Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesDNick Drake › Five leaves left

Nick Drake › Five leaves left

10 titres - 41:48 min

  • 1/ Time Has Told Me (4:28)
  • 2/ River Man (4:22)
  • 3/ Three Hours (6:15)
  • 4/ Way to Blue (3:11)
  • 5/ Day Is Done (2:29)
  • 6/ Cello Song (4:47)
  • 7/ The Thoughts of Mary Jane (3:22)
  • 8/ Man in a Shed (3:55)
  • 9/ Fruit Tree (4:49)
  • 10/ Saturday Sun (4:03)

enregistrement

Angleterre, 1969

line up

Nick Drake (guitare acoustique, piano, chant), Danny Thompson (uk) (basse), Richard Thompson (guitares), Rocky Dzidzornu (percussions, conga), Tristan Fry (batterie, vibraphone, choeurs), Paul Harris (piano), Robert Kirby (direction orchestrale), Clare Lowther (violoncelle)

remarques

chronique

Styles
pop
folk
Styles personnels
singer/songwriter

Pour ceux qui s'apprêtent à faire le chemin à rebours, sachez que l'on retrouve chez Nick Drake le même feu qui a consummé Jeff Buckley. L'un comme l'autre se sont vus débarqués dans un monde dans lequel ils ne sont jamais parvenus à s'épanouir, pour disparaître aussi vite qu'ils étaient venus. Certaines étoiles brillent plus que d'autres, c'est vrai. Mais il y en d'autres qui ne s'éteignent jamais. Contrairement à Buckley, il n'est pas question ici de rock héroïque, ni de prouesse vocale à vous arracher les tripes. C'est tout en retenue que s'exprime la musique de Nick Drake, presque sur la pointe des pieds. Si de Jeff Buckley, vous n'avez pas retenus que la puissance mais êtes également tombés sous le charme de la délicate beauté qui s'échappe de titres comme "Lilac Wine" par exemple, c'est avec la même larme à l'oeil que vous découvrirez un auteur à la sensibilité exacerbée qu'une disparition aussi rapide qu'inattendue a sublimé le désespoir en socle de bronze pour figure dorénavant culte. Contemporain de Van Morrison, les deux hommes sont clairement à rapprocher, même si la noirceur et la mélancolie ineffable des mélodies de Drake semblent ne souffrir aucune autre comparaison. Tout son univers est déjà là, sur "Five Leaves Left", son premier disque en 1969. Le choix du tout à l'acoustique, annonçant les futurs disques de Led Zeppelin ("III"), John Martyn ou Richard Thompson des Fairport Convention (que l'on retrouvera par ailleurs toujours aux côtés de Nick Drake, et dès à présent), recentre l'attention de l'auditeur sur cette voix fragile et timide qui se fait violence à travers une colère contenue. Sur une belle quantité de titres, nous sommes témoins d'un romantisme poignant qu'on n'avait plus entendu aussi bouleversant depuis, allez lâchons nous un peu, disons... la cinquième symphonie de Mahler ("Way to Blue") ! "Day is Done", et son violon poignant, ou "Fruit Tree" sont encore d'autres plages pétrifiantes de beauté qui s'extrayent de ce recueil pour se loger en plein coeur, et pour longtemps.

note       Publiée le vendredi 1 juillet 2005

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Five leaves left".

notes

Note moyenne        22 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Five leaves left".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Five leaves left".

Twilight › jeudi 22 août 2019 - 13:36  message privé !  Twilight est en ligne !
avatar

Bon sang, 'Way to blue'...

Twilight › lundi 11 février 2019 - 13:47  message privé !  Twilight est en ligne !
avatar

Voilà des années que j'essaie de me faire à l'univers de Nick Drake, sans beaucoup de succès. Pourtant, il y a cette chanson grandiose, 'River man', qui me hante littéralement depuis plus de cinq ans quand je l'ai entendue chez le disquaire...J'ai essayé de m'en servir comme sésame...A priori, la porte s'entrouvre et j'ai pris le risque de commander ce disque.

dariev stands › mercredi 1 décembre 2010 - 09:33  message privé !
avatar

Richter >> Je pourrai, mais ce disque ne me touche pas comme il le devrait, moins que certains morceaux de Them par exemple... Etrangement pour moi qui carbure aux musiques des années 60 depuis plus de 10 ans, ce disque me donne l'impression de rester en marge, de ne pas pouvoir l'appréhender vraiment faute d'avoir connu l'époque, voire le lieu, qui s'y rapportent... Et accessoirement, je trouve que Van Morrison en fait des caisses à certains moments, c'est limite Hallydayesque (ce qui n'est pas une insulte dans ma bouche, sachez-le bien). bon, "the way young lovers do" est traumatisante, et les instrus sont de vrais tableaux impressionnistes, quand même...

vincenzo › mardi 30 novembre 2010 - 19:54  message privé !

si je peux me permettre : écoute "PinK Moon"...

Note donnée au disque :       
Richter › mardi 30 novembre 2010 - 19:43  message privé !

Le seul album de Nick Drake que je connaisse et c'est une merveille de mélancolie et de sensibilité ! J'en ai froid dans le dos... En parlant de Van Morrison, personne pour chroniquer au moins Astral Weeks ?

Note donnée au disque :