Vous êtes ici › Les groupes / artistesBBlonde Redhead › Fake can be just as good

Blonde Redhead › Fake can be just as good

8 titres - 36:47 min

  • 1/ Kazuality (4:25)
  • 2/ Symphony of Treble (4:10)
  • 3/ Water (4:42)
  • 4/ Ego Maniac Kid (4:12)
  • 5/ Bipolar (5:02)
  • 6/ Pier Paolo (5:38)
  • 7/ Oh James (3:32)
  • 8/ Futurism vs Passéism (5:04)

enregistrement

John and Stu's, USA, octobre 1996

line up

Kazu Makino (guitare, basse, chant), Amedeo Pace (guitare, chant), Simone Pace (batterie, claviers), Vern Rumsey (basse)

remarques

chronique

Styles
rock
Styles personnels
alternatif > noisy

Blonde Redhead débarque sur Touch & Go pour une série de trois disques, validant chacun à leur façon de nouvelles directions. Avec une production nettement moins garage, "Fake Can Be Just as Good" réalise enfin ce que "Blonde Redhead" et "La Mia Vita Violenta" n'avaient laissé qu'au stade d'ébauche. Cet accomplissement passe par une réflexion profonde sur leur musique qu'ils rendent plus nuancée, tout en sonnant encore plus rock. Leur troisième album regorge de petites trouvailles qui en rendent l'écoute tout simplement jubilatoire. Feedbacks, distorsions et effets divers sont mis à contribution - mais jamais gratuitement - pour donner d'avantage de densité à une musique qui séduit par son élégante simplicité. On ne sait pas vraiment si les mélodies trouvées ici par Blonde Redhead sont encore plus efficaces que celles qu'ils nous avaient octroyées précédemment ou si c'est le fruit de ce travail de l'ombre qui apporte là de manière incontestable une toute nouvelle dimension à leur compositions. Une grille de lecture multiple qui nous assure un plaisir renouvellé à chaque nouvelle immersion dans leur monde. Car une chose est sûre ; Blonde Redhead essaye à présent d'être autre chose qu'un simple groupe noisy de plus. Un morceau comme "Water", par exemple, tâte du math rock sans avoir l'air d'y toucher par l'entremise d'un jeu à deux guitares suffisamment subtil que pour se faire remarquer. Et l'instrumental "Futurism vs Passéism" est là pour confirmer cette orientation. Seul l'énervé "Oh James", un des titres chantés par Kazu Makino, semble ne pas avoir assez d'atouts en main pour convaincre pleinement. Dommage, car il déforce quelque peu le propos d'un disque qui jusque là enchaînait de véritables perles (les troublants "Ego Maniac Kid" et "Bipolar", l'aventureux "Symphony of Treble", et mention toute spéciale à "Kazuality" et "Pier Paolo"). Je confirme donc ; c'est aussi bon qu'ils le prétendent. Et si - comme ils le disent aussi - ils font semblant, j'ai hâte d'entendre ce que ça va donner quand ils s'y mettront sérieusement...

note       Publiée le lundi 27 juin 2005

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Fake can be just as good".

notes

Note moyenne        8 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Fake can be just as good".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Fake can be just as good".

Aladdin_Sane › mardi 19 janvier 2010 - 15:28 Envoyez un message privé àAladdin_Sane

"Futurism vs Passéism", quelle claque ce morceau !

Note donnée au disque :       
DukeOfPrunes › jeudi 13 octobre 2005 - 22:57 Envoyez un message privé àDukeOfPrunes
avatar
Le meilleur du groupe. Laissez vous tenter !
Slugbait › lundi 19 septembre 2005 - 19:49 Envoyez un message privé àSlugbait
Monstrueux.
Note donnée au disque :       
Slugbait › mardi 28 juin 2005 - 14:02 Envoyez un message privé àSlugbait
celui la c'est la grande classe
Note donnée au disque :