants et plutôt délicats aux montées minutieusement préparées, l'absence remarquée de batterie permet au disque de s'élever dans les airs là où une rythmique rock bien plombée l'aurait solidement arrimé au sol. Se mêlent aux lignes mélodiques de "Their Terrain" ou "Feigned Hearing" autant de tristesse que de notes d'espoir vaguement désinvoltes. Parfois d'inspiration asiatique ("Can I Explain the Delay ?") ou même contemporaine, comme sur l'hypnotisant "Metarkest", les chansons minimalistes de "Commercial Suicide" passent sur nous comme la brise chaude d'un ouragan sur le point de tout balayer. On ferme peut-être les yeux pour éviter les grains de sable, mais on savoure l'instant.

note       Publiée le dimanche 17 juillet 2005

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Commercial suicide".

notes

Note moyenne        6 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Commercial suicide".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Commercial suicide".

mangetout › vendredi 14 octobre 2016 - 18:13  message privé !

Rééditions prévues de ses trois premiers albums, chez Sentient Sonics, à la fin du mois.

http://www.sentientsonics.com/

stankey › vendredi 4 octobre 2013 - 10:24  message privé !

A-Z de nouveau dispo d'ailleurs, il était temps.

Note donnée au disque :       
sebcircus › samedi 15 juin 2013 - 08:56  message privé !

Un album sympathique, mais loin de valoir A-Z, ou les 3 premiers Wire.

Note donnée au disque :       
22goingon23 › jeudi 6 juin 2013 - 10:18  message privé !

Ses 3 premiers albums sortis sur 4AD (Ivo étant grand fan de Wire) sont passionnants. A-Z, Provisionally Entitled ....., et Not To emmènent l'auditeur dans de nombreuses contrées : ambient, indus, électro, punk rock urgentiste ou encore grooves caverneux

Que d'inspirations et de trouvailles superbes chez ce gentleman. Certains climats rappellent les ombrageuses traversées d'If I die, I die des Virgin Prunes (produit par Newman)

klaark › jeudi 20 décembre 2007 - 13:58  message privé !
Excellente chronique qui restitue parfaitement l'ambiance de cet album très particulier et très riche.